Le succès de Márquez inspire Espargaró : "Ça m'a ouvert les yeux"

Relégué à une quinzaine de secondes de Marc Márquez au GP d'Allemagne, Pol Espargaró souhaite copier tous les paramètres de la moto de son coéquipier, pour mieux comprendre comment le #93 a pu s'imposer avec une machine qui lui pose tant de difficultés.

Le succès de Márquez inspire Espargaró : "Ça m'a ouvert les yeux"

La victoire de Marc Márquez au Sachsenring est évidemment importante pour le pilote lui-même, qui s'est prouvé qu'il était toujours capable des démonstrations qu'on lui connaît malgré une condition physique encore perfectible, mais elle est également rassurante pour Honda, en grande difficulté depuis la blessure de sa star. La saison 2020 a été la plus difficile depuis le lancement du HRC sous sa forme actuelle, avec seulement deux podiums, conquis par Álex Márquez, alors dans l'équipe officielle. Les pilotes de la marque ont été nombreux à pointer les faiblesses de leur machine, en manque d'adhérence à l'arrière et de motricité.

Le succès de Márquez a été rendu possible par une piste favorable à sa condition actuelle et favorisé par quelques gouttes de pluie, et il n'efface évidemment pas les problèmes de Honda, aucun autre de ses représentants n'ayant pu rester dans le groupe de tête. Cette victoire montre néanmoins qu'il est possible de faire triompher la RC213V et Pol Espargaró y voit une inspiration, et même plus que ça puisque celui qui est arrivé dans le team d'usine cette année souhaite se calquer autant que possible sur les réglages et choix techniques de son illustre coéquipier.

"À partir de maintenant, je vais essayer de copier les réglages de Marc et son châssis, parce qu'il y en a un qui est un peu différent", a rappelé Espargaró après l'arrivée au Sachsenring, Márquez n'ayant pas adopté toutes les nouveautés introduites par Honda depuis un an. "Je vais copier ses trajectoires. On n'était pas très loin en rythme et dans les chronos. Je suis très content pour l'équipe et ceux qui ont énormément travaillé, pour Marc aussi. C'est sûr que Marc a montré les performances de la moto. Je dois être au niveau. La seule chose que je fais, c'est de copier ses réglages, sa moto, son châssis le plus vite possible, et après copier ses trajectoires. Maintenant, il n'y a plus d'excuses. Je dois faire ce qu'il fait, sinon ça veut dire que je suis trop lent pour cette moto, c'est tout."

Maintenant, il n'y a plus d'excuses. Je dois faire ce qu'il fait, sinon ça veut dire que je suis trop lent pour cette moto, c'est tout.

Pol Espargaró

Espargaró ne veut pas chercher dans un châssis et des paramètres différents la justification de sa lointaine 11e place en Allemagne mais estime qu'avoir une machine strictement identique à celle de Márquez sera le seul moyen d'identifier dans quels domaines la différence se fait : "Marc ne gagne pas grâce à la moto. Je dis que pour comprendre, je dois faire ce qu'il fait et je dois utiliser exactement la même moto. Je pourrai comprendre exactement ce qu'il fait et comment je dois piloter cette moto à 100%, comme lui."

"C'est la première fois que je finis si loin de mon coéquipier, je crois que je n'avais jamais fini à 14 secondes d'un coéquipier, et ça m'a ouvert les yeux", a-t-il ajouté, admettant un écart "douloureux". "Je dois plus travailler, je dois copier ce qu'il fait parce qu'il m'a montré que cette moto peut gagner et je n'ai pas réussi à le faire, donc à partir de maintenant, je vais essayer d'être plus proche de lui que je ne l'ai été jusqu'à présent."

Pol Espargaró n'a "rien de positif" à retenir du Sachsenring

L'écart entre les deux pilotes du team Repsol Honda était en effet important en course au Sachsenring. Pendant que Marc Márquez contrôlait en tête devant Miguel Oliveira, Pol Espargaró restait englué dans le troisième groupe, avec de grandes difficultés à se battre avec les autres pilotes et à imprimer le rythme qui était le sien durant le warm-up.

"Quand il a commencé à pleuvoir, j'ai senti que j'avais plus de vitesse qu'avant, le problème était que j'étais derrière un gros groupe de pilotes. Je ne pouvais pas doubler. J'étais très perturbé parce que je perdais du temps en courbe et je compensais au freinage, mais ce n'était pas suffisant pour revenir et doubler. Je ne suis pas content du résultat, de la course, les sensations n'étaient pas bonnes et j'ai pas mal souffert. Je n'arrivais pas à faire ce que j'ai fait pendant les essais. [Au warm-up] j'étais deuxième, j'avais de très bonnes sensations et j'espérais une bonne course, mais le départ a été chaotique et je n'arrivais pas à doubler ou j'étais doublé en sortant large. Du début à la fin, ce n'était pas bon. Je suis évidemment très déçu."

En délicatesse avec sa machine et à la peine pour attaquer comme pour se défendre face à chaque rival, Espargaró ne gardera pas un bon souvenir de ce Grand Prix : "En fait, je ne tournais pas. Je n'étais pas bon sur l'angle et ça patinait pas mal quand la moto était droite. J'ai beaucoup souffert et vu que j'étais derrière beaucoup de pilotes, le pneu avant surchauffait. Et c'est sûr que mes trois chutes pendant le week-end n'ont pas aidé. Il me manquait énormément de sensations dans les virages rapides, sur l'angle. Des pilotes passaient à l'intérieur et je ne pouvais pas protéger l'intérieur. Je ne pense pas qu'il y ait eu du bon dans cette course. Quand tout se passe mal dès le début, c'est dur de revenir sur les autres. J'ai passé un très mauvais dimanche, sincèrement. Je n'ai rien de positif à en retenir."

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi
Article précédent

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

Article suivant

Le GP du Japon annulé, Austin confirmé en octobre

Le GP du Japon annulé, Austin confirmé en octobre
Charger les commentaires