Bagnaia 2e, "le meilleur résultat possible" après la pole annulée

Deuxième, c'est le meilleur résultat auquel Pecco Bagnaia pouvait prétendre à Portimão, estime-t-il, après avoir été relégué sur la quatrième ligne de la grille de départ.

Bagnaia 2e, "le meilleur résultat possible" après la pole annulée

Pecco Bagnaia aura connu bien des émotions au cours de week-end au Portugal. Lui qui ruminait samedi soir la frustration de voir un tour record lui être retiré pour une attaque menée sous régime de drapeau jaune, mais dans une portion où il estime que le signal était impossible à voir, on l'a retrouvé ce dimanche fier détenteur d'un nouveau trophée.

Il aurait pourtant pu aisément se laisser déborder par l'empressement, d'autant qu'il affichait au départ de la course une stratégie risquée, celle d'attaquer de bout en bout. Et pourtant, sa course s'est déroulée à la perfection. Onzième à l'issue du premier tour, il a pris le temps d'entrer dans le rythme avant de se lancer en chasse des pilotes qui le devançaient. Après s'être défait d'un Marc Márquez prudent, à la mi-course il a pris la sixième place à Brad Binder, plus coriace à dépasser aujourd'hui, puis ce fut au tour de Franco Morbidelli et de Joan Mir.

Les chutes d'Álex Rins, et enfin de Johann Zarco, dernier opposant le séparant de Fabio Quartararo, ont fini de compléter l'ouvrage du pilote Ducati, qui a ainsi fait son retour sur le podium où il était déjà monté au Qatar. Il empoche 20 points qui le portent à une deuxième place prometteuse au championnat, mais s'est surtout rassuré sur sa capacité à sauver le maximum d'un week-end qui lui avait pourtant réservé une bien mauvaise surprise en qualifications.

Lire aussi :

Tu as réalisé une grosse performance en passant de la 11e à la deuxième place. T’attendais-tu à ce que cela soit possible ?

Hier non ! J'étais un peu nerveux après les qualifications. Mon tour a été annulé donc il était difficile de penser à un podium. Mais ce matin, j'ai été très fort au warm-up, puis en course, mis à part la première partie où j'ai été un peu en difficulté avec le réservoir plein. J'ai essayé d'imprimer mon rythme et j'ai récupéré des positions, rattrapant chaque pilote devant moi. Zarco était le dernier, mais il avait plus de mal que moi avec le pneu arrière.

J'ai commencé à sentir la dégradation [du pneu] après 20 tours, donc dans les cinq derniers tours j'ai eu un peu de mal avec l'arrière, mais en tout cas je suis content. Aujourd'hui, mon meilleur résultat possible était la deuxième position. Fabio était impossible à rattraper car il avait le même rythme que moi. J’ai essayé de faire de mon mieux.

Comment as-tu réussi à te frayer un chemin jusqu'à la deuxième place ?

Je pense que la deuxième place était le résultat maximum qu'on pouvait obtenir aujourd'hui, parce que Fabio avait trop d'avance pour que ce soit rattrapable. On a perdu hier la possibilité d'essayer de gagner [avec une pole position annulée, ndlr], sans quoi j'aurais peut-être quand même fait deuxième, mais j'aurais au moins eu la possibilité de me battre. Aujourd'hui Fabio a imprimé un rythme très élevé. Je pense que personne ne s'attendait à un tel rythme, mais la piste offrait beaucoup de grip et les pneus fonctionnaient très bien.

Je suis très content, parce que dans une situation comme celle-ci, l'année dernière je n'aurais peut-être pas été là. J'ai amélioré un peu mon style de pilotage dans ce type de situation et j'ai dépassé beaucoup de pilotes dans certains virages où je pensais que ce serait difficile. Alors je suis content.

En partant 11e, tu aurais pu facilement faire une mauvaise course. Quelle a été la clé et quel a été le moment le plus difficile ?

Je pense que les deux ou trois premiers tours ont été les plus difficiles. J'étais rapide, mais avec le réservoir plein j'avais du mal à freiner. Le premier virage a été difficile, puis dans le premier tour je suis passé tout près de toucher Binder. Mais ensuite j'ai commencé à récupérer des places et mon rythme était élevé. Je voyais que je rattrapais les pilotes devant, jusqu'à Zarco.

J'ai juste été plus en difficulté dans les deux derniers tours, parce que mon pneu arrière était fini, mais après une course comme celle-ci c'est normal, j'avais attaqué fort depuis le départ. C'est la deuxième fois que je fais ça, car j'ai fait la même chose au Qatar, alors je commence à mieux comprendre les pneus. C'est super, parce que l'année dernière j'étais toujours très en difficulté sur ce point.

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Related video

Mir savait qu'il ne pourrait pas doubler Bagnaia
Article précédent

Mir savait qu'il ne pourrait pas doubler Bagnaia

Article suivant

Malgré une chute inexplicable, Rins reste satisfait de son week-end

Malgré une chute inexplicable, Rins reste satisfait de son week-end
Charger les commentaires