Pedrosa : "Pour l'instant, ce sont juste des essais"

Le pilote espagnol a, comme à Sepang, impressionné le paddock en signant le meilleur chrono absolu des trois jours d'essais. Mais il sait aussi que les prochains tests au Qatar seront une tout autre paire de manches.

Il avait signé le meilleur temps lors de la toute première journée d'essais officiels de l'année 2018, à Sepang, mais cette fois-ci il a fallu attendre le dernier jour de roulage à Buriram pour le voir s'immiscer en tête de la hiérarchie.

Qu'on se le dise, Dani Pedrosa a démarré cette nouvelle année du bon pied, bien aidé par une Honda qui semble avoir nettement progressé depuis l'an passé, et qui a notamment gagné en vitesse de pointe, comme cela a pu être remarqué en Thaïlande, sur un circuit de style stop-and-go.

Tout comme son voisin de garage, Marc Márquez, le numéro 26 a eu tout le loisir d'étrenner les nouvelles solutions apportées par le constructeur japonais en Asie du Sud-Est. Nouveau moteur, nouveau carénage et un bras oscillant tout en carbone, autant de nouveautés qu'il a fallu pousser à bout pour en cerner toute l'opportunité.

"Vous savez, on apprend la piste, et on a fait beaucoup de travail, donc c'est positif d'être dans le groupe de tête", souriait le Catalan à l'issue des trois jours de tests, avertissant toutefois sur le fait que ces bons résultats restent encore à relativiser. "C'est toujours important. Mais pour nous, c'est toujours un test. On vient pour tester des choses, pour être prêts en course. Parfois on essaie d'attaquer de plus en plus car pour essayer des choses vous devez les mener à la limite."

L'idée pour Honda comme pour toutes les équipes, c'est bien évidemment de fourbir ses armes en vue de la première course, qui se déroulera à présent dans un peu moins d'un mois au Qatar. Un circuit au profil opposé à celui de Buriram, avec des enchaînements plus fluides et, surtout, des conditions qui n'auront rien à voir.

Des conditions opposées à Buriram

Exit ainsi la fournaise thaïlandaise façon wok, et place à la fraîcheur nocturne du désert du Golfe Persique, sur un autre circuit qui n'a pas souri ces dernières années à la marque à l'aile dorée.

Là-bas, il faudra d'ailleurs prendre garde au moteur, encore et toujours jugé comme trop agressif. Un facteur qui ne devrait pas s'arranger avec une plus grande quantité d'air admise dans les cylindres du V4 japonais.

La prudence reste donc de mise pour Pedrosa, qui ne se voit pas trop beau à Losail. "On aura les conclusions des deux tests, donc on essaiera d'atteindre ce qu'on n'a pas pu faire sur ces essais, sur la prochaine piste", explique celui qui a remporté deux courses en 2017. "Évidemment, la piste sera un peu différente, ce sera une première pour nous dans des conditions plus fraîches. Notre première expérience [avec le moteur] était dans des conditions chaudes, et il faut le régler pour des conditions différentes."

L'an dernier, le box de Pedrosa a vu l'arrivée d'un certain Sete Gibernau en qualité de coach mental de son compatriote, qui ressortait d'un exercice 2016 difficile. Avec plus ou moins de succès, car si Pedrosa a parfois su assoir une domination sans partage (Jerez) ou s'est fendu d'éclats de génie (son dépassement sur Zarco dans le dernier tour à Valence), celui-ci est encore resté trop friable et irrégulier sur l'ensemble de la saison.

Alors, si Pedrosa jouit de la statistique flatteuse d'avoir remporté au moins une course lors de chacune de ses saisons en Grand Prix depuis 2002, il fait peu de doutes qu'il aspire également à autre chose et aimerait bien contrecarrer l'hégémonie de Márquez.

Pour l'instant, difficile de dire si la hiérarchie sera renversée chez Honda en 2018, mais au moins peut-on être assuré que Pedrosa fait tout pour. "On essaie de se préparer au mieux car le but est d'arriver sur les premières courses avec une chance d'être dans le groupe de tête et de se battre dans ce groupe lors du week-end de course", confirme-t-il. "Pour l'instant, ce sont juste des essais, mais les sensations avec la moto s'améliorent. Certaines choses ne sont pas encore au point car on a besoin de plus d'essais, mais la première fois à Sepang était positive, et ici aussi. Pour le moment l'équipe travaille bien, on a fait trois jours assez difficiles ici car il faisait super chaud, mais au moins on a de bonnes informations, et maintenant on part pour les essais suivants." 

Avec Michaël Duforest

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Essais de février à Buriram
Sous-évènement Dimanche
Circuit Chang International Circuit
Pilotes Dani Pedrosa
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Réactions