Le pied fracturé d'Álex Márquez ne devrait pas le gêner au Qatar

Álex Márquez, qui s'est fracturé le pied droit dans une chute aux tests de Losail, estime que la douleur ne le gênera pas au GP du Qatar. Ravi de son intégration dans le team LCR, l'Espagnol rêve d'une première victoire en MotoGP cette année.

Le pied fracturé d'Álex Márquez ne devrait pas le gêner au Qatar

Marc Márquez a déclaré forfait pour le Grand Prix du Qatar mais son frère et ancien équipier, Álex, a également couru le risque de manquer la première manche de la saison, l'une de ses nombreuses chutes aux tests de Losail l'ayant laissé avec une petite fracture sur un os du pied droit. Plâtré et contraint de se déplacer avec des béquilles dans les jours qui ont suivi la blessure, le plus jeune des frères Márquez s'attend à être apte à rouler ce week-end.

"Je me sens assez bien avec mon pied, je me repose chez moi et l'hématome s'est énormément réduit", a déclaré le nouveau pilote LCR en marge de la présentation d'un documentaire produit par l'un de ses sponsors, Allianz. "Si je ne suis pas à 100% sur la course, ça ne sera pas long, et une fois sur la moto, la douleur disparaîtra avec l'adrénaline. J'espère que ça ne me gênera pas."

Cinq fois à terre dans la semaine passée à Losail pour les tests, Álex Márquez minimise l'importance de ses erreurs : "Il y a eu beaucoup de chutes [pour l'ensemble du plateau] et je pense que c'est une chose assez particulière au Qatar, quand les conditions changent, le pneu avant est difficile à gérer. On a vu des chutes chez Yamaha, ce qui leur arrive rarement. Ce qui est important, c'est qu'à chaque chute, j'ai compris pourquoi et j'étais plus rapide après. J'espère que tout va se simplifier un peu, c'est important de les comprendre et d'en tirer des conclusions."

Lire aussi :

Ces tests ont permis au #73 de s'immerger pour la première fois dans son nouvel univers, celui de l'équipe LCR, après une première saison en MotoGP dans le team Honda factory. Une intégration qui s'est bien déroulée, ce nouveau cadre ayant permis à Álex Márquez de rouler avec moins de pression.

"Pour le moment, rien ne me manque de l'équipe Honda officielle. Je suis très à l'aise, la communication est la même, il n'y a pas de pression et si on est un peu plus loin pendant les essais, on ne sent pas une pression permanente. Je me sens très bien, tout s'est très bien passé. Il y a une bonne dynamique, avec [Lucio] Cecchinello aussi. Ils ne m'ont pas mis sous pression, ils m'ont juste encouragé à continuer mon travail. Je débute la saison motivé et très calme, je pense que de bons résultats sont possibles."

Auteur des deux uniques podiums de Honda en 2020, Álex Márquez se prend même à rêver d'un premier succès dans la catégorie, conscient cependant de la difficulté de cette tâche : "Ce sont les élus qui gagnent en MotoGP. Les détails sont très importants, il faut énormément travailler et que tout s'assemble pour gagner. Je vais me battre pour gagner en MotoGP, c'est mon rêve. J'ai réalisé mes rêves en Moto3 et Moto2, ce qui était inimaginable quand j'étais petit, et je vais continuer à travailler pour ça",  a annoncé celui qui a été titré dans les deux catégories.

Privé de sa référence Marc Márquez pour au moins deux courses supplémentaires et malgré les bonnes performances de Pol Espargaró, Honda ne fait cependant pas figure de favori pour le GP du Qatar. Álex Márquez ne sait pas véritablement où situer sa machine mais il pense que les pilotes Yamaha et Suzuki seront très performants dans les deux rendez-vous de Losail.

"La moto est très similaire à celle de 2020, on a amélioré certaines choses mais je ne fais pas confiance au circuit du Qatar, ce n'est pas une bonne référence", a tempéré le Catalan. "Le début de saison sera un peu étrange, il faudra attendre quelques courses, jusqu'à Jerez, pour voir où chaque moto se situe."

Lire aussi :

"Les Yamaha sont très proches, je parle de rythme de course, [Joan] Mir et [Alex] Rins aussi, [Valentino] Rossi a progressé le dernier jour", a ajouté le cadet des frères Márquez. "Je pense que c'est assez ouvert, et encore plus si les conditions changent par rapport aux tests. On verra qui a le rythme, les conditions sont parfois un peu différentes de celles des tests."

Avec Germán Garcia Casanova

partages
commentaires

Related video

Joan Mir : On n'a pas encore vu "le meilleur Mir"
Article précédent

Joan Mir : On n'a pas encore vu "le meilleur Mir"

Article suivant

Stefan Bradl toujours remplaçant de Marc Márquez à Losail

Stefan Bradl toujours remplaçant de Marc Márquez à Losail
Charger les commentaires