Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse

"Un bon début" pour Pol Espargaró malgré deux pénalités

Pol Espargaró misait beaucoup sur le GP d'Autriche et il n'a pas eu à rougir de ses performances en piste. Après sa sixième place au sprint, il n'a perdu les points glanés dimanche qu'après une pénalité. Mais l'essentiel est ailleurs pour le pilote Tech3, qui se remet dans le bain.

Pol Espargaro, Tech3 GASGAS Factory Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Silverstone s'était révélé une expérience éprouvante pour lui, dont il était revenu avec une tension et des douleurs dans "tout le corps, de la tête aux orteils !" Pol Espargaró a eu du mal à se remettre de son retour à la compétition, ce Grand Prix étant le premier qu'il bouclait depuis novembre dernier, et surtout depuis son grave accident du mois de mars. "Il m'a fallu quatre jours pour retrouver un état normal !" avouait-il en arrivant à Spielberg jeudi, prêt désormais à réattaquer pour une deuxième épreuve.

Se sachant habituellement rapide au Red Bull Ring, l'une des pistes fétiches aussi de sa KTM, le pilote espagnol avait coché cette manche dans son agenda. Amoché mais pas vaincu, il affiche depuis son retour en piste une volonté de fer et veut absolument suivre une courbe ascendante avec des gains concrets week-end après week-end. "Je veux élever un peu mon niveau ici. Silverstone servait juste à comprendre la situation, mais ici je veux aller chercher quelque chose de plus", prévenait-il.

Il savait néanmoins qu'il fallait qu'il mise sur la journée de samedi, la durée de la course sprint lui correspondant mieux pour le moment. Et il était bel et bien au rendez-vous, avec une sixième place bluffante qui lui a valu d'être accueilli en héros à son retour au stand.

"J'étais le premier à douter de moi, plus que les gens qui m'entourent", expliquait le pilote de 32 ans, victime de fractures à la mâchoire et aux vertèbres dans sa chute aux essais du premier Grand Prix. "J'étais le premier à m'endormir en me demandant si je redeviendrais celui que j'étais par le passé, et ça empêche clairement de dormir aussi bien qu'avant. Mais je reviens et je me bats à nouveau avec les meilleurs. Et je peux voir quelle marge j'ai en regardant Binder : il était très fort et rapide aujourd'hui. Mon objectif est d'être aussi rapide que lui, mais c'est un bon début", se réjouissait-il après cette performance, samedi.

J'étais le premier à douter de moi, le premier à m'endormir en me demandant si je redeviendrais celui que j'étais par le passé. Mais je reviens et je me bats à nouveau avec les meilleurs.

Pol Espargaró

Il avait bien conscience que la suite du week-end serait plus dure, et elle l'a été, en particulier à cause d'une épaule gauche toujours limitée par un nerf très abimé et une masse musculaire qui a fondu. "Pendant la course sprint, j'avais pu compenser avec le reste du corps. Le problème, c'est que je me suis réveillé ce matin dans une condition physique vraiment difficile", expliquait le pilote Tech3 dimanche.

"Quand je suis monté sur la moto au warm-up, j'ai réalisé que je n'étais pas très bien. Mais bon, on prend le départ de la course, et puis on se retrouve là… Je rattrapais Miller, alors je me suis un peu motivé et j'ai pu le dépasser. Mais je ne me sentais pas bien, je ne me sentais pas rapide, je ne pouvais pas jouer avec mon corps pour améliorer mon pilotage ou utiliser moins de gomme. Il est certain que ça fait perdre beaucoup de performance."

Pol Espargaro, Tech3 GASGAS Factory Racing

Pol Espargaró a réussi à devancer deux KTM dimanche, à Spielberg, avant d'être pénalisé.

Parti 16e, Pol Espargaró s'est immédiatement défait de Joan Mir, avant de s'attaquer à Franco Morbidelli. Passé le premier tiers de la course, il a cependant commencé à régresser, même s'il a réussi à limiter son recul en résistant pendant toute une moitié d'épreuve à son coéquipier, Augusto Fernández. Il ne regagnerait finalement qu'une place dans le dernier tour, au détriment d'un Jack Miller en perdition.

Après le résultat de la veille, marquer les deux points de la 14e position aurait été une grande récompense pour Espargaró, mais une sanction en a décidé autrement. Fautif d'avoir dépassé les limites de la piste, il a reçu trois secondes de pénalité, le temps manquant pour réaliser un long-lap, et a reculé à la 16e position.

"Ça a été très difficile, très dur. J'ai été pas mal en difficulté. Puis à la fin de la course, je me suis retrouvé derrière Miller et j'ai pu le dépasser dans le dernier tour, [finir] devant mon coéquipier, et je me suis dit que ça n'était pas si mal ! Ensuite, j'ai vu que j'avais reçu une pénalité et c'était un peu douloureux de repasser derrière eux au classement, mais bon, ça va."

"Mon objectif ce week-end était de faire une bonne course sprint, puis de terminer ce dimanche comme j'aurais pu. J'ai fini la course à la 14e place, ce qui m'aurait permis de marquer quelques points et c'était le plus important, le reste ne compte pas."

Une part non négligeable de la course se joue dès les essais, avec un format n'offrant que très peu de possibilités de se rattraper. Pol Espargaró, qui se trouvait à trois dixièmes du top 10 vendredi après-midi, a dû disputer la Q1, où il lui a cette fois manqué 0"175 pour passer à l'étape suivante. Des écarts qui restent plus qu'honorables au vu de sa condition, mais qui ont suffi à lui compliquer un peu plus la vie dimanche, d'autant que sa 13e place sur la grille s'est transformée en 16e à cause d'une autre pénalité.

"Les qualifications sont super importantes et il faut que je parte devant. Déjà que je n'étais pas devant, aujourd'hui j'étais encore plus loin avec la pénalité de trois places. C'est dur, parce qu'on se trouve derrière beaucoup de pilotes, l'air est très sale, le pneu avant chauffe beaucoup, la température et la pression grimpent beaucoup et c'est très difficile à gérer. Mais même comme ça, j'ai terminé la course 14e, alors ça n'est pas mal du tout", a voulu retenir Pol Espargaró, tourné vers la suite. "C'était la première étape et on va maintenant aller à Barcelone, puis Misano, et ça ira un peu mieux chaque week-end."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent C'est officiel : Johann Zarco chez LCR Honda pour 2 ans
Article suivant Márquez veut légiférer sur l'aérodynamique : "2027, c'est trop tard"

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse