Nakagami autorisé à disputer les premiers essais du GP du Japon

Blessé à la main lors de son accrochage avec Marc Márquez au Grand Prix d'Aragón, Takaaki Nakagami va pouvoir reprendre la piste vendredi pour les premiers essais du Grand Prix du Japon, mais sa condition reste incertaine pour le moment.

Trois jours après avoir été opéré à la main droite, Takaaki Nakagami a reçu jeudi l'accord des médecins pour reprendre la piste et disputer les premiers essais du Grand Prix du Japon, 16e manche de la saison. Il devra cependant être réexaminé après les EL1 vendredi soir.

Le pilote LCR Honda, qui attendait le retour du MotoGP dans son pays depuis trois ans, a été la victime collatérale de l'accrochage entre Marc Márquez et Fabio Quartararo dimanche, dans le premier tour du Grand Prix d'Aragón. L'Espagnol a en effet expliqué avoir été déséquilibré par sa machine en tentant d'activer son variateur arrière dans la courte ligne droite reliant les virages 7 et 8, ce qui l'a fait virer sur sa gauche et heurter Nakagami, qui a été emmené au tapis.

Bien qu'il ait heureusement été évité par la meute de pilotes arrivant derrière lui et qu'il ait pu rapidement quitter la piste après sa chute, le pilote japonais a dû recevoir des soins à cause de lacérations au niveau du majeur et de l'annulaire de la main droite. Ses blessures ont ensuite été examinées par le Dr Mir à Barcelone, où il a été décidé d'une intervention chirurgicale pratiquée dès lundi car les tendons étaient touchés.

Affublé depuis d'un impressionnant bandage, Takaaki Nakagami a rejoint le circuit de Motegi jeudi et y a passé la visite médicale obligatoire après toute opération. Les médecins l'ont autorisé à reprendre le guidon de sa MotoGP pour les premiers essais libres vendredi, mais l'état de sa main devra être à nouveau évalué après les EL1. Rappelons que le programme du Grand Prix du Japon est exceptionnellement allégé puisqu'une seule séance d'essais libres aura lieu vendredi, à 15h05 heure locale (8h05 en France) et rallongée à 1h15.

"Lundi matin, j'ai été opéré au niveau des quatrième et cinquième doigts de ma main droite car le tendon avait été endommagé dans la chute. L'opération s'est bien déroulée mais j'ai bien sûr un peu mal", explique le pilote japonais. "Les sensations ne sont évidemment pas les meilleures avec ma main", admet-il. "Il est assez impossible de se remettre [de cette opération] à 100% en quelques jours seulement."

"Après la course, j'ai compris que ma main allait assez mal et je me suis attendu à ce que ma course à domicile ce week-end devienne très, très dure. Au moins, j'ai eu le feu vert pour les EL1 mais je vais devoir faire un nouveau check après la séance et on décidera si je continue ou si je dois m'arrêter. C'est très difficile."

 

Malgré sa blessure et un timing très malheureux alors qu'il avait enfin l'opportunité de courir à domicile, Nakagami assure ne rien avoir à reprocher à Márquez dans cet accident, l'Espagnol ayant été déséquilibré par un morceau de carénage coincé sous son correcteur d'assiette à la suite du premier contact avec Quartararo.

"Ça s'est passé très vite et j'ai essayé de sortir le coude pour éviter le contact mais c'était assez impossible", explique le Japonais. "J'ai réalisé que ça n'était absolument pas de la faute de Marc, c'était un incident de course donc je n'ai pas du tout été en colère contre lui. Ça n'était pas de chance. Je me suis blessé mais c'est la vie. Ça aurait pu être pire."

De retour au Japon, le pilote LCR décrit un Grand Prix "très important" pour lui dont il espère malgré tout profiter un peu : "Aujourd'hui j'ai déjà rencontré beaucoup de fans et des amis dans le paddock, et c'est génial. J'ai le sentiment d'être à la maison. Je peux parler japonais, j'ai beaucoup d'amis dans le paddock, donc rien que ça c'est déjà bien mieux, c'est naturel pour moi. Ça me transmet beaucoup d'énergie positive."

Lui aussi tombé après son accrochage avec Marc Márquez durant ce premier tour de course à Alcañiz puis victime d'un accident en scooter dans la foulée, Fabio Quartararo n'a pas besoin de visite médicale pour être autorisé à reprendre la piste. Dimanche, il avait néanmoins rejoint son stand avec des douleurs à la jambe et des brûlures sur le torse, qu'il continue de soigner.

Lire aussi :

partages
commentaires
L'ingénieur de Joan Mir rejoint le team Gresini
Article précédent

L'ingénieur de Joan Mir rejoint le team Gresini

Article suivant

Quartararo ne pense pas être affaibli par ses brûlures au Japon

Quartararo ne pense pas être affaibli par ses brûlures au Japon