Les MotoGP à 360 km/h : dangereux ou excitant ?

Alors que l'on digère tout juste les 362,4 km/h affichés par Johann Zarco à Losail, impossible de ne pas imaginer de quoi seront capables les MotoGP, et particulièrement les Ducati, au Mugello. Les pilotes se montrent majoritairement enthousiastes, même si certains soulignent le risque.

Les MotoGP à 360 km/h : dangereux ou excitant ?

La pointe record de 362,4 km/h atteinte par la Ducati de Johann Zarco pendant les essais du Grand Prix du Qatar fera date, puisqu'il s'agit de la première fois qu'une MotoGP atteint − et dépasse même allègrement − la barre des 360 km/h. "360 km/h c'est incroyable. Il y a cinq ou six ans, ça nous paraissait trop loin", se souvient son collègue Pecco Bagnaia, admiratif des limites repoussées, presque toujours par Ducati.

C'est effectivement il y a seulement six ans que le cap des 350 km/h s'est affiché pour la première fois, sur cette même piste de Losail, à l'époque avec la Honda de Marc Márquez. Depuis, la limite a été sans cesse repoussée, d'abord timidement puis de façon beaucoup plus franche. La saison 2015 s'était terminée avec un record établi à 350,8 km/h : il l'avait été par la Ducati d'Andrea Iannone au Mugello, la piste et le constructeur qui d'année en année ont ensuite fait figure de références.

Ainsi, en 2016 on est passé à 354,9 km/h (toujours avec Iannone), référence qui a tenu la saison suivante (personne n'a fait mieux que les 354,7 km/h de Michele Pirro), puis 356,5 km/h ont été atteints par Andrea Dovizioso. L'année suivante, c'est à nouveau Dovizioso qui a établi ce qui durant près de deux ans est resté le record absolu, une V-max de 356,7 km/h. En 2020, en l'absence de Losail et du Mugello au calendrier, il a fallu "se contenter" des 352,9 km/h de Pecco Bagnaia à Barcelone.

Lire aussi :

On le sait, ces références sont celles enregistrées dans le cadre des Grands Prix, qui n'offrent pas nécessairement les conditions idéales pour chercher à battre ce type de record. On a d'ailleurs plusieurs fois vu le record de vitesse de pointe de la piste de Losail être battu pendant les essais de pré-saison, que ce soit l'an dernier avec Jack Miller (355,2 km/h) ou plus tôt ce mois-ci avec Johann Zarco (357,6 km/h).

Mais pendant le premier week-end de Grand Prix sur place, les limites ont donc été repoussées plus que jamais. Alors que huit des 22 pilotes du plateau ont passé la barre des 350 pour la première fois (ainsi que KTM, dernier des six constructeurs qui n'avait pas encore atteint ce cap), c'est la fenêtre symbolique et époustouflante des 360 km/h qui a été atteinte. Une sortie réussie du dernier virage, une ligne droite d'un kilomètre, un vent favorable et une bonne aspi, et le tour était joué pour la puissance Ducati de Zarco.

Pour moi, 330 km/h c'était déjà dangereux, alors 360 km/h c'est incroyable ! Tous les fans de sport mécaniques sont très excités par ces chiffres, mais cette vitesse est dangereuse.

Valentino Rossi

"Moi, c'est la première fois que je dépasse 350 km/h, je ne suis pas encore aux 360 km/h ! De mon point de vue, le plus important c'est quand on passe de 80 km/h à 300 km/h, et ensuite une fois qu'on y est, arriver à 330 km/h ou 340 km/h ne fait pas une grande différence", estime Fabio Quartararo, tout de même impressionné. "Quand on parle de 350 km/h et qu'on dit qu'on est lents par rapport aux autres, c'est dingue ! Ce record de vitesse est juste hors norme et je pense qu'on va un petit peu trop vite."

Trop vite ? Valentino Rossi, lui, en est convaincu. "En ce qui concerne la dangerosité de cette vitesse, pour moi 330 km/h c'était déjà dangereux, alors 360 km/h c'est incroyable ! Je pense que tous les fans de sport mécaniques sont très excités par ces chiffres parce que c'est impressionnant, mais il est certain que cette vitesse est dangereuse", juge le pilote italien.

Pour autant, le Docteur le sait, la référence sera vite battue, si l'on en juge par le fait que Barcelone et surtout le Mugello affichaient des vitesses de pointe plus élevées encore que Losail avant ce Grand Prix. "Je pense que, cette année, l'association de Zarco et de Ducati va battre des records, car la Ducati est impressionnante et Zarco arrive très bien à rester dans la bulle en ligne droite, parce qu'il est petit et toujours très aérodynamique. Effectivement, s'ils battent déjà le record ici au Qatar, au Mugello ils pourront aller encore plus vite", pressent Rossi.

"Si on touche 360 km/h ici, il est difficile d'imaginer ce que ce sera au Mugello. Arriver à San Donato à 360 km/h… Je crois que Johann a élargi dans ce tour parce qu'il est arrivé très vite et on ne sait pas où freiner avec une telle vitesse", constate Pecco Bagnaia. "Mais je ne pense pas que ce soit plus dangereux, parce qu'on est sur une moto qui est en quelque sorte futuriste : tout est à son meilleur niveau, alors je ne pense pas que ce soit plus dangereux."

"On verra au Mugello : si on atteint cette vitesse de pointe au Qatar, au Mugello je ne sais pas… Ce sera difficile de contrôler la moto ! Je pense en tout cas que tout est très sûr, la piste est très large et les pneus fonctionnent bien, donc en théorie il n'y aura pas de problème", juge quant à lui Maverick Viñales qui, à titre personnel, en demande plus. "Tout s'améliore d'année en année, tout le monde veut être plus rapide. Certains y parviennent avec la vitesse de pointe, certains avec la vitesse de passage, mais au final les motos sont de plus en rapides. Et puis je dois dire que je ne sens pas cette vitesse en piste, je me sens normal comme si j'étais sur la route avec la voiture. Tout me parait très lent !"

"C'était impressionnant, c'est sûr !" observe, goguenard, Jack Miller, 357,6 km/h à son actif. "On s'approche doucement des 400 km/h ! Qui sait quand ça va tomber !" Les paris sont ouverts…

partages
commentaires

Related video

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Article précédent

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Article suivant

GP du Qatar : la réaction des rookies

GP du Qatar : la réaction des rookies
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Auteur Léna Buffa