Bagnaia efface peu à peu les mauvais souvenirs de 2020

Pecco Bagnaia avance méthodiquement dans la saison 2021 avec la volonté ferme de gagner en constance. Sa performance vendredi à Portimão a en ce sens coché une nouvelle case pour lui.

Bagnaia efface peu à peu les mauvais souvenirs de 2020

Leader de la première journée d'essais du Grand Prix du Portugal, Pecco Bagnaia se félicite avant tout de ce que cette performance traduit de ses progrès personnels ces derniers mois. Car s'il avait affiché des signaux très prometteurs en 2020 en termes de performance pure, son inconstance l'avait laissé sur sa faim, même si sa fracture de la jambe pendant l'été n'y était pas étrangère. Aujourd'hui, il constate des progrès notables dans son pilotage sur la piste de Portimão, après deux Grands Prix déjà solides au Qatar.

"Pour moi, ça a été une journée très positive", se félicite le pilote Ducati. "L'année dernière, j'avais eu beaucoup de mal en termes de sensations sur l'avant sur cette piste. Je perdais du temps, mes sensations étaient très mauvaises, et j'avais tout le temps l'impression de perdre l'avant, à chaque entrée de virage. Aujourd'hui, je me suis senti très bien avec la moto dès le début des EL1, tout a été très positif, que ce soit le grip ou tout le reste. Ma moto fonctionne très bien."

"Je me sens très bien sur la moto, j'arrive à freiner très fort, à bien m'arrêter et je fais bien tourner la moto. Ce sont des choses qui vont toutes m'aider à piloter de façon plus détendue, en pensant à garder les pneus en bon état, et à pousser à 100% dans le time attack."

Lire aussi :

Le pilote italien a mis un point d'honneur à travailler cet hiver sur sa capacité à se montrer rapide dès le premier tour d'utilisation de ses pneus, souhaitant en cela s'inspirer de l'entrée en piste toujours puissante de son coéquipier, Jack Miller, là où lui-même avait tendance à se montrer trop timoré jusqu'à présent. Comme ce fut déjà le cas pendant les roulages à Losail, cette première journée a une nouvelle fois confirmé les progrès acquis sur ce point, de bon augure en vue des qualifications comme du début de course.

"J'ai commencé les EL2 avec un pneu avant medium usé et dans la première partie de la séance j'ai eu un peu de mal à être rapide, mais ensuite j'ai retrouvé mes sensations. Dans ma deuxième sortie, mon pneu avant avait plus de 20 tours et j'ai refait un tour en 1'41"0. Mes sensations sont donc vraiment bonnes", souligne-t-il. "On a beaucoup travaillé sur le tour de sortie, et on a pu voir que dans le premier tour de mon deuxième run, j'avais déjà allumé le casque rouge dans le premier secteur [signe de meilleur partiel, ndlr]. Ensuite, j'ai fait une erreur dans le virage 5, mais je pense que le travail que j'ai fait cet hiver à l'entraînement sur la moto me permet d'avoir plus de sensations et d'être plus en confiance quand je prends la piste, et me permet donc déjà de faire de bons tours."

Au-delà de ses progrès dans le pilotage, Pecco Bagnaia se sent également en grande forme physique. "L'année dernière a été très difficile après ma blessure et mon opération. Pendant les premières manches, ma condition physique était bonne et je ne sentais pas tellement de fatigue pendant la course, mais dans la dernière partie de la saison il m'a été difficile de rester rapide tout au long d'une course et d'un week-end. Alors peut-être en effet que j'étais fatigué dans la dernière partie de la saison, et cette année tout est différent."

Cette année pourrait-elle être ainsi celle qui lui permettra d'afficher sa constance personnelle d'une piste à l’autre, couplée à celle que pourrait afficher la Ducati ? "Je l'espère. C'est une piste sur laquelle j'ai eu beaucoup de mal l'année dernière et le fait d'être aussi rapide aujourd'hui me rend très heureux. Ça veut dire que le travail abattu cet hiver pendant les tests, puis au Qatar, m'aide beaucoup."

Après une pole position, un podium et une sixième place au Qatar, Bagnaia occupe la quatrième position au championnat, ce qui reste un classement solide malgré la domination actuelle d'un autre pilote Ducati, Johann Zarco. Concentré sur l'objectif personnel qu'il s'est fixé et sa volonté d'être à la hauteur de son nouveau statut de pilote d'usine, il se projette sur le long terme en avançant méthodiquement de jour en jour.

"On n'est qu'à la troisième course, mais je veux me montrer tout aussi constant pendant toute la saison. C'est ce qu'il faut dans une équipe officielle, à mon avis. Un team officiel requiert beaucoup de choses, et surtout de la constance et le fait de toujours donner le maximum. Si le maximum est d'être quatrième, il faudra faire quatrième, mais si le maximum est de gagner il va falloir gagner. La constance est fondamentale cette année et je vais essayer d'en avoir le plus possible."

partages
commentaires
Épargné par les ennuis, Suzuki montre son vrai potentiel au Portugal
Article précédent

Épargné par les ennuis, Suzuki montre son vrai potentiel au Portugal

Article suivant

Photos - Première journée à Portimão pour les MotoGP

Photos - Première journée à Portimão pour les MotoGP
Charger les commentaires