Morbidelli a peur de se faire déséquilibrer en course

Franco Morbidelli se sent tellement désavantagé en vitesse de pointe au Mugello qu'il craint de se faire déporter lorsque les autres motos le doublent dans la ligne droite.

Morbidelli a peur de se faire déséquilibrer en course

Alors que le record absolu de la plus grande vitesse de pointe a été égalé ce week-end au Mugello, et que trois constructeurs ont battu leur propre référence dans cet exercice, le déficit des Yamaha est particulièrement notable. Sans même penser dépasser le cap des 360 km/h comme l'a fait Brad Binder sur la KTM, les quatre M1 du plateau sont tout bonnement les seules motos à ne pas avoir atteint 350 km/h depuis le début du week-end.

L'infériorité de la machine de Franco Morbidelli est la plus nette, puisqu'il est systématiquement dernier ou avant-dernier de ces classements. Le pilote italien n'a pas fait mieux que 343,9 km/h à ce stade, contre une pointe à 349,5 km/h atteinte par chacun de ses comparses, tous trois dotés d'une M1 plus récente et plus évoluée. La différence avec la plus forte V-Max est, elle, de 18,5 km/h.

Lire aussi :

Se sentant particulièrement désavantagé, Morbidelli s'est même dit inquiet en vue de la course. Samedi, pendant les attaques qu'il a menées en qualifications, il s'est en effet senti déséquilibré par l'appel d'air lors des dépassements qu'il a subis, ce qui ne le rassure pas vraiment pour les 23 tours au programme cet après-midi.

"Franchement, j'ai un peu peur, parce que j'ai eu la possibilité de sentir la différence de vitesse dans le time attack quand j'ai été dépassé alors que j'étais dans l'aspiration de Bagnaia", a expliqué le pilote Petronas samedi soir. "Dans le premier tour, il m'a dépassé mais je n'avais aucune aspiration ; et quand sa Ducati m'a passé, j'ai été fortement frappé par le vent. Mais je me suis dit, OK, c'est une Ducati et je n'avais aucune aspiration. Mais dans le tour suivant, j'étais dans son aspi et j'ai été passé par Aleix Espargaró avec l'Aprilia."

"On sait tous que ce n'est pas la moto la plus rapide du plateau, mais habituellement une des plus lentes mis à part moi", a souligné Morbidelli, sans doute peu au fait des progrès notables de la RS-GP du pilote espagnol. "J'ai donc été passé par Aleix et j'ai été frappé par le vent de façon similaire. Et pourtant je bénéficiais de l'aspiration, donc ma vitesse était augmentée à ce moment-là. Alors je pense que, pendant la course, quand je serai dans le groupe et que je serai dépassé par toutes ces motos, vu comment je serai fouetté par le vent, il sera difficile de contrôler la moto parce que je serai quand même à [plus de] 300 km/h."

"Je suis donc un peu inquiet pour la course", admettait Franco Morbidelli, tout en espérant trouver une solution lors du warm-up de ce matin. "On va voir si on arrive à obtenir la bonne vitesse pour que je ne me retrouve pas dans le groupe, mais je ne pense pas que [ce soit possible] pour le moment. On verra ce qu'apportera le warm-up, mais c'est la situation pour le moment. Malheureusement, le tracé et la ligne droite ne nous aident pas du tout", ajoutait-il, résigné et d'autant plus défaitiste qu'il partira dixième. "La dixième place c'est un emplacement difficile pour partir et viser une course correcte. Ce sera donc un dimanche difficile, mais on va essayer de se battre."

partages
commentaires

Related video

Espargaró se sent "proche des Ducati" et rêve du podium
Article précédent

Espargaró se sent "proche des Ducati" et rêve du podium

Article suivant

Jason Dupasquier est décédé des suites de ses blessures

Jason Dupasquier est décédé des suites de ses blessures
Charger les commentaires