MotoGP
C
GP d'Andalousie
24 juil.
-
26 juil.
Prochain événement dans
16 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
29 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
36 jours
C
GP de Styrie
21 août
-
23 août
Prochain événement dans
44 jours
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
64 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
72 jours
25 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
79 jours
09 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
93 jours
16 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
100 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
107 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
-
08 nov.
Prochain événement dans
121 jours
13 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
128 jours

Après Valence, pas plus de 3 des 4 courses seront sauvées

partages
commentaires
Après Valence, pas plus de 3 des 4 courses seront sauvées
Par :
12 juin 2020 à 07:51

L'impossibilité de trop retarder la fin de saison, l'obligation de prendre une décision rapide et le besoin d'accueillir du public : d'importants critères pèsent sur la définition de la partie finale du championnat.

Le nouveau calendrier MotoGP annoncé jeudi pour une saison 2020 totalement repensée prévoit dans un premier temps 13 courses organisées en Europe entre le 19 juillet et le 15 novembre. Cependant, comme cela avait été anticipé par la Dorna ces dernières semaines tandis que cet agenda était défini, le calendrier pourrait être complété par un final disputé hors d'Europe. Après les annulations des manches du Japon et de l'Australie, quatre Grands Prix extra-européens restent en sursis, dans l'attente de savoir s'ils pourront ou non accueillir le MotoGP en fin de saison. Il s'agit pour le continent américain des manches d'Austin et de Termas de Río Hondo, et pour le continent asiatique de celles de Buriram et de Sepang.

Lire aussi :

Une première limite d'importance se pose toutefois : le championnat n'ira pas au-delà du 13 décembre, ainsi que l'a assuré jeudi Carmelo Ezpeleta. Or, compte tenu de l'obligation de conserver une semaine de pause entre la dernière course européenne et la potentielle première épreuve hors du continent, pour des raisons logistiques en plus du bon sens évident pour d'aussi longs voyages, seuls trois week-ends restent disponibles pour ces quatre Grands Prix candidats : ceux du 29 novembre, du 6 décembre et du 13 décembre. Cela rejoint par ailleurs les affirmations précédentes du PDG de la Dorna, qui a récemment évoqué un maximum de 16 Grands Prix.

"Lorsque la pandémie a commencé, nous avons réalisé que nous pouvions faire 13 courses et s'il est possible de se rendre ensuite hors d'Europe, ce sera très intéressant", souligne-t-il. "L'accord que nous avons avec les constructeurs et les équipes est de finir le championnat au plus tard le 13 décembre. Cela signifie que, si toutes ces courses sont possibles, nous devons décider lesquelles faire. Nous déciderons quelles courses nous aurons hors d'Europe. C'est quelque chose que nous mettons dans le calendrier comme une proposition et nous le déciderons au plus tard fin juillet."

L'autre critère clé dans la définition de cette dernière partie de calendrier concerne les conditions dans lesquelles ces courses pourraient se tenir. Car le patron de la Dorna le rappelle : pour être maintenues, elles devront pouvoir accueillir du public compte tenu du surcoût engendré par des voyages lointains si les promoteurs locaux ne sont pas en mesure de payer leurs droits d'entrée, or cette ouverture dépend directement de l'évolution de la situation sanitaire dans les semaines à venir et des mesures prises par les autorités locales.

"Nous devons attendre, car pour faire les courses hors d'Europe, il est nécessaire qu'il y ait des spectateurs," rappelle Carmelo Ezpeleta. "Nous attendons de voir quel sera le développement des mesures sanitaires dans les autres pays, qui sont les États-Unis, l'Argentine, la Malaisie et la Thaïlande, et ensuite nous verrons lesquels il sera possible d'intégrer au calendrier."

"Toutes les courses hors d'Europe sont en suspens et nous ne savons pas exactement [lesquelles pourront avoir lieu]. S'il n'y a pas de courses hors d'Europe, le championnat se terminera comme chaque année à Valence, et sinon cela dépendra de quelles courses nous serons en mesure de faire."

Lire aussi :

Il ne sera toutefois pas possible d'attendre de connaître l'évolution de la pandémie sur plusieurs mois, car comme Carmelo Ezpeleta l'avait anticipé également, cette décision sera prise au plus tard le 31 juillet, de sorte qu'après les deux premières manches chacun sache autour de combien d'épreuves au total s'articulera le championnat.

Si 13 Grands Prix constituent cette saison si particulière, le MotoGP connaîtra son championnat le plus court depuis 1995. Les saisons ont ensuite gagné en intensité au fil des années, avec 15 courses en 1996, 16 en 1999, 17 en 2005, 18 en 2008 et 19 l'an dernier. Cette saison aurait dû marquer un record avec 20 Grands Prix initialement prévus avant que la pandémie de COVID-19 ne mette tout à l'arrêt.

Article suivant
Dovizioso : "Enfin" le retour à la course !

Article précédent

Dovizioso : "Enfin" le retour à la course !

Article suivant

Quartararo : "Personne ne s'entraînait autant avant Márquez"

Quartararo : "Personne ne s'entraînait autant avant Márquez"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP , Moto2 , Moto3
Auteur Léna Buffa