Petronas Yamaha SRT : "Les pilotes ont soif de victoire"

partages
commentaires
Petronas Yamaha SRT :
Par :
2 févr. 2019 à 10:15

Face à la démonstration de force effectuée par Petronas lundi dernier au cours de sa présentation, les attentes et les objectifs de l'équipe malaisienne se veulent élevés pour 2019.

Fabio Quartararo, PETRONAS Yamaha Sepang Racing Team
Fabio Quartararo, PETRONAS Yamaha Sepang Racing Team, Franco Morbidelli, PETRONAS Yamaha Sepang Racing Team
Franco Morbidelli, PETRONAS Yamaha Sepang Racing Team
Fabio Quartararo, PETRONAS Yamaha Sepang Racing Team
Franco Morbidelli, PETRONAS Yamaha Sepang Racing Team
Franco Morbidelli, PETRONAS Yamaha Sepang Racing Team
Franco Morbidelli, PETRONAS Yamaha Sepang Racing Team
Franco Morbidelli, Petronas SRT Yamaha
Fabio Quartararo, PETRONAS Yamaha Sepang Racing Team
La moto de Fabio Quartararo, PETRONAS Yamaha Sepang Racing Team

C'est en grande pompe que la nouvelle équipe Petronas Yamaha SRT a été officiellement lancée en début de semaine à Kuala Lumpur, capitale de la Malaisie. L'occasion de découvrir tout le dispositif déployé justement par Petronas dans les trois différentes catégories en Grand Prix, ainsi que la livrée, noire et turquoise, de la Yamaha qui sera utilisée par la structure en MotoGP.

Bien qu'étant une équipe satellite, cette dernière entend bien enchaîner sur de premiers essais hivernaux de bon aloi, qui ont vu Franco Morbidelli, doté d'une moto dotée d'une spécification "A", similaire à celle d'usine, s'approcher du top 5 et se montrer particulièrement compétitif.

Lire aussi :

Se battre aux avant-postes

Pour le Champion du monde Moto2 2017 et Rookie de l'année 2018, l'idée est bien d'ailleurs de jouer les trouble-fêtes avec les pilotes de pointe, quand le site officiel du MotoGP lui demande ses objectifs pour la prochaine saison : "Se battre parfois avec les top pilotes serait génial pour nous et, sur la base du niveau qu'on a eu en essais, c'est quelque chose de possible, alors on va essayer d'y arriver et de travailler au mieux pour y parvenir aussi souvent que possible."

Les bons résultats obtenus en novembre dernier à Valence et Jerez n'empêchent cependant pas l'Italo-Brésilien de rester humble quant au statut de la nouvelle entité au sein de laquelle il évolue désormais. "Il faut qu'on garde à l'esprit qu'on est une équipe satellite", nuance-t-il. "Alors notre objectif devrait être d'être les premiers parmi les teams satellites. Je pense qu'on a tout pour y arriver, alors on va essayer."

Lire aussi :

Pour son tout jeune coéquipier, Fabio Quartararo, qui fêtera ses 20 ans en avril prochain et fait office de pilote le plus jeune du plateau, la priorité sera déjà de finir son acclimatation à une MotoGP dont le comportement l'avait fortement surpris lors des essais de novembre.

"Il faudra que je m'adapte à nouveau à la moto parce que ça fait longtemps qu'on n'a pas roulé avec", prévient le Français. "Le premier jour [des essais de Sepang] sera sûrement difficile, mais il faut qu'on continue à travailler pour que je m'adapte à la moto le deuxième et le troisième jours."

Quartararo vise la place de meilleur rookie

Là encore, son manque d'expérience n'empêche pas le Niçois de viser haut pour 2019. Car après tout, l'ensemble des nouveaux venus dans la catégorie reine seront eux aussi très "verts" au moment de reprendre le guidon la semaine prochaine.

"Il est clair que je veux être Rookie de l'année, je crois que c'est l'objectif de tout pilote qui arrive du Moto2", poursuit Quartararo. "Quant aux résultats, je crois qu'il faut qu'on prenne les courses les unes après les autres et le plus important est de voir la progression entre le début et la fin de la saison."

Lire aussi :

Alors que ses deux pilotes disposeront d'une version différente de la M1 cette année (une version "A" donc pour Morbidelli, et une version "B", moins avancée, pour Quartararo), le team manager de l'équipe Wilco Zeelenberg espère que le constructeur japonais aura réussi à résoudre durant l'hiver les maux qui ont compromis ses performances au cours des deux dernières saisons.

"Après ce que nous avons fait à Valence et Jerez, nous voulons continuer dans la même voie, car les pilotes s'en sont très bien sortis, la moto s'est très bien comportée", juge-t-il ainsi. "Bien sûr Yamaha a travaillé très dur pour prendre en main tous les problèmes qu'ils ont eus ces dernières saisons. Quant à savoir où nous nous situons, c'est un point d'interrogation."

Il faudra notamment se montrer performant sur l'ensemble des circuits, et non pas souffrir de résultats en dents de scie comme cela avait été le cas de l'équipe officielle en 2018. "L'an dernier, nous avons remporté une course avec Maverick [Viñales], mais nous avons également été en difficulté sur de nombreuses autres pistes", reprend-il. "Donc voyons voir comment Yamaha se sort de cet hiver. Les pilotes ont soif de victoire, ça je peux vous le dire, et l'équipe est impatiente de reprendre la compétition."  

Avec Léna Buffa

Article suivant
C'était un 1er février : les essais de Rossi avec Ferrari à Valence

Article précédent

C'était un 1er février : les essais de Rossi avec Ferrari à Valence

Article suivant

Rainey : Rossi "impressionnant", toujours au rendez-vous le dimanche

Rainey : Rossi "impressionnant", toujours au rendez-vous le dimanche
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Présentation Petronas Yamaha
Pilotes Franco Morbidelli , Fabio Quartararo
Auteur Willy Zinck
Be first to get
breaking news