MotoGP GP de France

Morbidelli se sent en bonne voie mais conserve un déficit

Une septième place au Mans semble donner le signe d'un cap passé par Franco Morbidelli dans son adaptation à la Ducati. Le pilote italien sait toutefois qu'il n'a pas encore totalement gommé tout le retard pris depuis son accident.

Franco Morbidelli, Pramac Racing

Photo de: Marc Fleury

Depuis son accident du mois de janvier, Franco Morbidelli semble lancé dans une quête éperdue de vitesse et de symbiose avec sa nouvelle moto, la Ducati. Marqué par le caractère diamétralement différent de la Yamaha, le pilote italien a beau piloter la meilleure moto du plateau, il traîne avec lui les conséquences de cette chute qui lui a fait perdre l'intégralité des essais d'avant-saison, en plus d'entacher son entraînement et sa confiance.

Le premier test officiel que prévoyait le calendrier dans le cadre de la saison était donc un rendez-vous qu'il attendait tout particulièrement. En complément des premiers Grands Prix, ces essais organisés après la course de Jerez lui ont apporté cette expérience dont il a tant besoin et une connaissance plus approfondie de la moto.

"On a enfin pu réaliser un test et on a pu se rapprocher de la nouvelle moto et du nouveau package. Ça a été positif, ma vitesse a été très bonne. Habituellement, ces dernières années, j'ai toujours eu des difficultés quand la piste offre beaucoup de grip mais pendant ce test je me suis senti de mieux en mieux, alors c'est très encourageant", s'en est-il félicité.

Interrogé sur ce qui influe le plus dans son processus d'adaptation à la Ducati entre l'expérience des courses et les tests, il a insisté : "La journée de test m'a clairement donné plus de contact avec la moto, plus de sensations, et m'a permis de définir les réglages que je voulais."

Pour autant, Morbidelli avouait être un peu "hors du rythme" quand il a entamé les essais du GP de France, n'ayant pas tout de suite retrouvé ces sensations. "C'est toujours difficile de réussir à atteindre un très bon niveau avec une moto différente. J'ai malgré tout la sensation de beaucoup de différences, alors il est essentiel pour nous de repartir d'une feuille propre et d'atteindre le bon rythme", décrivait-il dans la Sarthe.

Le meilleur résultat depuis le début du championnat

Le pilote Pramac a malgré tout réussi à se qualifier directement pour la Q2, et ce pour la troisième fois de suite, avec au Mans un retard de réduit à 0"375 à l'issue de la séance pré-qualificative du vendredi. "Dernièrement, je n'ai jamais été particulièrement incisif, alors faire un time attack comme celui-là qui nous place parmi les dix premiers et nous envoie directement en Q2, c'est très positif", soulignait-il alors.

Franco Morbidelli a débloqué son compteur lors des deux derniers Grands Prix.

Franco Morbidelli a débloqué son compteur lors des deux derniers Grands Prix.

Photo de: Marc Fleury

Le lendemain, Morbidelli regrettait de ne pas avoir réussi à tout assembler pendant les qualifications, puis d'avoir réalisé un premier tour "horrible" pendant la course sprint où il est passé hors piste et a perdu beaucoup de temps malgré un rythme qu'il a jugé bon par la suite. Le dimanche, la course principale s'est mieux passée et il a décroché son meilleur résultat de la saison. Une septième place encore modeste en regard des performances de son coéquipier mais Morbidelli donne l'impression de revenir de loin.

"On doit s'estimer satisfaits de cette course, surtout de la vitesse qu'on a eue, qui a été suffisante pour remonter et me rattraper d'un autre départ qui n'a pas été bon et dans lequel j'ai perdu beaucoup de positions", s'est-il félicité en empochant ces neuf points qui détonnent dans sa courbe de ce début de championnat.

"J'ai enfin fini une course parce qu'à Austin, on avait une bonne vitesse mais je n'avais pas vu l'arrivée, à Jerez j'avais une bonne vitesse mais j'ai eu un départ horrible puis je revenais mais je n'avais pas fini la course. Aujourd'hui, j'ai pris un départ similaire aux autres, il a été difficile et j'ai eu du mal à tracer ma voie dans le paquet, mais le rythme était vraiment bon pour revenir et pour prendre la septième place, ce qu'il faut accepter en ce moment. On est satisfaits et on va construire sur ça."

