Petrucci triste d'avoir été privé de ses adieux au public italien

Sur le point de quitter les Grands Prix après dix ans de MotoGP, Danilo Petrucci aurait aimé saluer une dernière fois les fans italiens à l'occasion de sa dernière course à Misano. Une chute l'en a empêché et, malgré sa tristesse, il a encore fait preuve d'une grande humanité.

Petrucci triste d'avoir été privé de ses adieux au public italien

Les émotions fortes n'ont pas manqué lors du Grand Prix d'Émilie-Romagne, et notamment pour Danilo Petrucci. Moins médiatisé que le nouveau Champion du monde Fabio Quartararo ou que la star Valentino Rossi qui disputait son dernier Grand Prix en Italie, le pilote Tech3 faisait lui aussi ses adieux au public transalpin avant de quitter le MotoGP le mois prochain. À l'instar du Docteur, il aurait aimé pouvoir partager avec les spectateurs un dernier tour d'honneur, mais en a été privé dans une chute survenue dès le troisième tour de la course.

Parti neuvième − de loin sa meilleure qualification de la saison sachant qu'il n'avait pas encore atteint la Q2 en 2021 −, Petrucci a d'abord perdu quelques places dans le premier tour après un dépassement de Quartararo. "Il m'a passé au Curvone, et à cet endroit il n'y a qu'une trajectoire, alors en entrant à l'intérieur il m'a fait élargir. Clairement, il était beaucoup plus rapide que moi. À ce moment-là, ils ont été trois ou quatre à me passer : Zarco, Álex Márquez, Nakagami, tout un tas de gens", a-t-il expliqué.

Au troisième tour, c'est une attaque de Joan Mir, cette fois, qui a mis fin prématurément à sa course. "Malheureusement, Joan a essayé de me passer au virage 2, mais il a chuté et on est tombé ensemble", a-t-il décrit. "Il n'y a pas grand-chose à en dire, ce sont des choses qui peuvent arriver."

Petrucci s'est alors illustré par une de ces belles images dont sont capables les grands pilotes, puisqu'au lieu de passer sa colère sur celui qui venait de gâcher sa course, il l'a pris dans ses bras. "Il m'a demandé pardon et j'ai compris la situation. Joan est très jeune, il est très rapide et peut-être qu'il savait qu'il aurait eu le rythme pour être beaucoup plus à l'avant", a-t-il expliqué, refusant d'envisager une plainte quelconque après-coup. "J'ai parfaitement compris la situation. J'étais clairement beaucoup plus lent que lui et il était pressé de me passer. Je pense que si on s'était battu pour une place de tête, il aurait été pénalisé, mais franchement je ne suis pas le genre de personne qui aime demander des pénalités, surtout dans ce genre de situation. […] Non, je ne veux pas que Joan soit pénalisé."

"On est des pilotes. Joan, je le connais depuis tout petit, il était dans le team Leopard avec mon père quand il a gagné le titre. J'ai toujours été un de ses fans. C'est un gars très bien, et dès qu'on est tombé il m'a demandé pardon. De toute façon, les motos étaient désormais cassées et on ne pouvait pas repartir. Je dois dire qu'il y a énormément de respect entre les pilotes", a assuré l'Italien.

Lire aussi :
Danilo Petrucci, KTM Tech3, Joan Mir, Team Suzuki MotoGP après leurs chutes

Danilo Petrucci et Joan Mir après leur chute

C'est malgré tout la tristesse qui prédominait chez Danilo Petrucci, car à défaut d'aller au bout de sa course, il aurait aimé pouvoir reprendre le guidon pour un tour d'honneur, mais n'en a pas eu la possibilité. "Je n'avais plus rien sur le côté gauche de la moto. J'ai essayé de repartir, mais je n'avais plus de pédale [gauche], donc malheureusement ça a été impossible."

"Ça aurait été super de finir mon dernier Grand Prix en Italie, pour saluer tous mes amis qui étaient sur le circuit, mais bon, on n'a pas beaucoup de chance cette année et je n'ai pas grand-chose à dire, je suis très triste. Même si on savait que je ne pourrais pas être très rapide, ça aurait été beau de les saluer une dernière fois", a-t-il regretté. "Personne ne pourra me rendre l'émotion de pouvoir saluer le public comme je l'ai fait tout le week-end, et qui avait été si sympa. C'est l'une des plus grandes émotions qu'on a en MotoGP. Quand on salue les tribunes, tout le monde se lève et [les spectateurs] sont très contents qu'on les salue."

"C'était mon 20e Grand Prix en Italie et j'aurais aimé pouvoir dire ciao à tout le monde une fois encore", a ajouté Petrucci, qui fêtait ses 31 ans dimanche. "C'est une émotion incomparable. J'aurais donc aimé le faire une dernière fois, mais ça n'a malheureusement pas été possible. Mais je remercie tout le monde, il y avait beaucoup de drapeaux avec le numéro 9, beaucoup de mes amis, et c'était beau quand même."

partages
commentaires

Related video

Le souci de Yamaha sur piste séchante reste sans réponse
Article précédent

Le souci de Yamaha sur piste séchante reste sans réponse

Article suivant

Dovizioso dépité de ne pas avoir progressé depuis Austin

Dovizioso dépité de ne pas avoir progressé depuis Austin
Charger les commentaires