Nakagami ne comprend pas sa (double) pénalité en course

Fabio Quartararo n'a pas été le seul à recevoir une pénalité long lap pendant le Grand Prix de Catalogne. Ça a également été le cas de Takaaki Nakagami, qui ne comprend pas pourquoi.

Nakagami ne comprend pas sa (double) pénalité en course

Takaaki Nakagami n'a pas compris pour quelle raison il a reçu une pénalité long lap pendant la course de Barcelone. Sanctionné une demi-heure avant Fabio Quartararo, il lui a été reproché la même infraction, à savoir d'avoir pris un raccourci entre les virages 1 et 2, ce qui lui a valu une première pénalité. Le pilote s'est toutefois étonné de cette sévérité, estimant ne pas avoir gagné de position lorsqu'il s'est ainsi manqué dans le premier virage de la piste catalane, dans le cinquième tour de la course.

"À vrai dire, je ne comprends pas pourquoi j'ai reçu une pénalité long lap. En début de course, je n'ai pas réussi à arrêter la moto au virage 1 et j'ai donc tiré tout droit", a-t-il expliqué. "Je suis juste allé tout droit, j'ai rejoint la piste en toute sécurité, et j'ai perdu une position, je n'ai rien gagné, mais j'ai écopé d’une pénalité long lap. [...] Si j'avais gagné une position et du temps, alors oui [ce serait normal], mais j'ai perdu du temps et une place. J'ai dû faire un long lap après avoir élargi, donc je veux comprendre."

Lire aussi :

Signe, peut-être, de son incompréhension de cette sanction, Nakagami en a reçu une deuxième quelques minutes plus tard pour ne pas avoir obtempéré dans les délais impartis. Il a donc dû prendre la trajectoire prévue pour le long lap dans les tours 10 et 11, passant de la 12e à la dernière place. Les huit secondes et demie que lui ont coûté ses deux pénalités l'ont sorti du troisième groupe, dans lequel il se trouvait. "Cette pénalité a détruit ma course", résumait-il dimanche soir.

Pour ne rien arranger, les faibles performances actuelles de la RC213V ont elles aussi grandement contribué à complexifier sa course, finalement terminée à la 13e place. "Après, ça a été vraiment difficile, pas assez bon. Je n'avais pas de rythme et mes sensations étaient très mauvaises", a-t-il poursuivi. Malgré un choix de pneus qu'il juge approprié, et notamment une gomme avant dure qui lui a permis de se montrer incisif sur les freinages en début de course pour y dépasser certains pilotes, Nakagami a rapidement commencé à souffrir de patinage.

"Les dix derniers tours ont été un désastre. Je patinais beaucoup et je voulais juste rester sur la moto, je ne voulais pas tomber. J'ai vu Pol [Espargaró] et Marc [Márquez] chuter. Mais mes sensations étaient exactement celles-là, [je sentais] que j'aurais pu facilement tomber si j'avais poussé", a décrit le pilote japonais. "Quand j'ai commencé à perdre le grip arrière, ça a été terrible. [...] J'ai juste essayé de rester sur la moto et de finir la course. C'était très difficile."

"J'ai eu beaucoup de mal, mais malgré tout mon rythme n'était pas si mal pendant les dix premiers tours, c'est-à-dire jusqu'au début du 12e ou 13e tour. Après avoir effectué le long lap, j'étais seul et j'ai essayé de rattraper [le groupe de devant] et mes chronos étaient de 1'40"6 ou 1'40"8, je restais dans les 1'40. C’était comme les cinq premiers, donc ce n’est pas si mal. Mais c'est tout. Dans les dix derniers tours, je ne pouvais rien faire, c’était game over. Je ne pouvais rien faire d'autre que rester sur la moto, j'étais très lent. La seule chose positive, c'est donc que mon rythme a été correct jusqu'à la mi-course, même si mes sensations sur la moto n'étaient pas très bonnes."

"C’est difficile de faire une course comme ça. Je suis déçu de cette course, à tout point de vue", regrettait le pilote LCR, aussi franc que ses collègues quant aux difficultés actuelles de Honda. "Nous devons vraiment améliorer le potentiel de la moto. Je suis désolé de le dire, mais nous sommes dans un moment très difficile."

Lire aussi :

Nakagami a finalement quitté Barcelone quelque peu reboosté, grâce au test réalisé au lendemain de la course et durant lequel il a pu évaluer des nouveautés. "À chaque sortie, j'étais en confiance", indiquait-il au site officiel, décrivant des sensations plutôt bonnes au guidon. "On avait un nouvel aileron, qui avait une forme différente, et c'était intéressant. Ce n'était pas une énorme différence, tout n'était pas positif, mais des pièces ont permis de trouver ces bonnes sensations. Et puis on a principalement travaillé sur différentes géométries et différents réglages sur la moto."

"On a clairement trouvé des choses très importantes. Les sensations étaient bonnes et les chronos étaient réguliers. Je suis content, on semble redevenir forts et j'ai de bonnes sensations, alors je suis impatient d'être au Sachsenring."

Avec Chloé Millois et Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires

Related video

Viñales a retrouvé le rythme des leaders : "Ça faisait longtemps !"

Article précédent

Viñales a retrouvé le rythme des leaders : "Ça faisait longtemps !"

Article suivant

Des douleurs et un moment de solitude pour le retour de Martín

Des douleurs et un moment de solitude pour le retour de Martín
Charger les commentaires