Pas de leader chez Ducati pour débuter le championnat

Pecco Bagnaia a beau avoir écrasé la dernière partie du championnat 2021, Ducati ne le placera pas en position privilégiée pour débuter la saison prochaine.

Pas de leader chez Ducati pour débuter le championnat

Gigi Dall'Igna ne s'en cache pas : il n'attendait pas forcément Pecco Bagnaia à un niveau aussi élevé que celui qu'il a affiché cette saison. Le pilote italien, moins expérimenté que son coéquipier Jack Miller, semblait devoir encore parfaire son apprentissage de la catégorie MotoGP lorsqu'il a été promu dans l'équipe officielle et il devait encore franchir les étapes essentielles avant de se lancer dans la course au titre, n'ayant encore jamais obtenu de pole position ou de victoire et n'ayant connu le podium qu'une seule fois.

La saison 2021 a tout changé et, contre toute attente, Bagnaia a pris une dimension de leader chez Ducati. Miller a pourtant trouvé en premier le chemin de la victoire, avec deux succès au printemps, mais l'Italien a discrètement gagné en solidité pour finalement réaliser une dernière partie de championnat époustouflante, s'imposant quatre fois en six courses et remontant au deuxième rang du championnat.

Aux anges, le directeur général de Ducati Corse voit dans le package formé par Pecco Bagnaia et une Desmosedici redoutable une source d'espoir immense pour la saison à venir. Néanmoins, il affirme ne pas faire du pilote italien un leader a priori pour cette prochaine campagne, souhaitant que tous les pilotes dotés de la version la plus récente de la moto soient sur un pied d'égalité au moment du premier Grand Prix.

"Nous ne misons sur personne, au sens où nous ne donnons à personne quelque chose de meilleur par rapport à quelqu'un d'autre. Nous avons la force de pouvoir donner à tous nos pilotes la même configuration et les mêmes possibilités", assure Gigi Dall'Igna dans une interview accordée à GPOne. "Après, il est clair qu'au fur et à mesure, nous mènerons des évaluations et nous verrons s'il est nécessaire de faire certains raisonnements pendant la saison, mais clairement nous ne débutons pas un championnat avec cela en tête."

"Pecco a été bon, surtout durant la dernière partie du championnat, et il a clairement été le pilote le plus en forme chez Ducati durant la dernière partie. S'il commence comme ça, il sera évidemment nécessaire de le regarder avec une attention particulière, mais à la première course ils auront tous exactement le même matériel."

Lire aussi :

Un avenir durable souhaité par Ducati

Sentimentalement lié à Ducati depuis l'enfance, Pecco Bagnaia n'a connu que cette machine en MotoGP. C'est avec elle qu'il a réalisé un premier test, fin 2016, récompensé à l'époque par le team Aspar après avoir obtenu sa première victoire dans la catégorie Moto3. Deux ans plus tard, le titre Moto2 en poche, il faisait son arrivée dans la catégorie reine pour deux premières saisons d'apprentissage chez Pramac. Le départ d'Andrea Dovizioso et de Danilo Petrucci de Ducati, acté courant 2020, a par la suite entraîné sa promotion, la marque l'ayant préféré à Johann Zarco pour intégrer l'équipe d'usine en 2021 aux côtés de celui qui était déjà précédemment son coéquipier, Jack Miller.

Sous contrat jusqu'à la fin de la saison 2022, Bagnaia s'est affirmé comme l'une des pièces maîtresses du marché des transferts qui animera la catégorie MotoGP dans les prochains mois et qui, à l'image de la tendance observée depuis quelques années, est attendu très précoce. Pourrait-il alors obtenir la garantie d'un avenir à long terme avec Ducati ?

"Je le crois", répond Gigi Dall'Igna lorsqu'il est interrogé sur les chances de voir Bagnaia rester durablement chez Ducati, "et c'est ce que je vais essayer de faire. Mais, comme toujours, pour faire un contrat il faut être deux et cela ne dépendra donc pas uniquement de nous mais aussi de lui. Ceci dit, objectivement, je crois que c'est quelque chose que nous voudrons faire tous les deux."

partages
commentaires

Related video

Des progrès pour les troubles de la vision de Marc Márquez
Article précédent

Des progrès pour les troubles de la vision de Marc Márquez

Article suivant

Quartararo : "Si on l'a fait une fois, on peut le répéter"

Quartararo : "Si on l'a fait une fois, on peut le répéter"
Charger les commentaires