Comment le "cheval fougueux" Espargaró a conquis KTM

Alors qu'ils s'apprêtent à ouvrir un nouveau chapitre de leur parcours respectif, KTM et Pol Espargaró resteront liés par leurs quatre ans de collaboration, eux qui ont progressé de concert pour venir se mêler aux leaders du MotoGP. Attachant, le pilote espagnol ne sera pas oublié de sitôt au sein de l'équipe autrichienne.

Comment le "cheval fougueux" Espargaró a conquis KTM

Pit Beirer, directeur de KTM Motorsport, se félicite de la progression réalisée par Pol Espargaró au cours de ses années à Mattighofen, l'ayant vu évoluer, se perfectionner et gagner en envergure en parallèle de la RC16. Entre le coup d'envoi du programme en 2017, avec une machine largement dominée par la concurrence, et une saison 2020 passée aux avant-postes, la moto a gravi les échelons de la catégorie MotoGP et son pilote s'est, lui, hissé suffisamment haut pour se faire courtiser par Honda et être nommé nouveau coéquipier de Marc Márquez.

"Je crois que nous avons parfois pu l'aider à se développer", estime Pit Beirer. "Le leadership de Mike [Leitner] et de son chef mécanicien Paul [Trevathan] a pu l'influencer et, je pense, en faire un meilleur pilote. Cela lui a aussi montré ce que signifie être un meilleur pilote, ne pas avoir une moto cliente, prête à rouler, et simplement la piloter. Il a dû créer une moto avec nous. Je pense, et j'espère, que nous l'avons rendu meilleur au fil des années."

Lire aussi :

Arrivé chez KTM à 25 ans, Pol Espargaró avait pour expérience ses huit ans dans les petites catégories, avec à la clé un titre en Moto2, et trois saisons passées au guidon de la Yamaha du team Tech3. Une étape qui lui a permis de découvrir la catégorie reine, mais dont il est également sorti frustré du peu de responsabilités qui lui incombaient. C'est donc avec son statut de pilote officiel chez le constructeur autrichien qu'il a appris à devenir un leader.

"Pol c'est clairement un personnage très spécial. C'est un gars fantastique. Il vous faut conquérir son cœur mais une fois que c'est fait, il donne tout à la fois en tant que personne et en tant que sportif. C'est vraiment une super personne", décrit Pit Beirer.

"Sa mentalité de travail est un peu basée sur ce qu'est Pol, et c'est un peu la même chose : c'est tout ou rien. S'il entre dans le box, il est plein d'énergie et il veut absolument produire la meilleure performance possible et obtenir les meilleurs résultats. Avec ce style, il transmet aussi son énergie à tout le groupe. De son côté du garage, il emmène tout le monde avec lui. C'est son approche du travail : très professionnel, très concentré et vraiment désireux d'aller de l'avant."

"Ça peut aussi parfois être un peu risqué", souligne le responsable allemand. "Nous avons parfois découvert qu'il y avait une limite et qu'il l'a ignorée. Je pense donc que c'est sa force, mais ça peut aussi être assez douloureux pour nous tous ! Nous avons travaillé là-dessus et je pense que nous avons progressé au fil des années."

"En tant que pilote, c'était un cheval fougueux lorsqu'il est arrivé chez nous, et nous avons réussi à beaucoup progresser. Franchement, nous-mêmes avons dû beaucoup progresser : il ne faut pas oublier qu'il est arrivé [après avoir été] sixième du championnat [en 2014, ndlr], il roulait avec les top pilotes et avec nous il a dû souffrir."

"Il a fait confiance à un projet qui était très jeune, qui n'existait même pas. Nous avons donc pratiquement dû nous développer encore plus que lui pour améliorer la moto, qui était 3"5 plus lente que les meilleures, pour en faire une moto capable de monter sur le podium. Cela nous a requis beaucoup de développement, et Pol a fait ce développement avec nous."

"Au début, il était souvent un peu trop déchaîné et faisait des erreurs au mauvais moment, particulièrement quand nous avions vraiment besoin d'un résultat. Nous avions vu la moto s'améliorer un peu, Pol s'améliorer, nous étions proches d'obtenir un résultat, mais il y avait évidemment beaucoup de pression parce que ça n'était pas une moto facile et Pol a parfois dû dépasser la limite pour nous ramener un résultat spécial. Nous avons bien sûr aimé cette partie, mais si vous dépassez la limite, vous pouvez facilement faire une erreur, et une erreur dans notre sport peut être douloureuse."

Conquis par son pilote au cours de ces quatre années partagées, Pit Beirer n'a jamais caché sa déception lorsque Pol Espargaró lui a annoncé son choix d'accepter l'offre de Repsol Honda. "Ce qui est dur c'est de le perdre à présent", admet-il. "Je pense que nous avons incroyablement évolué et que nous sommes prêts à présent à franchir ce dernier cap, mais que nous devons le faire à deux endroits différents. Ça fait partie du jeu."

Vendredi, KTM lancera sa saison avec une présentation officielle qui verra Miguel Oliveira revêtir les couleurs d'usine aux côtés de Brad Binder. Dans une dizaine de jours, c'est Pol Espargaró qui sera intronisé pilote du HRC lors de l'événement organisé par Honda. Le début d'un nouveau chapitre…

partages
commentaires
Bastianini sans pression malgré les résultats d'Álex Márquez en 2020

Article précédent

Bastianini sans pression malgré les résultats d'Álex Márquez en 2020

Article suivant

LIVE - Présentation des équipes KTM et Tech3

LIVE - Présentation des équipes KTM et Tech3
Charger les commentaires