Pecco Bagnaia : "J'ai vraiment le potentiel pour gagner"

À la peine avec son pneu arrière, Pecco Bagnaia était "très loin" du niveau affiché par Jorge Martín et Fabio Quartararo en qualifications au Red Bull Ring, mais il estime avoir ses chances en course.

Pecco Bagnaia : "J'ai vraiment le potentiel pour gagner"

Pecco Bagnaia a une nouvelle fois décroché une place en première ligne au GP d'Autriche mais son agacement était perceptible dans le Parc Fermé. Incapable de suivre le rythme de Jorge Martín et Fabio Quartararo, les deux hommes forts des qualifications, le pilote Ducati reconnaît être trop en difficulté dans le troisième secteur mais reste encouragé par son rythme en conditions de course.

"J'ai fait de bonnes choses ce matin et hier", a précisé Bagnaia en conférence de presse. "En EL4 aussi, j'avais de bonnes sensations en pneus usés, parce qu'après 21 tours, j'avais un bon rythme. Je suis content de ça, mais j'ai eu plus de mal en qualifications. J'ai eu moins d'adhérence que ce matin, avec les deux pneus, donc j'ai eu un peu de mal."

"Quand j'ai vu le 1'26"6, j'ai eu du mal à le croire parce que je me disais que les conditions n'étaient pas les mêmes. C'est très loin de mon niveau actuel. Je pense que je perds trop de temps dans le troisième secteur. J'essaie d'y être bon mais Jorge y fait des choses incroyables, parce qu'il bat les Yamaha et les Suzuki. J'ai essayé d'étudier ce qu'il fait mais c'est très dur de faire la même chose."

Lire aussi :

Bagnaia a néanmoins réussi à accrocher la première ligne alors qu'il n'avait aucun chrono après son premier relais, ses deux tentatives ayant été annulées en raisons de passages hors des limite de la piste : "C'était stressant parce que j'ai eu beaucoup de mal avec le pneu arrière, les deux", a expliqué Bagnaia au site officiel du MotoGP. "Avec le premier, c'était impossible de finir un tour parce que je sortais toujours sur le vert. Je glissais beaucoup. Le deuxième [pneu] était peut-être un peu mieux, mais le niveau des deux pneus arrière n'était pas le même que ce matin. On ne sait pas pourquoi, on doit vérifier les données."

"C'est dur quand c'est comme ça. On doit rouler à fond mais si le pneu arrière ne t'aide pas, c'est très dur, et on prend beaucoup de risques. J'ai perdu l'avant deux fois en Q2, pour finir devant, parce que l'arrière ne m'aidait absolument pas. Il faut peut-être en parler avec Michelin et comprendre quoi faire pour être plus constant sur les pneus."

Ducati s'étant imposé chaque année depuis la saison 2016 et le retour au calendrier du circuit de Spielberg, Bagnaia faisait figure de favori il y a une semaine mais sa course s'est conclue par une arrivée hors des points en raison de difficultés avec son pneu arrière. Très bien placé dans la première partie de la course, l'Italien pense avoir tout ce qu'il faut pour faire mieux ce dimanche mais il sait que les deux pilotes qui le devanceront sur la grille seront redoutables.

"J'espère juste avoir des conditions normales, parce que dans le premier départ [le week-end dernier], je pense que j'étais performant. J'ai fait un 1'25"2 dans les premier tours et je pense que c'était un rythme normal. Mais tout a été très difficile après le deuxième départ. [...] Toutes les conditions sont bonnes, on est bons sur le sec, dans des conditions mixtes, donc on est prêts. Mais la semaine dernière c'était très mauvais. J'espère juste des conditions normales."

"J'aimerais n'avoir aucun problème", a-t-il ajouté. "J'en ai déjà eu trois. Je préfèrerais ne pas avoir de soucis demain en course. Je pense que j'ai vraiment le potentiel pour gagner mais Jorge et Fabio sont très forts. Je vais essayer, je vais faire de mon mieux et on verra si je peux me battre, mais je suis vraiment sûr que je peux rester devant."

Cette première victoire en MotoGP est l'un de ses principaux objectifs du natif de Turin pour sa première saison dans l'équipe Ducati officielle. Membre de la VR46 Riders Academy, Bagnaia n'a cependant pas demandé de conseils à son mentor, Valentino Rossi, n'y voyant pas véritablement d'intérêt : "Je n'ai pas parlé de la course avec Vale. Il m'a juste demandé pourquoi j'avais choisi ces pneus mais on n'a pas parlé de victoire et il ne m'a pas donné de conseil".

"Je pense qu'il faut gagner sans conseils. Quand on est en course, on ne songe pas à des conseils, on ne pense qu'à rouler le plus vite possible et plus vite que les autres. Pour moi, c'est impossible de donner des conseils aux pilotes pour une victoire."

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

Quartararo frustré mais "beaucoup plus fort" que le week-end dernier

Article précédent

Quartararo frustré mais "beaucoup plus fort" que le week-end dernier

Article suivant

Bien qualifié, Márquez s'estime hors de la lutte pour le top 5 en course

Bien qualifié, Márquez s'estime hors de la lutte pour le top 5 en course
Charger les commentaires