MotoGP
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
27 jours
16 avr.
Prochain événement dans
41 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
54 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
82 jours
03 juin
Prochain événement dans
89 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
103 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
124 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
173 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
208 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
229 jours
28 oct.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
250 jours

Bagnaia "chanceux" de pouvoir s'appuyer sur l'expérience de Miller

Pecco Bagnaia veut s'inspirer du pilotage de Jack Miller, son équipier chez Ducati, afin de progresser dans l'exploitation des pneus, notamment pour leur montée en température.

Bagnaia "chanceux" de pouvoir s'appuyer sur l'expérience de Miller

S'il change d'univers en rejoignant l'équipe Ducati d'usine cette année, Pecco Bagnaia conserve le même coéquipier, Jack Miller, lui aussi promu depuis le team Pramac. Bagnaia roule aux côtés de l'Australien depuis son arrivée en MotoGP en 2019, et il continue à apprendre de son aîné, qui a rejoint la catégorie quatre ans plus tôt.

Malgré un premier podium à Misano l'an dernier, le pilote italien estime devoir encore progresser, notamment dans la gestion des pneus et de leur température, après des chutes dans trois des cinq derniers Grands Prix de la saison 2020, qu'il attribue en partie à cet aspect. Pour cela, il reconnaît s'inspirer de la façon dont Miller travaille pour faire monter les gommes en température.

"Quand on a eu des températures élevées j'ai toujours été rapide et compétitif, mais lorsque l'on a trouvé des températures plus basses, comme en Aragón, j'ai commencé à avoir des difficultés", explique Bagnaia. "Surtout avec le feeling sur l'avant, parce que je tombais sans pousser, et c'était très critique pour moi et mon style de pilotage. Donc une chose sur laquelle je dois travailler, et sur laquelle j'ai déjà travaillé cet hiver, c'est la concentration et le fait de pousser quand on a des températures plus basses."

"J'ai aussi la chance d'avoir Jack comme coéquipier, car il est très rapide dans ces conditions, alors j'arrive à mieux comprendre comment faire. Je sais déjà que je dois pousser même quand je n'ai pas de sensations, afin de faire chauffer le pneu, et si j'arrive à le faire dès le premier tour je peux piloter comme si la température était plus élevée."

Lire aussi :

Le Champion 2018 du Moto2, qui a l'habitude de privilégier le travail sur le pneu avant, estime qu'il doit apprendre à maintenir une température plus élevée dans ses gommes pour éviter les pertes d'adhérence qui lui ont coûté cher la saison passée. Jack Miller parvient à le faire plus facilement, dès son premier tour lancé, et Bagnaia estime qu'il s'agit d'une force de son coéquipier.

"Je préfère avoir de meilleures sensations sur l'avant que sur l'arrière, parce que l'arrière peut se gérer avec les gaz alors que l'avant non. L'avant, si on le perd, on tombe. Je préfère donc avoir de meilleures sensations sur l'avant et c'est une chose sur laquelle je dois clairement travailler si je veux courir avec les pilotes les plus rapides pendant la saison."

"Et en regardant les données de Jack l'année dernière déjà, la première chose qui est ressortie, c'est ça : quand il entrait en piste, dès le premier tour il était rapide alors que moi non, si bien que ma température se mettait à baisser et il était impossible de la faire remonter. C'est donc la chose la plus importante à améliorer. Et si j'arrive à gérer cela, ce sera plus facile d'être toujours plus rapide." 

Ayant identifié cette caractéristique du pilotage de Miller, Bagnaia a déjà commencé à tester cette nouvelle technique au Ranch de Valentino Rossi, qu'il mettra en pratique dès qu'il le pourra en MotoGP : "J'ai revu toutes les séances d'Aragón et Valence où Jack était rapide, et il était très facile de voir que mon tour de sortie était plus lent de cinq ou six secondes par rapport au sien. J'ai commencé à me dire que je devais faire ça et je l'ai fait au Ranch, parce que normalement j'y faisais la même chose : dans le premier tour, j'étais plus lent que les autres. J'ai essayé de pousser dès le premier tour, j'ai travaillé là-dessus au Ranch et j'ai progressé. Je vais essayer de faire la même chose en piste."

Avec Léna Buffa

partages
commentaires

Related video

Poncharal : "Aucune raison de douter" des GP européens

Article précédent

Poncharal : "Aucune raison de douter" des GP européens

Article suivant

Les pilotes Yamaha craignent Portimão plus que Losail

Les pilotes Yamaha craignent Portimão plus que Losail
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Jack Peter Miller , Francesco Bagnaia
Équipes Ducati Corse
Auteur Vincent Lalanne-Sicaud