Preview
MotoGP GP d'Italie

Pol Espargaró réaliste : "Impossible que je lutte avec ces gars !"

Pour son retour en wild-card au GP d'Italie, Pol Espargaró sait qu'il ne pourra pas lutter avec les meilleurs. Il se prépare néanmoins à devoir freiner son instinct pilote.

Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing

Le GP d'Italie sera suivi d'un test réunissant tous les titulaires lundi et plusieurs constructeurs ont décidé d'engager des pilotes en wild-card afin de préparer cette rare occasion de rouler. Ducati ne peut pas aligner son pilote d'essais, Michele Pirro, les concessions privant la marque de wild-card, mais Yamaha voulait faire rouler Cal Crutchlow, finalement contraint de déclarer forfait, Aprilia a engagé Lorenzo Savadori et un pilote va faire son retour sur la KTM, Pol Espargaró.

Écarté par la marque afin de faire place à Pedro Acosta chez Tech3 cette année, le Catalan a endossé le rôle de pilote d'essais, en plus de livrer ses analyses à DAZN, diffuseur du MotoGP en Espagne. Ce week-end, il va devoir troquer son micro pour la RC16... ce qui sera assez difficile pour lui, malgré une certaine impatience. "C'est bien d'être ici et pas de l'autre côté, je commençais à m'y habituer", a commenté Espargaró. "Cela fait plus de six mois que je n'ai pas fait de course et j'attendais ce moment."

"Ok, peut-être que le Mugello est l'une des [courses] les plus dures de l'année pour revenir mais vu que l'équipe teste des choses, il le fallait. C'est une piste particulière et il faut démontrer des choses sur la moto. Ça va et je suis toujours heureux d'aider l'équipe. On verra si on pourra apporter quelque chose de plus à nos gars, sur un circuit habituellement rempli de tifosi qui soutiennent les marques italiennes. On verra si on pourra les aider un peu plus à être devant."

Espargaró n'est pas présent au Mugello pour décrocher un bon résultat mais pour aider KTM dans son développement. Il veut tout faire pour garder cet aspect à l'esprit, sachant de toute façon qu'il n'a plus le rythme nécessaire pour briller.

"Ce sera bizarre, je pense que ce sera dur. Il faut y aller doucement parce que je n'ai pas roulé ici l'an dernier en raison de ma blessure, je ne suis pas monté sur la moto depuis le test de Jerez , les autres ont roulé il y a quelques jours et ici, ce n'est pas facile du tout. Si on associe tout, si je veux tout tenter le premier virage, cela peut vite mal tourner."

Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing

Pol Espargaró n'a plus piloté la KTM depuis le test de Jerez fin avril

Photo de: MotoGP

"Il faudra y aller doucement, voir ce que donne la moto et travailler pour les gars parce qu'ils vont utiliser notre moto lundi, pour des tests, et devront comprendre ce que l'on aura essayé. C'est important de transformer ce week-end de course en test pour que lundi, les pilotes d'usine soient prêts sur notre moto."

Il faut faire une thérapie pour se détendre, se calmer, faire du yoga pendant les séances parce que ce sera impossible !

"Je sais que [l'instinct de pilote] sera là, à 100%", a prévenu Espargaró... qui va donc tout faire pour se freiner : "Il faut faire une thérapie pour se détendre, se calmer, faire du yoga pendant les séances parce que ce sera impossible ! Même en le voulant, c'est impossible. Même si la moto est largement meilleure que les autres, ce qui n'est pas le cas, c'est impossible que je lutte avec ces gars."

"Ils sont rapides, jeunes, talentueux, et ils sortent d'un week-end de course à Barcelone. C'est impossible qu'un pilote retraité depuis six mois débarque ici et boum, les batte. C'est impossible. Cette piste ne fait pas partie de nos circuits de tests, donc on n'a pas fait de tests ici, on n'a rien préparé, donc je ne sais pas comment la moto va se comporter. Ce n'est pas comme Jerez, Misano ou l'Autriche, où on peut faire des tests. Ce sera difficile."

Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing avec les membres de l'équipe

Pol Espargaró retrouve les membres de l'équipe KTM

Photo de: Rob Gray / Polarity Photo

Concernant le programme de Pol Espargaró pour le week-end, les nouveautés devraient être assez peu nombreuses, mais l'intéressé estime que le circuit se prête à des essais : "Je ne pense pas que l'on a trouvé des choses très différentes de ce que que Dani [Pedrosa] a testé à Jerez."

"On a testé différentes choses, on a abordé les choses différemment sur différents circuits pour comprendre si elles sont bonnes ou pas, pas seulement dans l'aérodynamique mais sur tous les aspects de la moto. C'est une année très difficile en termes de compétition, tous les constructeurs sont super performants et on essaie d'être aussi performants qu'eux, ou plus rapides, ce qui nous pousse à travailler dans de nombreux domaines."

"C'est un circuit éprouvant pour l'aérodynamique, l'électronique parce qu'il y a de longues courbes, le châssis, le moteur, avec des lignes droites longues et rapides. Il y a beaucoup de domaines dans lesquels on peut améliorer la moto."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Zarco veut se consacrer à ses "sensations personnelles" au Mugello
Article suivant Le curieux chiffre que Ducati pourrait atteindre avec Márquez au Mugello

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse