Pol Espargaró en quête d'une solution à son manque de traction

Déçu de son résultat au Mans, Pol Espargaró retient qu'il a été l'un des plus performants sur le sec et estime que la pole était peut-être à sa portée. Pour la suite, l'Espagnol espère que Honda pourra apporter des changements pour gagner en motricité, en particulier sur piste humide.

Pol Espargaró en quête d'une solution à son manque de traction

L'averse tombée pendant le Grand Prix de France n'a pas permis à Pol Espargaró de tirer son épingle du jeu. Seul représentant de Repsol Honda à l'arrivée, Marc Márquez ayant chuté deux fois, il a franchi la ligne à la huitième position, derrière les pilotes du team LCR, Álex Márquez et Takaaki Nakagami.

Espargaró pointait au 13e rang après les changements de motos rendus nécessaires par l'arrivée de la pluie mais plusieurs dépassements et des erreurs d'autres pilotes lui ont permis de vite remonter à la sixième place. Il a ensuite été dépassé par son frère Aleix Espargaró, ainsi que Danilo Petrucci et Pecco Bagnaia, et il n'a pu regagner qu'une position, quand son aîné a été stoppé par un souci technique. Le #44 a expliqué avoir eu du mal à conserver un bon rythme après avoir éprouvé des difficultés en sortie de courbe, dans les phases de réaccélération.

"C’est un problème que nous rencontrons en ce moment", a expliqué Espargaró après l'arrivée. "Nous n'avons pas de traction à l'arrière, surtout lorsque la moto est complètement droite. On a du mal avec ça, mais on a quelques idées pour le Mugello et je pense qu'on peut faire des progrès. Je pense que c’est un problème assez général mais sur le mouillé, il y a le risque de tomber et on est tout le temps à la limite de l’adhérence, à la limite de la traction, tout le temps. On a un peu plus de mal avec ça parce qu'on a le risque de tomber."

Lire aussi :

"En course, pour améliorer notre grip en ligne droite, il aurait fallu utiliser le medium, comme par exemple Marc l'a fait. Mais c'était très risqué car sur le bord, le pneu n'avait pas assez de grip. C'est pour ça que nous l'avons vu tomber deux fois. C’est donc très difficile en ce moment pour nous et j’ai l’impression d’avoir un peu plus de mal que les autres – je ne sais pas pourquoi. Surtout avec la moto complètement relevée. Juste la traction pure. C’est une chose que nous devons améliorer et nous devons comprendre pourquoi cela se produit. Nous avons des idées."

De nombreux facteurs peuvent entrer en compte pour expliquer les problèmes évoqués par Pol Espargaró, comme la dureté de la suspension, l'équilibre général de la moto ou sa façon d'exploiter les gommes. Le pilote catalan ne veut écarter aucune option dans sa quête d'une solution pérenne : "Nous devons tout analyser avant de prendre des décisions et ensuite je suis sûr que nous allons arriver au Mugello avec quelque chose de différent."

Espargaró veut retenir les promesses montrées au Mans

Pol Espargaró n'était guère plus satisfait la veille, une chute en Q2 l'ayant selon lui privé d'une véritable chance de signer sa première pole avec la Honda, lui qui en a réalisé deux avec KTM la saison passée. "Je m'en veux vraiment parce que nous visions la pole position ou le top 3 à coup sûr", déplorait-il samedi. "Le premier secteur était incroyable dans ce tour. J'avais trois dixièmes d'avance et j'étais deux dixièmes plus rapide que Fabio [Quartararo, auteur de la pole], trois dixièmes plus rapide que Jack [Miller] et ils sont tous les deux en première ligne. C’est douloureux parce que je sens que je pouvais le faire."

"Je suis énervé parce que, par exemple, à Jerez, je savais que mes chances étaient très faibles, mais ici, j’avais une énorme chance d’être dans une position incroyable en me battant également pour la pole. J'attendais la fin pour pousser une dernière fois, or dans les deux ou trois tours à la fin, il a commencé à pleuvoir et j'ai ralenti à cause ça. Je suis sûr que j’ai trop ralenti. Je n’ai pas corrigé ça, puis je n’ai pas trop accéléré dans le virage 6 et je suis tombé, mais mes sensations sont incroyables sur le sec. Je pense que nous sommes parmi les plus rapides ici et c’est douloureux d'être huitième sur la grille, troisième Honda, maintenant que je suis l’un des plus rapides. Ça me tue."

Lire aussi :

Pol Espargaró a en effet montré un certain potentiel sur piste sèche au cours du week-end sarthois, en prenant la quatrième place en EL2 comme en EL4, et il ne souhaite pas que les difficultés rencontrés quand le circuit était humide viennent ternir ce bilan : "Globalement, nous devons être satisfaits. Ici, dans des conditions sèches, j’ai réalisé de très bonnes performances. J’étais rapide et je pense avoir eu de bonnes chances de faire une bonne course sur le sec, mais c’est Le Mans et tout change très vite. C'était comme ça ce week-end."

"J'ai été dans le top 5 pendant tout le week-end dans des conditions sèches, ce qui est très bien", a-t-il ajouté. "Nous devons aussi prendre le positif, ne pas toujours parler du négatif. Vous me connaissez, je suis très critique envers moi-même en temps normal, mais je pense que nous avons été performants sur le sec ce week-end, et c’est ce que nous retenons avant le Mugello."

Espargaró estime donc que le bilan final n'est pas si mauvais, puisqu'il a quitté la France avec huit points et par la même occasion égalé son meilleur résultat en course au guidon de la Honda : "Finalement, beaucoup de pilotes n’ont pas terminé la course. J'ai terminé huitième avec de mauvaises sensations et j'étais bien sur le sec au point de viser les cinq premières positions, ce qui est très bien. Mais Le Mans est comme ça et on ne se plaint pas."

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Related video

Fabio Quartararo a "beaucoup appris" sous la pluie

Article précédent

Fabio Quartararo a "beaucoup appris" sous la pluie

Article suivant

Petrucci sauve les meubles mais KTM "n'a pas encore la solution"

Petrucci sauve les meubles mais KTM "n'a pas encore la solution"
Charger les commentaires