Pol Espargaró n'est "pas encore" prêt à gagner avec la Honda

Pol Espargaró se réjouit que l'ADN de la Honda corresponde à son style de pilotage mais il reconnaît faire encore trop d'erreurs, surtout dans l'exercice du time attack.

Pol Espargaró n'est "pas encore" prêt à gagner avec la Honda

Pol Espargaró est l'un des pilotes qui a fait la plus forte impression depuis le début des tests à Losail. Le nouveau représentant du team Repsol Honda est monté en puissance depuis samedi et il s'est classé au cinquième rang mercredi, avec le même chrono que le pilote qui le devançait, Johann Zarco. Espargaró est encouragé par cette performance, qui symbolise surtout la facilité avec laquelle il arrive à attaquer au guidon de sa nouvelle machine.

"Le plus important est que je commence à comprendre la moto", a déclaré le Catalan au site officiel du MotoGP. "C'est important. Je n'étais pas content parce que le chrono était bon, j'étais content parce que quand j'ai voulu attaquer, je l'ai fait d'une façon qui a fonctionné. Ça correspond à ce que je pense et à ma façon de piloter. Je suis content parce qu'à chaque fois que je le veux, je peux l'avoir. C'est une chose très importante, pour ce qui n'est que le troisième jour."

"Les deux précédentes [journées] étaient importantes mais après deux jours de pause, on se demande si on se souviendra comment piloter, si ce sera dur en repartant de zéro", a ajouté Espargaró. "Monter sur la moto et pouvoir le faire à nouveau, c'est très agréable."

Lire aussi :

Lors de sa rencontre avec les journalistes, l'ancien pilote KTM s'est ravi d'avoir une machine en phase avec ses attentes. Son style de pilotage agressif le laissait penser qu'il parviendrait à dompter une Honda qui a posé problème à de nombreux pilotes et les premiers jours d'essais ont permis d'effacer les doutes qui subsistaient.

"C'est une chose à laquelle j'ai beaucoup réfléchi. Est-ce que la moto allait me convenir ? De telles journées sont importantes, quand ton style de pilotage correspond à l'ADN de la moto. Si ça correspond, tout est plus facile. Je pensais avoir [ce style], c'est pour ça que je suis venu chez Repsol Honda, en pensant que mon style conviendrait et pour le moment, c'est un peu tôt pour me prononcer, mais ça devient plus naturel. Comme je l'ai dit, quand je veux le faire, je peux le faire, et ça veut dire que ça correspond pour le moment."

Pol Espargaró a néanmoins tenu à temporiser les attentes, assurant qu'il ne se voit "pas encore" en mesure de prétendre à sa première victoire dans la catégorie, car si son adaptation à la RC213V est plus rapide que ce qu'il espérait, la machine japonaise n'a pas encore délivré tous ses secrets.

"Oui, j'ai l'impression que l'évolution est plus rapide que ce que j'attendais, je ne dirais pas que ça vient facilement parce qu'il faut de gros efforts pour faire ces tours, mais je dirais que ça vient plus naturellement que ce que j'attendais. On peut faire un bon chrono mais je dois encore trouver les limites de la moto. Même si le chrono est bon, j'ai l'impression que dans les premiers tours, j'ai laissé filer quelques dixièmes, parce je suis plus rapide à chaque fois, et pas qu'un peu, je suis huit dixièmes plus rapide que la fois précédente. Les références changent complètement."

"À chaque fois que je prends la piste, je sors large quelque part, je n'accélère pas comme il le faudrait, je deviens nerveux, je fais des erreurs, donc il y a beaucoup de choses à améliorer, mais le plus important est que la constance est bien meilleure que les tours uniques. J'en suis satisfait parce que c'est une chose que j'attendais vraiment, être à l'aise en rythme de course, c'est mieux que sur un tour."

C'est en effet le time attack qui concentre l'essentiel des difficultés de Pol Espargaró, qui reconnaît être encore "stressé" dans cet exercice, le bon tour réalisé mercredi étant à ses yeux émaillé d'erreurs trop nombreuses : "En rythme de course, je suis beaucoup plus détendu, je ne suis pas fatigué, parce que tu contrôles la situation, tu es moins tendu sur la moto et c'est un peu plus coulé", a expliqué le #44. "Dans les tours rapides, je ne sais pas encore comment l'arrière et l'avant vont réagir, ce qu'il va se passer. C'est là qu'on cherche la limite et j'ai fait un 1'53''8, ce qui est rapide."

"Je ne m'attendais pas à être déjà aussi rapide. Dans ce tour, il y a eu beaucoup de moments dans lesquels j'étais à la limite, sans savoir comment la moto allait réagir. Pour le moment, la moto est assez douce, plus que ce que j'imaginais, et je peux contrôler la situation. Je ne sais pas ce qu'il se passera [jeudi] si je hausse le niveau, mais pour le moment, la moto me le permet, donc je suis satisfait."

Lire aussi :

Espargaró ayant désormais quelques repères sur la Honda, un travail plus technique a pu être entamé cette semaine, afin de lui permettre de comprendre la machine et de débuter la saison avec suffisamment de connaissances pour être dans le bon rythme.

"Jusqu'à [mercredi], les essais étaient autour de moi, et on a commencé à tester des choses, à jouer un peu sur l'électronique. C'est la première journée où dans la deuxième moitié, on a testé des choses sur la moto. J'en suis vraiment satisfait parce que ce qui m'inquiétait le plus, c'était de ne pas être à l'aise avec l'avant pour la première course, de l'aborder en sachant que l'avant pourrait poser problème et sans connaître ses limites."

"C'est la première journée au cours de laquelle j'ai fait des tours à la limite, et j'ai un peu compris les limites de l'avant au freinage en ligne droite. Sur l'angle, je ne suis pas à la limite, mais je m'en rapproche, ce qui est très bien. C'est la limite et je ne suis pas tombé, donc je contrôle plus ou moins la situation. Je suis très content de ça."

Pol Espargaró a visiblement commencé à flirter avec cette limite ce jeudi puisqu'il a connu sa première chute avec la Honda. Son équipe a précisé qu'il n'était pas blessé.

partages
commentaires

Related video

Valentino Rossi s'est à nouveau senti pilote mercredi

Article précédent

Valentino Rossi s'est à nouveau senti pilote mercredi

Article suivant

La "clé" de 2021 pour Viñales : "Partir premier ou deuxième, maximum"

La "clé" de 2021 pour Viñales : "Partir premier ou deuxième, maximum"
Charger les commentaires