Pirro fait un passage éclair, récompensé par un top 5

Le pilote essayeur Ducati reste un atout de poids lorsque le constructeur italien l'aligne au guidon d'une troisième moto officielle, et il l'a encore prouvé à Misano.

Michele Pirro a égalé à Misano son meilleur résultat en MotoGP, une cinquième place déjà obtenue à Valence en 2012 à l'époque où il courait de manière stable. Ce premier top 5 avait déjà été obtenu sur piste mouillée, et qui plus est au guidon d'une CRT.

Depuis la fin de cette saison 2012, le pilote essayeur Ducati doit se contenter d'apparitions sporadiques, au point que le Grand Prix de Saint-Marin n'était que le deuxième qu'il disputait cette année après celui d'Italie, qui lui avait valu une neuvième place au printemps. Ce top 5 n'en a donc que plus de valeur, même s'il lui laisse une pointe d'amertume.

"Le seul regret que j'ai c'est que je ne cours que trois ou quatre mois", souligne l'Italien, qui connait la GP17 à la perfection à force de multiplier les kilomètres en essais, mais à qui l'expérience de la course et de la confrontation avec les autres pilotes commence à manquer. "Pendant les sept ou huit premiers tours, étant donné que je ne fais pas de courses, je ne prends pas de risques au milieu des autres. Cette fois encore, j'en ai payé le prix parce que j'avais huit secondes [de retard] au bout de sept tours et qu'ensuite je suis resté plus ou moins là pendant toute la course."

Onzième sur la grille de départ, Michele Pirro s'est battu aux portes du top 10 durant les premiers tours de la course, jusqu'à faire un bond de trois places dans le septième tour en prenant l'avantage sur Zarco et en profitant des accidents de Crutchlow et Lorenzo. La chute de Loris Baz puis sa prise de pouvoir sur Jack Miller l'ont par la suite mené vers le top 5 où il n'a plus été inquiété et s'est stabilisé à environ trois secondes de Maverick Viñales.

"Cela faisait un an et demi que je n'attaquais pas sur le mouillé, parce que pendant les tests qu'on a faits on n'a pas poussé sous la pluie. Ce matin [dimanche, au warm-up, ndlr], je n'ai pas tourné beaucoup à cause de quelques problèmes et [en course] j'ai mis quelques tours de plus. Peut-être que le warm-up aurait pu m'aider à avoir plus de rythme, surtout au début", suggère-t-il.

"Potentiellement, je crois que si j'avais de la continuité je pourrais me battre pour des positions importantes. En courant aussi peu, c'est difficile. Hier [samedi, en qualifications, ndlr] j'ai pris un risque derrière Márquez, j'ai fait une faute et je suis tombé. Étant donné que j'ai peu d'occasions, j'essaye de les exploiter au maximum. Mais au final, sur toutes les courses, je suis parmi les dix premiers. Aujourd'hui, je suis cinquième, au Mugello j'ai fait la course avec Lorenzo, cela veut dire qu'en termes de vitesse je ne peux pas me plaindre."

Michele Pirro se reconcentre à présent sur son travail de l'ombre, avec pour objectif de contribuer au succès de Ducati et de son fer de lance, Andrea Dovizioso. "Tout compte fait, le week-end a été positif. Dovi a fait un nouveau podium et il est encore en tête du championnat [deuxième ex-aequo, ndlr] et Lorenzo était vraiment fort", retient Pirro. "Il faut rester concentrés pour se battre pour le titre avec Dovizioso, même si Márquez a encore une fois démontré qu'il était l'homme à battre."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de Saint-Marin
Sous-évènement Course
Circuit Misano
Pilotes Michele Pirro
Équipes Ducati Team
Type d'article Réactions