Petronas SRT : "Nous aimerions vraiment rester avec Yamaha"

En concurrence avec VR46, Petronas garde Yamaha comme option n°1 pour la suite de son engagement en MotoGP.

Petronas SRT : "Nous aimerions vraiment rester avec Yamaha"

L.B., Le Mans - La silly season du MotoGP cette année a la particularité de ne pas concerner que les liens entre pilotes et équipes, mais aussi de définir ce que sera l'ensemble de l'échiquier de la catégorie à partir de 2022. L'inscription du team VR46 a apporté une clarification importante à la liste des équipes et au nombre de motos qui formeront la grille, même si Suzuki et Aprilia auraient théoriquement toujours une carte à abattre pour inscrire des motos supplémentaires, via une équipe satellite.

L'autre point majeur qui reste à définir concerne les unions entre les équipes engagées et les six constructeurs qui forment le championnat et qui ont tous prolongé leur contrat avec la Dorna pour le prochain cycle de cinq ans. Plusieurs structures sont aujourd'hui en quête d'un accord. C'est notamment le cas de VR46 qui pèse actuellement sur ce marché au point de pouvoir engendrer un effet domino pour les autres équipes. Valentino Rossi a confirmé ces derniers jours que le choix se ferait entre Yamaha et Ducati, et si on dit l'équipe proche du constructeur italien elle a également reçu une offre attrayante de la part d'Iwata.

Lire aussi :

Le team SRT, lié à Yamaha depuis 2019, n'a pas encore été en mesure d'officialiser la marque avec laquelle se poursuivra son programme MotoGP, même si les discussions sont menées déjà de longue date. Assurée de conserver deux places sur la grille jusqu'en 2026, l'équipe malaisienne doit à présent passer les deux étapes suivantes, tout aussi essentielles ; d'abord valider le soutien financier de Petronas, ce qui est attendu sous peu, puis sceller un accord avec un constructeur pour la fourniture des motos.

Aujourd'hui, SRT garde son cap et affirme sa volonté de prolonger son accord avec Yamaha, ce qui constitue son option numéro 1, mais sans avoir totalement la main. "Nous aimerions vraiment rester avec Yamaha, mais cela ne dépend pas que de nous. VR46 est aussi intéressé par Yamaha pour l'avenir. Cela ne dépend en tout cas pas que de nous", explique Wilco Zeelenberg, team manager, à Motorsport.com.

"Yamaha ne veut clairement pas avoir trois équipes car ils ne pourraient pas le gérer comme ils le voudraient, alors il faut voir. La situation est la même qu'il y a une ou deux semaines, il y a deux équipes intéressées par ces motos et il faut attendre de voir. La situation est inchangée."

Depuis son arrivée dans la catégorie reine en 2019, l'équipe malaisienne a immédiatement su se constituer un palmarès qui a de quoi faire envie, avec 12 poles positions, 16 podiums et déjà six victoires collectées, mais aussi une cinquième puis une deuxième place au championnat pilotes. Il semblerait donc improbable que l'aventure puisse s'arrêter là.

"Quand nous avons commencé, notre mission était [de faire] au moins huit ans, [en commençant par] finir les trois premières années que nous avons reprises d'Aspar. Ces trois années sont maintenant terminées et la Dorna nous a confirmé deux places pour cinq années de plus. Le team doit encore annoncer formellement ses plans et nous le ferons le moment venu", précise Wilco Zeelenberg.

"Nous devons prendre des décisions : [choisir] quel constructeur, et toutes ces grandes choses doivent être décidées, mais ça n'est pas encore fait. Mais cinq ans de plus, je n'imagine pas que cela ne se fasse pas. Je pense que nous avons obtenu de trop bons résultats pour nous arrêter en 2022, je dois l'admettre."

"Pour le moment, la Dorna nous a confirmé les places, et nous avons donc le [point de] départ pour cinq ans de plus, avec deux pilotes, et ensuite il faut avoir l'argent, il faut avoir le constructeur. Et ce n'est pas seulement Petronas, ce sont tous les sponsors car il y a beaucoup d'argent impliqué, donc cela prend du temps."

partages
commentaires

Related video

En vue de la course, Zarco a joué au pilote-météorologue !
Article précédent

En vue de la course, Zarco a joué au pilote-météorologue !

Article suivant

Mir et Rins optimistes pour la course malgré leur élimination en Q1

Mir et Rins optimistes pour la course malgré leur élimination en Q1
Charger les commentaires