Pol Espargaró veut un nouvel anti-patinage après la chute de Valence

Pol Espargaró attribue son highside au GP de Valence aux limites posées par le règlement dans le fonctionnement de l'anti-patinage. Il espère un changement dès la saison prochaine.

Pol Espargaró veut un nouvel anti-patinage après la chute de Valence

Pol Espargaró a dû renoncer à la dernière course de la saison à Valence, après une lourde chute la veille en Essais Libres 3. Le #44 a perdu le contrôle de sa moto au virage 13 et il en a été éjecté. Retombé sur le bas du dos, Espargaró souffrait des côtes et du poignet et a préféré se réserver pour le test de Jerez, malgré l'absence de fractures.

Les deux jours passés en Andalousie ont permis au pilote Repsol Honda de revenir sur les causes de sa chute. Il l'attribue à l'absence d'un anti-patinage efficace pour les glissades latérales, un dispositif interdit par le règlement mais qu'il aimerait voir introduit dès la saison prochaine pour améliorer la sécurité.

"Dans l'électronique que nous avons, les constructeurs peuvent juste régler pour un type de patinage, qui est le patinage central", a expliqué Espargaró. "Quand tu relèves la moto, il y a un patinage que l'on appelle le patinage propre et [l'électronique] entre en jeu et corrige cela. Mais ensuite, tu as une autre glissade : la glissade latérale."

"Il n'y a pas une fonction – nous ne sommes pas autorisés à utiliser une fonction, qui a été utilisée dans le passé, et que les routières utilisent – qui est quelque chose que je pense que les constructeurs et les pilotes doivent pousser dans les nouvelles règles de l'an prochain, pour je pense introduire ce réglage que l'on a sur les motos routières et qui ne rend pas la performance meilleure, mais qui éviterait par exemple ma chute, celle de Marc [Márquez] à Assen, celle de Martín à Jerez où il s'est cassé l'humérus [en Moto2], celle de Miller dans l'année."

"La glissade latérale est encore plus importante que le patinage et nous n'avons aucun outil pour le régler… Nous avons l'outil, mais nous ne sommes pas autorisés à le faire. C'est illégal. Ce serait intéressant d'y penser un peu pour l'an prochain."

Ces glissades que les pilotes ne peuvent contrôler sont parmi les plus lourdes que les pilotes du MotoGP peuvent subir, puisqu'elles peuvent entraîner un highside et projeter le pilote au sol. Après la chute de Márquez à laquelle Espargaró fait référence le #93 avait cependant mis en cause de mauvais réglages de l'anti-patinage que Honda avait très rapidement corrigés.

Un test effectué dans la douleur pour Espargaró

Pol Espargaro, Repsol Honda Team

Encore marqué par la chute de Valence, Pol Espargaró a pu remonter sur sa moto pour le test de Jerez. Il est resté sur le modèle 2021 jeudi, pour reprendre le rythme sur une machine familière avant d'essayer le nouveau prototype vendredi. Après la première journée, il se disait "un peu surpris" d'avoir réussi à boucler 45 tours.

"Honnêtement, je me sens détruit !" reconnaissait-il. "Je ressens un peu de douleur ; après avoir été cinq jours à récupérer dans le canapé, je suis venu ici. Et ne me suis pas entraîné pendant cinq jours. Je suis fatigué des blessures, mais aussi fatigué d'avoir piloté la moto. Par ailleurs, le vent aujourd'hui a été assez fort et ça a rendu ma vie un peu plus dure."

"Je n'ai pas très bien roulé, le problème au poignet s'est un peu aggravé", a-t-il précisé au site officiel du MotoGP. "J'ai eu un peu de mal à rouler mais c'était important pour l'équipe et moi d'être ici, de faire quelques tours sur la nouvelle moto afin de récolter des informations pour l'an prochain.

Signe de la violence du choc subi quelques tours plus tôt, Espargaró avait encore du mal à respirer correctement quand il s'exprimait. "Mon problème est aux côtes, donc à chaque fois que je parle, quand les poumons prennent de l'air, je dois respirer lentement, sinon je prends un gros point dessus ! [rires] Je suis un peu plus fatigué que normalement, donc…"

Lire aussi :

Avec Guillaume Navarro

partages
commentaires
Pour Oliveira, la KTM doit encore changer de "caractère"
Article précédent

Pour Oliveira, la KTM doit encore changer de "caractère"

Article suivant

Photos - Les essais des motos 2022 à Jerez

Photos - Les essais des motos 2022 à Jerez
Charger les commentaires