Les pneus et l'avenir, le double casse-tête de Pedrosa

partages
commentaires
Les pneus et l'avenir, le double casse-tête de Pedrosa
Par :
2 juil. 2018 à 08:59

Encore un week-end à oublier pour le pilote catalan, qui admet que l'incertitude sur son avenir commence à peser.

Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team

Dani Pedrosa se trouve actuellement dans sa pire saison en 13 ans de MotoGP et il suffit de regarder le championnat pour en prendre la mesure : en huit courses, il n'a signé aucun podium, n'est entré que deux fois dans le top 5 et a cumulé 99 points de retard sur son coéquipier. En y regardant d'un peu plus près, il s'avère que seule sa première saison mondiale, en 125cc, a été aussi rude : il lui avait alors fallu 12 courses pour monter sur le podium.

Assen n'était assurément pas la meilleure piste pour espérer inverser la tendance, sachant qu'il n'y a obtenu que cinq podiums depuis son arrivée en MotoGP, en 2006, le dernier datant de 2014. Mais ce week-end a surpassé toutes les prévisions, puisqu'il a obtenu sa deuxième plus faible qualification (18e) et n'a terminé que 15e en course.

"Week-end très difficile", tranche Dani Pedrosa. "Ça a été de mal en pis, parce que ça a empiré à mesure que le vent s'est renforcé. Je suis parti très loin et j'ai même perdu quelques places dans les premiers virages. Puis j'ai eu du mal à trouver de la vitesse en pneus neufs."

Le pilote espagnol continue en effet à être en difficulté en pneus neufs et ne parvient pas à suffisamment exploiter les tendres, une double problématique qui l'a occupé tout le week-end. Vendredi, il a utilisé une paire medium-medium pendant les essais du matin, avant de passer à des hard-hard dans l'après-midi, néanmoins au moment de lancer le time attack le recours au soft ne lui a pas permis de progresser autant qu'il l'aurait souhaité. En travaillant avec une monte medium-soft en EL3, le résultat n'a pas non plus été au rendez-vous et, dans un classement très serré, ne pas réussir à entrer dans la fenêtre des 1'33 a été rédhibitoire : il était hors du top 10. Il a poursuivi ce travail pour les EL4, en utilisant à nouveau un pneu avant hard associé cette fois à un soft arrière, sans trouver la clé.

Sur cette dynamique, sa course s'annonçait très difficile, notamment à cause de sa 18e place sur la grille, conséquence directe d'une qualification très compliquée. Sans parvenir à suffisamment progresser avec son pneu arrière soft neuf au moment d'aller chasser le chrono, le Catalan s'est montré plus lent en Q1 qu'en essais libres. Dimanche, parti de la sixième ligne en medium-soft, Pedrosa s'est maintenu toute la course très loin des bagarres de premier plan et n'a fait son entrée dans la zone des points que dans l'avant-dernier tour en prenant l'avantage sur Tito Rabat.

"Je n'ai pas fait de progrès en début de course. J'ai perdu des positions dans les premiers tours. C'était difficile de prendre le rythme, j'avais plus ou moins les mêmes sensations qu'en essais. Petit à petit, j'ai réussi à être de plus en plus rapide, et plus à l'aise, et j'ai amélioré mes temps au tour. Le problème est que j'ai rattrapé le groupe et que je perdais beaucoup dans la dernière chicane, donc il était difficile pour moi de faire des dépassements clairs."

"Ensuite, je me suis retrouvé bloqué derrière le groupe et j'ai de nouveau commencé à faire des tours lents. Je suis sorti large au virage 1 pour éviter une chute, j'ai perdu deux ou trois secondes sur le groupe, et au bout d'un tour ou deux j'ai attaqué de nouveau et j'ai récupéré un bon rythme. Ça veut dire que le point positif est que j'étais fort à la fin. Je dois travailler pour être plus rapide avec les pneus neufs, pour mieux me qualifier", résume le Catalan.

Un contexte qui n'arrange rien

Lorsqu'il lui a été demandé, après la course, s'il lui était plus difficile pour lui de se concentrer compte tenu de toute l'incertitude qui entoure son avenir, la réponse de Pedrosa a été un lapidaire "oui".

Il faut dire que la question est récurrente et ce type de résultats attire les convoitises – il suffit pour cela de penser aux positions délicates de Smith ou encore Bautista, qui disent attendre de connaître l'avenir de Pedrosa pour y voir plus clair sur le leur, ou à un Alex Lowes qui s'est fendu d'un message limpide dimanche soir sur les réseaux sociaux arguant qu'il était prêt à prendre la place dévolue à Pedrosa si celui-ci n'avait plus l'envie de continuer sa carrière…

"Quand vous pensez trop, vous pensez trop. Quand vous pilotez cette moto, vous ne devez pas penser", faisait savoir Dani Pedrosa dès samedi. "Vous devez avoir de bonnes sensations et avancer. Si vous pensez, soit à ça, soit à un autre aspect de votre vie, ça influence toujours un peu votre pilotage, c'est sûr."

Avec Michaël Duforest

Article suivant
Viñales retrouve sa confiance et le podium

Article précédent

Viñales retrouve sa confiance et le podium

Article suivant

Márquez vs Rins : une touchette et un sauvetage d'anthologie !

Márquez vs Rins : une touchette et un sauvetage d'anthologie !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP des Pays-Bas
Catégorie Course
Lieu Assen
Pilotes Dani Pedrosa Boutique
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Léna Buffa
Soyez le premier à recevoir toute l'actu