MotoGP - Prudence chez Ducati après les débuts de la GP15

Ducati prend le risque de débuter le championnat MotoGP avec une moto que ses titulaires n'auront testée pour la première fois qu'à peine un mois plus tôt. Officiellement présentée la semaine dernière, la toute nouvelle GP15 participait en effet cette semaine à ses premiers essais officiels, à Sepang, après avoir bouclé à peine 70 km de shakedown au préalable. Une première séance aux résultats contrastés.

D'abord, il y a l'enthousiasme quelque peu juvénile d'Andrea Iannone. D'emblée très à l'aise avec sa machine, il a enregistré au cours de cette séance plus de progrès que quiconque. Quinzième lundi, il s'est propulsé au troisième rang mardi en gagnant 2s au tour, pour finir quatrième à seulement six dixièmes du temps de référence. Le nouveau pilote officiel Ducati est même parvenu à tourner en 1'59 à la fois en pneus tendres et en pneus durs, préfigurant d'un potentiel très prometteur.

"Ces trois jours ont été positifs, cela ne fait aucun doute," assure-t-il, le sourire accroché aux oreilles. "On est arrivé en Malaisie avec une moto complètement nouvelle, sans l'avoir jamais essayée auparavant, et on a réussi à être assez rapide sans connaître de problèmes de fiabilité. Je suis content de la façon dont la GP15 a progressé en si peu de temps et de ce premier contact avec la nouvelle moto."

La Ducati "tourne"

Andrea Dovizioso s'accorde avec son coéquipier sur les progrès accomplis par la GP15. Plus agile, elle demande moins d'effort de la part du pilote pour passer les courbes. En langage motard, elle "tourne". Il commente : "Je ne peux qu'être content de ces essais. On a d'emblée été compétitifs et rapides. Je suis surtout satisfait qu'on ait amélioré un point essentiel par rapport aux motos précédentes : maintenant elle "tourne" dans les virages. Ducati Corse a fait du super boulot à l'usine."

C'est donc la faiblesse principale de la moto précédente que Ducati a réussi à corriger, et en soi c'est une révolution à Borgo Panigale. Pourtant, l'enthousiasme d'Andrea Dovizioso est mesuré, à l'image du rythme qu'il a affiché en piste. Car ces progrès en milieu de courbe semblent s'accompagner d'une perte de stabilité en entrée de virage. L'Italien manque de confiance dans le train avant et pointe précisément la fin du freinage comme la phase nécessitant désormais d'être améliorée.

"On a encore quelques limites. La nouvelle moto est très différente de la précédente et il nous faut tester des réglages un peu extrêmes pour mieux la comprendre, comme par exemple dans la dernière partie du freinage et en milieu de virage," explique Dovizioso, neuvième cette semaine à 1.135s du leader. "C'est normal, il y a toujours des bons et des mauvais côtés quand on change autant une moto. Je suis certain qu'il nous reste encore une grande marge de progression, mais il faut du temps."

La GP14.3 ou la GP15 en début d'année?

Du côté de la direction de Ducati, on se satisfait du quatrième temps de Iannone et de son rapprochement des chronos des leaders, mais on ne peut occulter le fait que la GP15 n'a pas été plus rapide que la GP14.3 ne l'avait été en début de mois sur ce même circuit, ce qui faisait partie des objectifs. Certes, la météo n'était pas favorable aux records cette semaine, néanmoins 15 des 25 pilotes titulaires ont abaissé leur temps.

Publiquement, on met l'accent sur le positif. "Je suis assez satisfait et j'ai le sentiment que les choses avancent bien," retient Luigi Dall’Igna, directeur général Ducati Corse. "Durant ces trois jours, nous n'avons connu aucun problème majeur de fiabilité, ce qui est particulièrement important pour une moto complètement nouvelle. La GP15 passe mieux les virages en comparaison du modèle précédent et c'était l'objectif principal que l'on s'était fixé. Par contre, on a reçu quelques critiques, en particulier en ce qui concerne les freinages, et on a aussi quelques autres problèmes qu'il faut régler. Je suis content du feeling qu'a déjà obtenu Iannone, que l'on ressent aussi bien dans ses commentaires que dans le rythme qu'il a affiché sur ce circuit. En revanche, Dovizioso a eu quelques problèmes de plus dans la phase finale du freinage, sur quoi nous devons bien entendu nous pencher et que nous devons résoudre. En général, je suis satisfait parce c'est un début positif pour notre travail sur la GP15."

Ducati n'a pas remisé la GP14.3 au placard, comme en témoigne la présence du pilote essayeur Michele Pirro, qui s'est attelé à tester des évolutions électroniques et des réglages de châssis. Il se murmure que cette moto, version antérieure à la GP15, pourrait encore servir en début de saison si jamais Andrea Dovizioso décidait de reporter ses débuts en compétition au guidon de la dernière-née des ateliers Ducati.

A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Essais de février à Sepang II
Circuit Sepang International Circuit
Pilotes Andrea Dovizioso , Michele Pirro , Andrea Iannone
Type d'article Actualités