Pol Espargaró le sait, avec Honda "la pression sera forte"

Nouveau pilote Repsol Honda cette saison, Pol Espargaró mesure la difficulté du défi qu'il relève au guidon d'une moto que Marc Márquez a tant fait briller, mais qui a aussi donné bien du mal aux pilotes qui l'ont précédé à cette place.

Pol Espargaró le sait, avec Honda "la pression sera forte"

Pol Espargaró ouvre cette saison un chapitre majeur de sa carrière, lui qui ne cache pas réaliser un rêve en revêtant les couleurs de Repsol Honda. Après avoir fait ses gammes en catégorie reine au guidon de la Yamaha satellite du team Tech3, puis développé pendant quatre ans la toute nouvelle KTM, celui qui fut Champion du monde Moto2 en 2013 n'a pu résister à l'appel du HRC lorsque l'opportunité s'est présentée et il devient à présent le nouveau coéquipier de Marc Márquez.

Il sait pourtant que ce statut s'accompagne d'une grande responsabilité, qu'il perçoit aisément. "C'est clair que la pression sera forte. C'est une équipe gagnante, avec une moto gagnante. Quand vous êtes dans ce genre d'équipe, tout le monde attend de vous que vous gagniez des courses et des titres", concède le pilote espagnol.

"Ce qu'a fait Honda ces dernières années est évident, de même que ce qu'ils vont demander à ceux qui pilotent sous ces couleurs. On peut facilement dire que Honda attend de ses pilotes d'essayer de gagner des courses et des titres. Ou en tout cas, s'ils n'y arrivent pas, d'en être super proches."

Lui qui court pour le moment après sa première victoire dans la catégorie, pourtant touchée du doigt à plusieurs reprises, il n'est pas le dernier à se mettre la pression face à ce nouveau challenge. "C'était très clair pour moi quand j'ai pensé rejoindre Repsol Honda : c'est tout ou rien", résume-t-il. "Je comprends ce que ces couleurs signifient et la responsabilité qu'elles impliquent. Peut-être aussi que ça se fera initialement sans Marc [Márquez], et je devrai obtenir des résultats dès le début. J'ai les outils et ces couleurs demandent un niveau de résultats qui doit être à la hauteur."

Lire aussi :

En intégrant le stand Repsol Honda, Pol Espargaró sait qu'il prend une place qui n'a pas fait que des heureux ces dernières années. Difficile notamment d'oublier la souffrance de Jorge Lorenzo au guidon de la RC213V il y a deux ans et de ne pas mentionner le fait qu'aucun des coéquipiers de Marc Márquez n'a plus gagné de course depuis le dernier succès de Dani Pedrosa en 2017.

"J'ai vu les résultats de très bons pilotes qui n'ont pas réussi ici", assure-t-il. "J'espère qu'il est temps de briser la malédiction et être celui qui y arrivera. Mais le fait que personne n'ait gagné depuis Pedrosa montre à quel point c'est compliqué. La moto est difficile, elle a un style de pilotage très spécifique qui est celui de Marc, qui a mené le projet en gagnant des titres et des courses. Il faut imiter ce que fait Marc et tout cela en très peu de temps."

Pol Espargaro, Repsol Honda Team

Espargaró a peu de temps, en effet, car comme tous ceux qui doivent découvrir une nouvelle équipe et une nouvelle moto cette année, il ne disposera que de cinq jours d'essais de pré-saison avant les premières courses.

"Je ne sais pas à quoi m'attendre de cette saison. Avant toute chose, parce qu'on a vu à quel point la saison dernière a été super difficile à cause du COVID-19, et on ne sait pas exactement où l'on va courir et combien de fois il nous faudra courir sur chaque piste. Et puis la moto est nouvelle et je n'aurai pas beaucoup de jours de tests. Le début de l'année sera donc dur, mais je suis vraiment concentré pour réaliser mes rêves ici."

Espargaró a finalement les idées assez claires quant à l'objectif qu'il veut atteindre. "J'ai hâte d'être en milieu de saison. Si j'arrive en milieu de saison sans me battre pour le top 3, le train sera passé", assure-t-il, lui qui a obtenu son meilleur classement en 2020. "L'année dernière a été très bonne, j'ai terminé cinquième à égalité avec Dovi [quatrième, ndlr]. Terminer devant la quatrième place, c'est parler du top 3, c'est très compliqué, mais l'objectif que je me suis fixé c'est que je veux être Champion du monde avec Honda un jour et pour cela je dois me battre pour les victoires en course et essayer de monter sur la plus haute marche du podium."

Besoin de résultats dès le début

La pression que se met Pol Espargaró sur les épaules, ce n'est pas seulement celle de réussir, mais aussi de réussir vite, et ce en dépit de la configuration particulière de cette intersaison réduite.

"Cinq jours de tests avant la première course au Qatar, ce n'est pas la meilleure situation qui soit, mais c'est comme ça. Cela ne signifie pas que la pression n'est pas haute. Les résultats doivent être au rendez-vous, la moto doit être bonne. Márquez a montré ces dernières années qu'il s'est battu pour la victoire pratiquement à toutes les courses et qu'il a gagné pratiquement tous les titres pour lesquels il s'est battu. Honda attend cela de mon côté [aussi] et je vais essayer."

"Je ne peux pas me permettre de passer un an à essayer de m'adapter à la Honda sans résultats. Honda n'a pas pensé à moi pour développer la moto, ils ont un pilote d'essais qui s'en charge. Honda veut que je gagne et que j'obtienne des résultats, je dois serrer les dents", prévient-il. "Dès le premier virage du test au Qatar, j'irai à la limite pour connaître la moto, et si je dois tomber pour trouver ses limites, je tomberai", assure-t-il. Et il s'interroge : "Qu'est-ce qui va se passer ? Quelles performantes vais-je réaliser ? Serai-je prêt pour la première course après seulement cinq jours d'essais ? Pour y arriver, il va peut-être falloir prendre beaucoup de risques et des chutes vont arriver rapidement."

Lire aussi :

Après une saison 2020 particulièrement disputée, nombreux sont les pilotes à s'attendre à un championnat une nouvelle fois très ouvert, et pourtant le nom de Pol Espargaró ne fait pas partie de ceux qui circulent lorsqu'il est demandé à chacun de nommer ses favoris. Qu'à cela ne tienne, il entend créer la surprise.

"Ce que je sais, c'est que je vais essayer d'être le plus haut possible dès que possible. Je ne suis pas parmi les favoris parce que, par le passé, les pilotes qui ont roulé sur la Honda n'ont pas bien réussi, c'est une moto difficile et on se dit peut-être que l'adaptation va être difficile", comprend-il. "Je dois me concentrer sur mon travail, rester [soudé] avec mon équipe et travailler. Je vais avoir peu de roulage et je dois travailler dur. Ne pas faire partie des favoris, c'est bon pour nous, on va essayer de créer la surprise."

partages
commentaires
Photos - Tous les pilotes aux couleurs de Repsol Honda

Article précédent

Photos - Tous les pilotes aux couleurs de Repsol Honda

Article suivant

Fausto Gresini est décédé

Fausto Gresini est décédé
Charger les commentaires