Lire aussi :

Aujourd'hui, il juge qu'il s'est fait la main avec les processus spécifiques à la Ducati mais il sait aussi que le championnat ne lui laisse pas vraiment de temps de tergiverser plus longtemps. Des résultats sont désormais attendus de toute urgence. Il estime qu'il a besoin de plus de hargne dès l'extinction des feux et promet qu'il est concentré sur le fait de résoudre ce qu'il juge être un problème : "Malheureusement, il me manque encore un peu de positivité, surtout dans le premier tour, pour être dans le rythme des autres. J'ai un peu plus de mal à entrer dans le rythme, y compris dans les séances d'essais."

Peu à peu, Franco Morbidelli se rapproche des positions qui comptent et il se voit viser le podium dès qu'il aura aligné les planètes : "J'espère vraiment, c'est ce qu'on vise une fois que tout sera en place pour que je puisse me jeter dans la lutte qui est intéressante."

En attendant, son avancée après cinq Grands Prix le satisfait plutôt, sans toutefois qu'il soit en position de s'extasier. "Je suis content de la vitesse qu'on a. Je ne m'étais pas fixé de plan parce que vu la situation dans laquelle j'étais, le coup que j'ai pris, et compte tenu de la période de manque de confiance dont je sors, il était important d'essayer de reprendre confiance le plus vite possible et le plus possible, avant de voir ensuite. Donc je ne me suis pas fixé d'objectif mais ce qui se passe maintenant est très positif. On prend et on avance, en essayant de progresser encore."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

Les plus belles photos du GP de France MotoGP

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team
Johann Zarco, LCR Honda Team
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing
Marco Bezzecchi, VR46 Racing Team
Fans
Jorge Martin, Pramac Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Miguel Oliveira, Trackhouse Racing Team
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Raul Fernandez, Trackhouse Racing Team
Maverick Vinales, Aprilia Racing Team
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team
Jorge Martin, Pramac Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Marc Marquez, Gresini Racing
Fabio Di Giannantonio, VR46 Racing Team
Jorge Martin, Pramac Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Joan Mir, équipe Repsol Honda
Raul Fernandez, Trackhouse Racing Team
Raul Fernandez, Trackhouse Racing Team
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Marc Marquez, Gresini Racing
Miguel Oliveira, Trackhouse Racing Team
Fabio Quartararo, chute Yamaha Factory Racing
Fabio Quartararo, chute Yamaha Factory Racing
Fabio Quartararo, chute Yamaha Factory Racing
Fabio Quartararo, chute Yamaha Factory Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Aprilia Racing Team
Franco Morbidelli, Pramac Racing
Marc Marquez, Gresini Racing
Marc Marquez, Gresini Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Johann Zarco, LCR Honda Team
Marc Marquez, Gresini Racing
Johann Zarco, Team LCR Honda, Miguel Oliveira, Trackhouse Racing Team, Jack Miller, Red Bull KTM Factory Racing, Alex Marquez, Gresini Racing
Pedro Acosta, Red Bull GASGAS Tech3
Jorge Martin, Pramac Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Marc Marquez, Gresini Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
Aleix Espargaro, Aprilia Racing
Bibendum et Francesco Bagnaia, mascotte de l'équipe Ducati
Maverick Vinales, Aprilia Racing
Francesco Bagnaia, équipe Ducati
Maverick Vinales, Aprilia Racing
Fabio Di Giannantonio, VR46 Racing Team
Marc Marquez, Gresini Racing, Jorge Martin, Pramac Racing, Francesco Bagnaia, Ducati Team
Francesco Bagnaia, Ducati Team, Marc Marquez, Gresini Racing
Aleix Espargaro, Aprilia Racing
Augusto Fernandez, Tech3 GASGAS Factory Racing
Jorge Martin, Pramac Racing
62

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Di Giannantonio sait qu'il passe après les top pilotes sur le marché
Article suivant Yamaha contraint de renoncer à la wild-card de Crutchlow au Mugello

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse