Pol Espargaró veut sortir de sa "dynamique un peu négative" à Jerez

Pol Espargaró pense que le GP d'Espagne sera un "point de départ", après des courses sur deux circuits peu favorables à une Honda qu'il continue à découvrir. L'Espagnol juge que la situation est "mauvaise" pour le constructeur actuellement.

Pol Espargaró veut sortir de sa "dynamique un peu négative" à Jerez

Pol Espargaró n'a pas connu le début de saison qu'il espérait chez Honda. Convaincu d'avoir le rythme pour jouer le podium mais pénalisé par de mauvaises qualifications lors des deux courses au Qatar, la recrue du team officiel n'a même pas vu l'arrivée du GP du Portugal, en raison d'un problème technique sur sa RC213V. Espargaró est le meilleur représentant de Honda au championnat mais il n'occupe qu'une lointaine 13e place, avec déjà 50 points de retard sur Fabio Quartararo, soit l'équivalent de deux victoires.

Insatisfait des performances après trois courses, le #44 espère que Jerez marquera un tournant. "On est tous dans une mauvaise situation chez Honda", estime Espargaró. "On ne peut pas regarder ailleurs, car personne n'est nettement meilleur. On est dans une dynamique un peu négative et il faut que l'on renverse la situation. J'espère pouvoir m'améliorer lors du week-end de Jerez et du test que l'on fera là-bas."

Sans grande expérience de la Honda, Pol Espargaró n'est pas encore apte à donner les informations nécessaires pour améliorer sa machine : "Je n'ai pas d'historique pour comparer la moto et je n'ai pas d'avis parce que je n'ai pratiquement pas fait de tests. Je n'ai rien pu apporter, mais le pneu arrière est flottant, on n'a pas autant de grip que Yamaha ou Suzuki et si on fait une erreur avec l'accélérateur ou que l'on est trop agressif, on peut très facilement perdre l'arrière et faire un highside."

Lire aussi :

Même si Portimão n'a pas apporté toutes les informations espérées par Pol Espargaró, il a pu commencer à "jouer sur les réglages" en profitant de conditions plus stables qu'au Qatar, où le roulage commençait dans la chaleur de l'après-midi et se terminait dans la fraîcheur de la soirée. Et malgré une spectaculaire chute en EL4 et son abandon en course, le Catalan se sent de mieux en mieux sur la Honda, estimant avoir surtout gagné en "confiance" durant le week-end passé au Portugal.

"Ça parait un peu contradictoire parce que les chutes te troublent dans un premier temps, tu as un sentiment désagréable d'être déconnecté de ta moto", explique Espargaró dans une interview réalisée par Repsol. "Mais sous un autre angle, ces chutes te montrent les limites de la moto. À chaque fois que je hausse le rythme, je suis de plus en plus performant sur un tour. Malgré le fait, comme je l'ai dit, que je n'arrive pas encore à faire un tour entier sans faire d'erreur, même si je sens que j'ai la vitesse."

Jerez sera un "point de départ" pour Pol Espargaró

Pol Espargaró pense que Jerez sera piste plus adaptée à sa machine et il espère un meilleur résultat sur ce circuit qui l'a vu gagner en 125cc puis en Moto2 : "Pour moi, ce sera un point de départ, parce que je pense que jusque-là, les circuits n'ont pas été favorables pour nous", déclare-t-il, évoquant également le "début de la 'vraie' saison" ce week-end : "On sort du Qatar, de Portimão, deux circuits difficiles : un en raison de son tracé et l'autre parce que ses caractéristiques ne sont pas parfaites pour la Honda."

"En plus, on arrive à Jerez alors que j'ai de l'expérience et que je connais la moto et l'équipe. C'est une piste sur laquelle le pilote d'essais de l'équipe, Stefan Bradl, a fait beaucoup de tours. Ça nous facilitera vraiment le travail si l'on rencontre des problèmes, parce qu'on saura dans quelle direction aller sans perdre de temps, ce qui est essentiel dans un week-end de course."

Lire aussi :

Pol Espargaró a visiblement vite pris ses marques sur la Honda mais Losail et Portimão étaient des terrains aux particularités atypiques, entre le roulage en nocturne pour le premier et une topographie particulière pour le second, avec des changements d'élévation prononcés et des virages à l'aveugle. Autant de spécificités qui ont compliqué son adaptation à la Honda : "Devoir découvrir la moto sur ces deux circuits, sans avoir fait beaucoup d'essais, ce n’est pas facile. Donc tout est utile, c'est certain."

"Par exemple, [au Portugal] ça aurait été beaucoup plus utile si j’avais pu faire les 24 tours de la course pour un peu mieux comprendre la moto, faire des erreurs et apprendre comment faire mieux, et en apprendre un peu plus de cette moto particulièrement avec des pneus usés, mais ça n'a pas été le cas. Maintenant, j’ai hâte d’aller à Jerez, qui est un circuit où j’ai toujours été bon, et que je connais très bien, ce qui peut m’aider à trouver ce que je recherche, c'est-à dire un peu de régularité dans les secteurs pour réussir à réaliser tout ce dont je suis capable. Je suis rapide, mais je dois tout enchaîner et je crois que Jerez peut être utile de ce point de vue."

Avec Marc Michon

partages
commentaires

Related video

Oliveira espère que KTM saura "s'adapter" au pneu dur asymétrique

Article précédent

Oliveira espère que KTM saura "s'adapter" au pneu dur asymétrique

Article suivant

Aleix Espargaró "en colère" de voir Aprilia progresser sans Gresini

Aleix Espargaró "en colère" de voir Aprilia progresser sans Gresini
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Espagne
Lieu Circuito de Jerez
Pilotes Pol Espargaró Villà
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Vincent Lalanne-Sicaud