Pecco Bagnaia sera opéré après les tests de Jerez

Dès qu'il aura bouclé les premiers essais d'intersaison, Pecco Bagnaia, vice-Champion du monde cette année, subira une petite intervention pour oublier définitivement sa fracture du tibia de l'an dernier.

Pecco Bagnaia sera opéré après les tests de Jerez

Après avoir remporté le Grand Prix de Valence et bouclé ce qui est à ce jour sa meilleure saison dans la catégorie MotoGP, avec à son actif de premières pole positions, de premiers succès et la deuxième place au championnat, Pecco Bagnaia a annoncé qu'il subirait bientôt une petite intervention chirurgicale.

Le pilote italien va profiter du tout début de la pause hivernale afin de retirer la plaque qui avait été posée l'an dernier pour guérir une fracture collatérale du plateau tibial, conséquence d'une lourde chute subie à Brno au mois d'août. Opéré à Ancône au lendemain de son accident, il avait pu reprendre la compétition un mois plus tard, et il a depuis retrouvé un très bon niveau de forme physique.

Ôter cette plaque est toutefois la dernière étape incontournable de sa récupération et, comme les pilotes en ont l'habitude, l'Italien l'a planifiée dès l'entame de la pause afin d'avoir tout le temps nécessaire pour se remettre de l'intervention. Après les essais d'intersaison prévus jeudi et vendredi, à Jerez, le rendez-vous est donc déjà pris pour la semaine prochaine. Aucun roulage n'étant autorisé en décembre et janvier, il ne reprendra pas la piste avant le 5 février, à Sepang.

"Avant toute chose, le 23 novembre je vais être opéré pour enlever la plaque que j'ai dans le genou, parce que l'année dernière je me suis cassé le tibia et j'avais été opéré. Cette année, je vais l'enlever", a indiqué Pecco Bagnaia. "Ensuite je vais aller à New York avec ma petite amie. Je vais sûrement avoir un mois de convalescence, puis un peu de repos et de vacances parce que cet été je n'en ai pas pris."

Une saison menée tambour battant

Le pilote Ducati conclut en effet une année intense pour lui, s'étant refusé à prendre de véritable pause depuis que le championnat a débuté, en mars dernier. En intégrant l'équipe officielle du constructeur italien, il a entamé sa saison en décrochant sa première pole position et un podium, le deuxième pour lui dans la catégorie MotoGP. Trois deuxièmes places allaient suivre par la suite, mais c'est surtout au sortir de l'été que Bagnaia a passé un cap impressionnant.

Depuis qu'il a remporté sa première course, au Grand Prix d'Aragón, le Turinois a écrasé la concurrence : en six manches, il a décroché cinq pole positions et cinq podiums, parmi lesquels quatre victoires, une cinquième lui ayant échappé de peu au Grand Prix d'Émilie-Romagne lorsqu'il est tombé en occupant la tête de la course. S'il a manqué le titre, il n'affiche finalement que 26 points de retard sur le champion, Fabio Quartararo, qu'il a dominé comme ses autres adversaires sur cette série de six courses en empochant 116 points, contre 72 pour le Français.

Pecco Bagnaia et Jorge Martín

Dimanche, à Valence, Bagnaia a terminé sur un dernier succès, accompagné du record de la piste en course. "C'était une pression positive", a-t-il décrit au sujet de cette épreuve. "Je ne me battais pour rien car les positions au championnat étaient déjà décidées. Alors j'ai juste fait ma course, j'ai fait ce que j'ai fait tout le week-end et je suis juste très heureux d'avoir gagné avec ce casque [en hommage à Rossi, ndlr]."

Lire aussi :

"Je pense que c'est une de mes plus belles victoires de la saison, parce que je suis mal parti, des pilotes m'ont passé, j'ai dû revenir et au final j'ai obtenu ce résultat, le jour où Vale a fini sa carrière alors c'est parfait", a-t-il souligné auprès du site officiel du MotoGP. "Je savais que mon rythme était plus rapide que celui de Jorge [Martín], mais je ne voulais pas prendre trop de risques. J'ai été lent dans le virage 2 car j'y suis tout le temps tombé, donc je l'ai fait un peu plus lentement et à chaque tour il revenait."

"Mais j'étais certain que ce rythme était très compétitif et que c'était suffisant pour me creuser un peu d'avance, car j'étais assez compétitif aussi au freinage à l'exception du virage 2. Jorge a fait un boulot incroyable pendant la première partie de la course. Au début, j'avais du mal à le passer mais ensuite, quand j'ai vu que c'était possible, j'ai essayé et j'ai ensuite essayé d'imprimer mon rythme."

partages
commentaires

Related video

Photos - Les adieux de Valentino Rossi au MotoGP
Article précédent

Photos - Les adieux de Valentino Rossi au MotoGP

Article suivant

La très grosse émotion de Danilo Petrucci pour ses adieux au MotoGP

La très grosse émotion de Danilo Petrucci pour ses adieux au MotoGP
Charger les commentaires