MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé

La force d’Oliveira ? Ne connaître que la KTM !

partages
commentaires
La force d’Oliveira ? Ne connaître que la KTM !
Par :
11 mai 2019 à 10:28

Le pilote Tech3 a pour l’instant réalisé des week-ends solides en MotoGP, et se trouve à égalité de points au championnat avec Johann Zarco, pilote officiel de KTM. À l’inverse du Français, il ne dispose d’aucun autre repère en MotoGP, et s’adapte donc plus facilement à la RC16.

Ce début de saison ne pourrait pas mieux se passer pour Miguel Oliveira. Auteur de belles performances au guidon de sa KTM, le rookie a impressionné les troupes autrichiennes, et vient de prolonger son contrat d’un an avec leur équipe satellite, Tech3. De quoi être serein pour le reste de la saison, et continuer sa découverte de la RC16, qu’il a déjà beaucoup analysée depuis cet hiver.

Lire aussi :

"Comme je le vois, la KTM n'est pas faite pour un pilotage typique et doux, il faut forcer la moto pour lui faire faire les choses que tu veux qu'elle fasse", explique le Portugais. "Si tu t'attends à arriver chez KTM et que la moto fasse tout pour toi, ça sera difficile, c'est une moto très physique, très nerveuse, je dirais que c'est plus une moto de course, car il faut la forcer pour que les choses se passent. Tu peux te battre en course, et c'est bien à avoir dans la moto. Ce n'est peut-être pas la meilleure moto pour un tour rapide mais c'est une moto avec laquelle tu peux te battre."

Et ce qui est sûr, c’est qu’Oliveira se bat, preuve en est son excellente 11e place au terme du Grand Prix d’Argentine, ainsi que ses deux points marqués ensuite à Austin. De plus, il se retrouve ex æquo au championnat avec Johann Zarco, pilote de l’équipe officielle. Si ce dernier rencontre beaucoup de difficultés à s’adapter au style de la KTM, et que le constructeur autrichien ne cache pas sa déception, il en va de même pour le quatrième pilote, Hafizh Syahrin. Le Malaisien, ancien coéquipier de Zarco et actuel équipier d’Oliveira, a encore plus de mal que le Français à se faire à la RC16.

Tous deux ont effectué leurs débuts en MotoGP au guidon de la Yamaha, réputée pour être la machine la plus simple à piloter pour un rookie, et le passage à la rudesse de la KTM nécessite de revoir ses repères. À l’inverse des deux hommes, Oliveira ne connaît pas ce problème. "Il y a beaucoup de spéculation quant au fait de savoir quelle moto est la plus facile quand on arrive, tout le monde a des difficultés, chaque moto a ses points faibles", commente-t-il. "Je connais uniquement la KTM, donc je pense qu'il faut combiner les résultats avec ce que les gens disent qui fait qu'une moto est facile à piloter."

"Je n'ai pas de quoi comparer les motos, donc je ne peux pas dire que le moteur est pas mal, ou que le freinage est top, le grip, la traction, tout est un peu flou." Le rookie observe donc la référence du clan autrichien, Pol Espargaró, qui dispose d’une expérience de deux ans à son guidon, afin de comprendre comment la piloter au mieux, mais pas seulement. "De ce que je vois de l'extérieur, quand je vois des pilotes piloter et les caractéristiques de la moto, c'est plus une moto ressemblant à la Honda", continue-t-il. "Cela fait que je regarde plus [Marc] Márquez, sa manière de piloter, d'approcher les choses sur sa moto, pour essayer de faire pareil avec la mienne. C'est assez difficile car le taux de confiance est à un autre niveau, mais je pense que c'est plus ou moins la façon de faire qu'il faut."

Lire aussi :

Le pilote Tech3 continue donc son apprentissage, qui ne peut se baser sur son expérience passée de la KTM, lui qui l’a pilotée à tous les niveaux, que cela soit en Rookies Cup, en Moto3 et en Moto2 : "Avoir été un pilote KTM dans les catégories précédentes n'aide pas pour arriver en MotoGP, c'est sûr. On sait que notre moto n'est pas la plus facile, mais ça ne veut pas dire que c'est la plus difficile. C'est étrange pour moi de donner un feedback là-dessus car c'est la seule moto que j'ai pilotée."

Avec Michaël Duforest

Article suivant
Le travail de Smith, une grande aide pour Aprilia

Article précédent

Le travail de Smith, une grande aide pour Aprilia

Article suivant

La pluie au Mans, "une occasion" pour Zarco

La pluie au Mans, "une occasion" pour Zarco
Charger les commentaires