Pour durer, Valentino Rossi allie entraînement intensif et plaisir

partages
commentaires
Pour durer, Valentino Rossi allie entraînement intensif et plaisir
Par : Léna Buffa
15 déc. 2016 à 14:00

Le nonuple Champion du monde s'est offert une véritable cure de jouvence ces dernières années. Or, pour réussir à tenir tête à des pilotes qui étaient encore nourrissons quand il a débuté, il lui faut redoubler d'efforts.

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Jack Miller, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS, Marc Marquez, Repsol Honda Team
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, en tête au départ
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Les participants au Yamaha VR46 Master Camp au Ranch
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Cadalora

La saison prochaine sera la 22e qu'il disputera en Championnat du monde, pour autant Valentino Rossi l'assure : il prend toujours autant de plaisir qu'à ses débuts. "Absolument, sinon je resterais à la maison", affirmait-il récemment dans une interview sur Radio Deejay. "Le plaisir que je prends sur la moto est exactement identique à la première course, c'est tout le reste autour qui fatigue au bout d'un moment."

Pour rester dans le coup et continuer, après une aussi longue carrière, à remporter des courses et à jouer le titre, Rossi a dû se résoudre à se remettre en question. Malgré neuf titres mondiaux, impossible de se reposer sur ses acquis, il lui a fallu changer notablement son style de pilotage, ce qu'il a entrepris en particulier depuis qu'il a réintégré l'équipe Yamaha en 2013, après son passage infructueux chez Ducati.

"Les motos changent, mais ce sont surtout les pneus qui changent, ainsi que l'électronique", explique-t-il. "Maintenant, on peut s'incliner plus et remettre les gaz plus tôt. Et puis on travaille sur la façon d'être sur la moto, on change de position. J'ai commencé à beaucoup travailler depuis que je suis revenu chez Yamaha et maintenant je pilote de façon très différente d'il y a dix ans."

La maîtrise de la moto se travaille, et il en est de même pour le corps, car il lui faut redoubler d'efforts pour rivaliser, à bientôt 38 ans, avec les pilotes les plus jeunes du plateau, de 16 ans ses cadets - parmi lesquels son nouveau coéquipier, Maverick Viñales. "Je m'entraîne comme un dingue", concède l'Italien, qui a enrichi son motorhome d'un vélo d'appartement, qu'il utilise pour l'échauffement matinal et pour détendre ses muscles après une journée d'essais.

Donner et recevoir des conseils

À la maison, il s'est constitué un environnement sur-mesure pour que sa préparation physique soit la plus aboutie possible lorsqu'il n'est pas en déplacement. Entre le Ranch, la salle de sport, la piste de karting ou encore le circuit de Misano tout près de là, Valentino Rossi a à portée de main tous les ingrédients essentiels pour entretenir son physique, mais aussi son mental.

Ce dernier point passe en grande partie par l'Academy, le groupe de jeunes pilotes qui s'est créé autour de lui depuis 2014 et dont il partage certains des entraînements. "Je vois la lumière dans ses yeux quand il s'entraîne avec les petits", expliquait Uccio Salucci cette année dans un entretien à Motorsport.com. "D'abord, ils sont sympas, très positifs, et puis ils sont aussi très rapides, Vale a donc trouvé des adversaires dignes de lui pour les entraînements à moto."

Et Rossi de confirmer à Radio Deejay l'enthousiasme revigorant qu'il trouve au contact de ce groupe de jeunes : "J'adore ça, cela me donne beaucoup de plaisir. Je ne pensais pas, mais c'est beau, cela procure des émotions de travailler avec des jeunes qui ont entre 16 et 22 ans. C'est fantastique. On s'entraîne ensemble au Ranch, on roule à moto, on va rouler à Misano, on s'entraîne en salle tous les jours, on passe donc beaucoup de temps ensemble… Je suis très bien avec eux… et ça m'inquiète, d'ailleurs, parce que j'ai une vingtaine d'années de plus ! En tout cas, c'est génial."

"Ils me posent des questions, on parle, plus avec certains qu'avec d'autres", poursuit-il. "Je travaille beaucoup avec mon frère (Luca Marini, ndlr), mais aussi avec Migno qui est notre pilote en Moto3 : c'est l'un de ceux qui absorbent le plus, il m'écoute et essaye de faire. D'autres le font peut-être moins, mais ils suivent leur propre chemin ou bien ils l'ont déjà d'eux-mêmes, ils me demandent des conseils et puis ils avisent."

Pour compléter ce tableau, Valentino Rossi s'est lui aussi trouvé un conseiller spécial, en recrutant à ses côtés depuis le début de cette année l'ancien pilote Luca Cadalora. "C'est très bien, j'ai réussi à progresser. Je l'ai choisi parce qu'on a été rouler ensemble à Misano et je me suis senti très bien avec lui. C'est quelqu'un qui a une passion incroyable pour la moto, sans limite", souligne le pilote Yamaha.

"Il va me voir en piste, on décide à quels endroits, et il me dit comment je pilote, comment pilotent les autres et comment, à son avis, je devrais m'améliorer. C'est très important. J'ai confiance et ensuite j'essaye - parfois ça fonctionne et parfois non."

Veste Yamaha
Veste Yamaha, en vente sur Motorstore.com
Prochain article MotoGP
Rins reprend l'entraînement un mois après sa blessure

Previous article

Rins reprend l'entraînement un mois après sa blessure

Next article

Lorenzo - "Ce Márquez est beaucoup plus dangereux que celui de 2014"

Lorenzo - "Ce Márquez est beaucoup plus dangereux que celui de 2014"

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Valentino Rossi Shop Now
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités