Bagnaia ému après un premier succès conquis avec style

Pecco Bagnaia estime que son duel avec Marc Márquez rend sa victoire encore plus belle au GP d'Aragón. L'Italien a parfaitement géré la pression exercée par le pilote Honda dans les derniers tours.

Bagnaia ému après un premier succès conquis avec style

Le Grand Prix d'Aragón restera l'un des moments les plus forts de la carrière de Pecco Bagnaia. Le pilote Ducati a signé son premier succès en MotoGP après avoir mené toute la course depuis la pole, mais il est aussi sorti vainqueur d'un sublime duel avec Marc Márquez. Ce dernier a porté un total de sept attaques dans les trois derniers tours, auxquelles Bagnaia a toujours su répliquer, sans jamais craquer face à la pression permanente que le #93 a exercée.

Cette victoire vient aussi récompenser un pilote qui sortait de plusieurs courses difficiles marquées par des soucis de pneus, et d'autres dans lesquelles Bagnaia n'avait pas pu exploiter son potentiel, comme à Portimão, où un chrono annulé en qualifications l'a contraint à une remontée jusqu'à la deuxième place en course, ou au Mugello, Grand Prix qu'il a mené avant de chuter. 

"Je pense que j'ai 10 kg en moins sur les épaules", a déclaré celui qui a offert à l'Italie son 200e succès au site officiel du MotoGP. "C'est une grande journée pour nous, pour l'équipe, pour Ducati et pour moi. À chaque fois que je suis passé proche de ma première victoire, il manquait quelque chose. Gagner une course comme ça, c'est incroyable, parce que Marc est toujours bon ici. C'est une piste qu'il aime beaucoup et qui lui convient. Ses chances de victoire étaient plus fortes qu'ailleurs."

Lire aussi :

"La bataille a été très dure. Marc a essayé de me doubler sept fois. J'ai toujours essayé de ne pas le laisser un seul virage devant moi. Je voulais être tout le temps devant. Quand j'ai vu qu'il était sorti large au virage 12, je me suis dit que je devais faire le maximum dans les quatre derniers virages. C'était une grande émotion en passant la ligne. Je suis très heureux."

Cette lutte avec un des pilotes les plus titrés de l'Histoire donne une saveur particulière au succès de Bagnaia : "Gagner avec un gros écart, c'est toujours sympa, mais je préfère une belle lutte", a précisé l'Italien en conférence de presse. "Je n'avais jamais eu une telle course. Quand j'ai gagné le Championnat [Moto2] en 2018, j'ai juste eu une bagarre avec Miguel [Oliveira] en Autriche. Ce n'est que ma deuxième victoire après une bagarre. Je pense que c'est plus dur en MotoGP. Marc était très bon aujourd'hui mais on a réussi à être suffisamment forts pour le battre."

"Je pense que c'est ma victoire préférée, la plus belle", a ajouté Bagnaia. "Quand j'étais petit, je regardais les pilotes en MotoGP. En grandissant, j'ai vu des bigarres entre Vale, Pedrosa et Lorenzo. Quand je suis arrivé en MotoGP, j'ai vu des bagarres entre Marc, Dovi, Vale et Lorenzo. Le rêve était de gagner en MotoGP. Gagner face à l'un des pilotes qui a le plus de titres en MotoGP, c'est toujours sympa, même s'il n'est pas à 100%. Quand un pilote est du niveau de Marc, il est toujours fort. Je suis très ému d'avoir gagné aujourd'hui."

À chaque fois que Márquez a tenté un dépassement, Bagnaia a pu répliquer immédiatement, croisant la trajectoire pour reprendre la première place. Il estime que sa position de leader était un avantage en fin d'épreuve : "Je pense que j'étais dans la meilleure position. Quand on se bat en fin de course sur une piste comme ça qui donne peu d'adhérence, c'est plus facile de se défendre parce qu'à chaque fois qu'on attaque, on peut sortir large."

"Je me disais que Marc essaierait de doubler en fin de course. Dans la première partie, je pense que c'était inutile à cause de l'aspiration. Quand il a commencé à tenter de me doubler, je me suis dit que j'allais freiner plus fort et que ce n'était pas facile de me doubler dans cette phase. Il sortait toujours large parce que le pneu arrière ne lui permettait pas de bien freiner. J'étais dans la meilleure position pour me défendre. Si j'avais été derrière, ça aurait probablement été la même chose pour moi."

L'ultime attaque de Marc Marquez, dans le dernier tour au virage 12, était la plus agressive mais peut-être la plus désespérée puisque le Catalan a dû passer dans la zone de dégagement. Bagnaia avait alors la victoire assurée mais il craignait encore une dernière tentative de son rival : "J'ai freiné très fort et quand j'ai vu qu'il essayait de doubler, je me suis dit que c'était impossible qu'il reste sur la trajectoire, et c'est ce qu'il s'est passé."

"Je pensais qu'il tenterait encore au virage 15. J'ai fait de mon mieux dans les virages 13 et 14, avec le même chrono que dans les premiers tours. Je savais que ça serait très dur de me doubler dans le dernier virage parce que je freinais très tard et que je restais sur la trajectoire. S'il ne me doublait pas au virage 15, mes chances de victoire étaient plus élevées et c'est ce qu'il s'est passé. Je peux dire que c'est une journée incroyable."

Lire aussi :

partages
commentaires
Championnat - Bagnaia grignote l'avance de Quartararo

Article précédent

Championnat - Bagnaia grignote l'avance de Quartararo

Article suivant

Quartararo mécontent d'un pneu au fonctionnement "vraiment bizarre"

Quartararo mécontent d'un pneu au fonctionnement "vraiment bizarre"
Charger les commentaires