Pol Espargaró : La Honda et la KTM "trop différentes pour être comparées"

Pol Espargaró a pu découvrir samedi la Honda avec laquelle il disputera la saison MotoGP à venir, une machine qu'il juge incomparable avec la KTM qu'il a pilotée durant quatre ans.

Pol Espargaró : La Honda et la KTM "trop différentes pour être comparées"

Pol Espargaró ne pouvait masquer son impatience à l'heure de faire ses premiers tours de roue avec la Honda. Arrivé à Doha plusieurs jours en avance, le pilote espagnol, transfuge de KTM, était le premier titulaire à quitter la pitlane samedi en début d'après-midi pour enfin découvrir la RC213V qu'il pilotera en course dans tout juste trois semaines.

Lui qui a été l'un des principaux meneurs du développement de la RC16 ces quatre dernières années, pour faire passer la machine autrichienne du fond de grille jusqu'au sommet, se relance dans l'apprentissage d'une moto réputée ardue, que seul Marc Márquez a réussi à faire gagner après le dernier succès de Cal Crutchlow, début 2018.

C'est avec le sourire qu'il a débriefé ce première journée samedi soir, après avoir été l'un des plus actif en piste (juste derrière Fabio Quartararo). Son 17e temps et les premiers enseignements tirés ne sont, explique-t-il, qu'une toute première étape dans un apprentissage qui l'occupera au moins pendant l'intégralité de ces tests.

Voir aussi :

C'était ta première journée sur la Honda. Qu'as-tu appris de la moto ? Quelles ont été tes sensations ?

Je me sens bien. Comme vous pouvez l'imaginez, il y a beaucoup de travail, particulièrement pour trouver les limites de la moto. C'est assez difficile avec cette grille de jeunes pilotes super forts, il faut pousser d'entrée de jeu et il faut être rapide, sans quoi on est très loin. Pour une première journée, ça s'est bien passé. On a juste contrôlé la moto, les pièces statiques comme les freins ou bien ma position sur la moto, des choses très basiques sans entrer dans l'électronique ou de grandes choses comme le châssis. J'ai juste essayé d'en apprendre le plus possible. On a fini par manquer de pneus, parce qu'on a commencé très tôt et on n'a pas pu en monter un [neuf] à la fin. Mais, globalement, je suis très content et j'ai hâte d'être à [dimanche]. Je crois que ça va beaucoup travailler dans le stand [entre-temps] et je pense que ce sera une meilleure journée.

Arrives-tu à établir une comparaison entre la KTM et la Honda, ou bien est-ce trop tôt ?

Elles sont trop différentes pour être comparées. Et puis il y a eu ces trois mois entre-temps, durant lesquels je n'ai pas piloté de grosse moto, et ça n'aide pas non plus à se souvenir comment c'était avec la KTM ! [rires] Mais en tout cas, elles sont très, très différentes. Certes, ce sont des motos avec lesquelles il faut un peu se battre pour obtenir des résultats, mais tout le reste est très différent. En tout cas, je me sens déjà bien avec la Honda. Le plus important, c'est d'apprendre [comment fonctionne] l'avant, c'est là qu'on va chercher le temps quand on stoppe la moto ou qu'on prend de la vitesse pour le virage. Je pense que j'ai déjà l'arrière plus ou moins sous contrôle, pour l'accélération et le milieu de virage. Mais il s'agit juste de pousser un petit peu plus, d'aller toucher la limite et de comprendre où je perds du temps.

Pol Espargaro, Repsol Honda Team

Pol Espargaro, Repsol Honda Team

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

As-tu eu la possibilité de regarder les données de Stefan Bradl et de comprendre pourquoi il est rapide avec la Honda ?

Clairement, la confiance qu'a Stefan dans l'avant est bien plus grande que la mienne. Il y a des endroits où l'on fait plus ou moins la même chose, mais il y en a d'autres où, même si j'essaye de freiner fort, j'ai encore de la marge. Et, aussi, quand on relâche les freins en milieu de virage, il est plus rapide. Mais c'est normal, au sens où il sait mieux que moi quelles sont les limites de la moto et il les atteint d'emblée, il n'a pas besoin de faire deux ou trois tours avec les pneus pour atteindre des chronos rapides. J'ai fait mon temps avec sept tours dans les pneus, et ensuite je l'ai réédité avec 19 tours dans les pneus, ce qui montre tout ce que je perds par rapport à mon coéquipier en pneus neufs. [Dimanche] sera déjà une bien meilleure journée. En connaissant les limites, je vais pousser un peu plus, ensuite je vais continuer à le faire, la chute arrivera et ça me dira que c'était la limite, et c'est tout !

Comment ça s'est passé avec les gens de Honda ?

J'ai parlé toute la journée avec Takeo [Yokoyama], Alberto [Puig] et tous les membres [du HRC]. Chacun a beaucoup d'informations [à me donner], peut-être trop, et pour le moment je ne peux pas prendre tout ce que chacun d'eux [a à me dire]. C'est dommage, parce qu'on n'a que cinq jours, et en cinq jours je n'aurai pas assez de temps pour apprendre de chaque personne dans l'équipe, mais je pense que je pourrai le faire au cours de l'année.

Lire aussi :

Takeo, je pilote son bébé et je sais qu'il veut ce qu'il y a de mieux pour moi et pour Honda. C'est normal qu'il pousse parfois les pilotes, c'est comme ça que ça doit être dans une équipe d'usine, particulièrement chez Honda où la victoire arrivait facilement chaque week-end avec Marc. Il m'a juste donné des conseils et je les prends tous, il m'a juste montré certains outils, expliqué certaines choses que je fais mal pour le moment, et ça va continuer comme ça dans les quatre prochains jours de tests, ce qui est normal. Mais, ce dont je m'inquiète le plus pour [dimanche], cela reste d'apprendre l'avant.

As-tu eu la possibilité, comme Stefan Bradl, de tester différents châssis et différentes pièces, et de les comparer, ou as-tu cela à ton programme pour les prochains jours ?

Tout est sur la table. Bradl a travaillé dur et il a été très rapide aujourd'hui, alors c'est bien de faire des comparaison et des vérifications avec lui. J'ai tout ce que j'ai besoin de tester, mais ça n'est pas bon de changer la moto tous les cinq tours, surtout maintenant alors que je suis complètement nouveau. J'ai encore besoin de m'habituer au caractère de la moto, et à partir de là, quand les chronos seront plus rapides et que je serai au niveau des autres pilotes, alors on pourra commencer à jouer pour adapter la moto à mon style, mais pour le moment je pense que j'ai plus à m'adapter moi-même à la moto.

partages
commentaires

Related video

Quartararo a eu besoin d'une demi-journée pour se réhabituer à la M1

Article précédent

Quartararo a eu besoin d'une demi-journée pour se réhabituer à la M1

Article suivant

Premiers tours "étranges" pour Valentino Rossi avec Petronas

Premiers tours "étranges" pour Valentino Rossi avec Petronas
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Test Qatar
Catégorie Samedi
Lieu Losail International Circuit
Pilotes Pol Espargaró Villà
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Léna Buffa