Pas assez rapide sous la pluie, Rossi admet "une grande frustration"

Le pilote Yamaha déplore la baisse de performance de la YZR-M1 dans sa version 2017, dans des conditions qui lui convenaient par le passé.

La première journée de Grand Prix sur le terrain de jeu des constructeurs japonais a vu… Ducati prendre l'avantage. Mais dans la confrontation qui oppose les marques nippones, c'est bien Honda qui a le mieux entamé son week-end, avec un Marc Márquez leader ce matin puis seulement devancé d'un cheveu par Dovizioso lors des EL2.

Chez Yamaha, on n'a pas la mine des bons jours. Ce vendredi 13 n'a rapporté aucune once de chance aux pilotes officiels, tous deux relégués en dehors du top 10 en fin de journée, et pouvant même presque se féliciter d'être 11e et 12e si l'on repense au 19e temps de Valentino Rossi ce matin.

Pour l'Italien, c'est le verdict de trop, celui d'une performance très faible en conditions de pluie franche, là où l'an dernier il pouvait se sentir à l'aise et performant. "C'était une bonne journée pour essayer de comprendre. C'était vraiment des essais full wet, on pouvait donc pousser la moto, gagner en feeling tour après tour, et les conditions étaient vraiment mouillées", détaille-t-il.

Or les premières sensations n'ont pas été bonnes, et les efforts fournis tout au long de la journée n'ont pas apporté les réponses espérées. "Franchement, on a essayé de faire beaucoup de choses sur la moto, mais on est en difficulté et on ne comprend pas pourquoi. L'année dernière, j'étais très compétitif sur le mouillé, j'avais un bon feeling avec l'ancienne moto, mais cette année on a du mal. C'est quelque chose d'étrange. On a essayé de faire des modifications, mais au final on est plutôt loin du sommet. La moto est difficile à piloter et le problème en général est un peu le même que sur le sec : on n'a pas de grip arrière."

"Sur le sec, pour le dire simplement quand on est forts on dégrade trop le pneu et si on ne dégrade pas le pneu c'est parce qu'on est lents, alors on n'a pas résolu le problème. D'un autre côté, on a beaucoup rétrogradé sur le mouillé. L'année dernière la moto était très belle à piloter sur le mouillé, elle était facile, on faisait de bons temps dès qu'on entrait en piste. J'étais tout le temps devant. Mais avec celle-là c'est difficile."

"Ce qui se passe sur le mouillé avec une MotoGP est tellement compliqué… C'est une sorte de magie entre tous les éléments. Souvent, on ne sait pas pourquoi. On a essayé de faire certaines choses et, à mon avis la moto a progressé sur le sec, mais sur le mouillé on a encore beaucoup de mal", constate le pilote italien.

Sur cette première journée, les chronos ont penché en faveur des Yamaha 2016 de Johann Zarco (cinquième) et du rookie Kohta Nozane (13e), face aux motos plus récentes pilotées par Maverick Viñales (11e), Valentino Rossi (12e) et la wild-card Katsuyuki Nakasuga (24e). De là à en revenir à la conclusion que la YZR-M1 2017 est mal née, il n'y a qu'un pas.

"Zarco est un bon pilote sur le mouillé et il est une seconde plus vite que Viñales et moi. Mais je trouve intéressant de voir les deux pilotes japonais. Nakasuga a notre moto, Nozane a l'ancienne moto. Habituellement Nakasuga est plus rapide que Nozane et il a plus d'expérience, mais aujourd'hui il est deux secondes plus lent !"

"Si vous regardez les datas de l'ancienne moto, c'est une grande frustration", admet Valentino Rossi. "On est plutôt inquiets parce qu'aujourd'hui on a fait beaucoup de modifications, mais rien à faire… On n'a donc pas grand-chose de plus à faire ce week-end, on doit comprendre [la situation] pour l'année prochaine."

Un travail en vue de 2018

À un mois de la conclusion du championnat, le Docteur est en effet en grande partie tourné vers l'avenir. Alors qu'il entamera dès le mois prochain, avec les essais post-course de Valence, le programme 2018, qui pourrait être celui de sa dernière saison en MotoGP, il sait pertinemment que la réussite peut s'acquérir dès à présent.

"Il reste encore quatre courses, il faut faire le maximum. En ce qui me concerne, je ne suis plus en lice pour le titre, alors j'aimerais réussir à faire de bonnes courses. C'est une période très importante pour ce qui se passera en 2018, on parle donc beaucoup avec les ingénieurs et on essaye de leur donner les bonnes indications pour progresser", explique-t-il.

À quoi s'attend-il pour l'année prochaine ? "Généralement, Yamaha ne fait pas de gros changements, alors je ne m'attends pas à de grandes révolutions sur la moto. En tout cas, de petits changements peuvent aussi suffire, il faut juste qu'ils fonctionnent", suggère Rossi.

Le FIA WEC recueille l'avis des fans dans un grand sondage mondial. Vous pouvez y participer en cliquant ci-dessous :

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP du Japon
Sous-évènement Essais Libres - Vendredi
Circuit Twin Ring Motegi
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Réactions