MotoGP
17 juil.
Événement terminé
24 juil.
Événement terminé
14 août
EL1 dans
04 Heures
:
44 Minutes
:
41 Secondes
C
GP de Styrie
21 août
Prochain événement dans
6 jours
10 sept.
Prochain événement dans
26 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 sept.
Prochain événement dans
34 jours
25 sept.
Prochain événement dans
41 jours
09 oct.
Prochain événement dans
55 jours
16 oct.
Prochain événement dans
62 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
69 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
83 jours
13 nov.
Prochain événement dans
90 jours
C
GP du Portugal
20 nov.
Prochain événement dans
97 jours

Pirro confiant dans les progrès de Ducati pendant la pause

partages
commentaires
Pirro confiant dans les progrès de Ducati pendant la pause
Par :
6 juil. 2020 à 11:55

Le pilote d'essai Ducati estime que des progrès ont été accomplis depuis les tests de février, et notamment dans l'utilisation du nouveau pneu arrière.

Homme de l'ombre du programme Ducati, Michele Pirro est aussi le seul à avoir pu prendre le guidon de la GP20 depuis les tests de pré-saison de février. Passé ces séances officielles à Sepang et Losail, qui étaient censées permettre de finaliser la préparation d'un championnat devant débuter début mars, les équipes ont été brutalement stoppées par la pandémie et la mise en suspens du championnat qui en a découlé. Les mesures de confinement se sont appliquées aux ateliers des structures européennes et, pendant de longues semaines, le travail a dû se réorganiser, s'opérant à distance et de façon bien plus limitée qu'habituellement.

Après la sortie du confinement, les roulages ont repris et se sont même multipliés au fil des semaines. Seulement, rares sont les pilotes qui ont pu reprendre le guidon de leur MotoGP : seuls ceux des équipes bénéficiant des concessions réglementaires ont pu réaliser des journées de tests, alors que leurs collègues des autres marques ne pouvaient se risquer à empiéter sur le quota strict qui leur est réservé. On a ainsi vu Aleix Espargaró en piste pour Aprilia, de même que trois des titulaires de KTM (Pol Espargaró, Miguel Oliveira et Iker Lecuona), aux côtés bien sûr des pilotes d'essais des deux marques.

Lire aussi :

Après un test privé pour KTM au Red Bull Ring et un autre pour Aprilia à Misano, tous se sont retrouvés sur le circuit Marco Simoncelli pour une première séance collective, il y a deux semaines. Ducati était également sur place et c'est Michele Pirro qui a eu l'honneur de participer à ce test. Durant les trois jours qu'il a passés sur la piste italienne, il a bouclé un total de 178 tours, suivant un programme intense qui ne visait pas uniquement à valider les nouveaux protocoles de travail face au COVID : il s'agissait également d'évaluer les changements réalisés sur la GP20 depuis février.

"Ces trois jours de test ont été positifs et nous ont aidés à retrouver de la confiance avec la moto après la longue pause de ces derniers mois", décrivait-il à l'issue de ce test. "On a travaillé sur plusieurs pièces d'électronique et des aspects qui étaient restés en suspens après le shakedown du test de Sepang. Grâce à ces trois jours, nous sommes certains que les pilotes Ducati pourront se présenter sur la première course MotoGP, à Jerez, en étant prêts à courir immédiatement au plus haut niveau de compétitivité."

Pour le pilote d'essai de Borgo Panigale, des progrès ont bel et bien été accomplis depuis février, et notamment afin de rectifier le comportement de la moto avec le pneu arrière introduit cette année, une nouveauté qui a causé un casse-tête aux Rouges pendant l'intersaison. Si la situation s'était déjà quelque peu améliorée au Qatar par rapport aux essais précédents, les progrès semblent s'être poursuivis depuis. "La nouvelle moto est compétitive, avec l'équipe on a énormément travaillé ces derniers jours", assurait-il ce week-end à GPOne. "Pendant ces quelques mois, on a un peu étudié le problème des pneus et on a fait un test à Misano. Les indications sont positives et il faut espérer que Dovizioso ira bien parce qu'à Jerez nous pourrions être compétitifs. Ensuite, il y aura des pistes favorables pour nous, comme l'Autriche, Brno et Misano."

Grâce à ce test, Pirro a également pu se faire une idée du rendement de la GP20 sur le nouvel asphalte posé à Misano, et que beaucoup de pilotes ne découvriront qu'en septembre lors des deux Grands Prix organisés sur place. "Malgré la chaleur étouffante, la piste, qui a été resurfacée récemment, était en excellente condition et ça m'a permis de me sentir immédiatement à l'aise. On a pu faire de bons temps, ce qui nous rend confiants pour les deux courses prévues en septembre", soulignait-il en quittant les lieux, auteur d'un meilleur temps de 1'33"000 (le record absolu est de 1'31"629). Pas de doute, le pilote italien est confiant. "À Misano, je pense qu'avec le nouvel asphalte nous pourrions à nouveau être compétitifs comme nous l'avons été en 2018", pressent-il.

Désormais, Michele Pirro passe le témoin aux pilotes titulaires, qui seront à Jerez la semaine prochaine pour le coup d'envoi du championnat. À moins que sa récente fracture de la clavicule ne bloque Andrea Dovizioso… "Je devrai être prêt au cas où", souligne-t-il. "Dans les prochains jours, par précaution, je ferai le test sérologique, au cas où, par malchance, Dovizioso ait des problèmes. Mais je crois qu'Andrea pourra être en mesure de courir en Espagne. Je m'attends à ce que Petrucci et lui puissent être compétitifs."

Lire aussi :

Interdire les wild-cards, une décision prématurée

S'il reste aux aguets, Michele Pirro sait que sans blessure des titulaires, il ne courra pas en MotoGP cette saison, les wild-cards ayant été interdites pour faire face à la crise engendrée par le coronavirus. Très remonté lorsque cette décision a été annoncée − au point d'accuser Honda d'être à la manœuvre − le pilote italien n'a toujours pas digéré ce changement de programme, prématuré à ses yeux.

"L'interdiction pour les pilotes d'essai de faire les wild-cards m'est vraiment restée en travers de la gorge. Faire sortir une info de ce genre plusieurs mois avant l'officialisation du calendrier n'avait pas beaucoup de sens. Je peux comprendre l'urgence, mais je pense qu'ils auraient pu se donner une date limite, par exemple 40 jours avant la course, afin de prendre une décision sur cette question", estime-t-il.

"Ici, la situation liée au COVID-19 change de semaine en semaine, alors je ne pense pas que c'était une bonne idée de donner une telle priorité à cette décision", poursuit Pirro, qui a repris la compétition ces derniers jours avec le championnat italien. "J'ai beaucoup investi pour être toujours prêt pour les courses, et de même pour Ducati avec moi. Ça m'est vraiment resté en travers de la gorge, mais je dois l'accepter et être conscient qu'il faudra revenir encore plus fort et plus affûté l'année prochain."

Ezpeleta veut aider Crutchlow à trouver un guidon pour 2021

Article précédent

Ezpeleta veut aider Crutchlow à trouver un guidon pour 2021

Article suivant

C'était un 6 juillet : Mamola vainqueur sous le déluge de Spa

C'était un 6 juillet : Mamola vainqueur sous le déluge de Spa
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Auteur Léna Buffa