Pour Lorenzo, les grandes décisions devraient être prises en commun

Parmi les absents à la réunion de la Commission de sécurité, vendredi, Jorge Lorenzo a fait savoir qu'il regrettait de ne pas avoir été informé des décisions qui se prenaient.

Pour Lorenzo, les grandes décisions devraient être prises en commun
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing

Des 21 pilotes engagés en catégorie reine cette année - et en considérant que Loris Baz est convalescent et actuellement remplacé par Michele Pirro - seuls 10 se sont rendus à la réunion traditionnelle du vendredi, qui se tenait cette fois dans des circonstances très particulières compte tenu du drame qui venait de frapper Luis Salom.

Les pilotes officiels Yamaha, entre autres, n'étaient pas au rendez-vous. Si Valentino Rossi a expliqué avoir été trop occupé pour s'y rendre, Jorge Lorenzo a fait savoir qu'il aurait aimé être averti des décisions importantes qui étaient à l'ordre du jour.

"Si j'avais su qu'ils voulaient changer deux virages, il est certain que j'y serais allé, (…) au moins pour comprendre de quelle manière on pouvait améliorer la sécurité et pour donner mon avis", a-t-il indiqué en conférence de presse, alors que le sujet a été longuement abordé.

"Cela m'a un peu manqué de ne pas être là-bas, en tant que leader du Championnat du monde et Champion du monde de l'année dernière", a-t-il déclaré. "Je ne comprends pas que l'on n'ait pas été là, tous ensemble, pour prendre une décision aussi importante."

"Hier, c'était une occasion spéciale. Et puis, la Commission de sécurité se passe normalement dans les bureaux de la Dorna, or hier elle a été déplacée dans le virage. Je ne savais rien de ce qui se passait à cet endroit", a indiqué Lorenzo, ce que Marc Márquez - présent à la réunion - a rectifié : "De 17h30 à 18h15, on était dans le bureau de la Dorna, comme toujours."

Si la présence des pilotes n'est aucunement obligatoire aux réunions de la Commission de sécurité, Jorge Lorenzo estime que les faits exceptionnels, tels que ceux d'hier, devraient pousser à mieux impliquer les acteurs du championnat : "Pour moi, la procédure normale devrait être de communiquer [à tous] les occasions spéciales pour des décisions aussi importantes. Les pilotes mais aussi les teams devraient avoir l'option au moins de donner leur avis."

Une modification qui arrive tard

Le pilote majorquin s'est dit en faveur de la modification apportée au virage n°12, celui qui a été le théâtre du drame de vendredi, tout en indiquant ne pas comprendre que les retouches se soient étendues au virage n°10.

"À mon avis, le virage n°12 devait être modifié, mais pas seulement hier, beaucoup plus tôt, parce qu'il nous faut beaucoup plus de gravier pour stopper les pilotes et les motos", a-t-il affirmé. "Parfois, on ne fait les modifications que quand des choses comme celles-là arrivent."

Qualifié deuxième pour le Grand Prix de Catalogne, qui sera bien maintenu demain, Jorge Lorenzo a tenu à rappeler l'essentiel : "L'important, ce week-end, c'est ce qui s'est passé hier. Malheureusement, nous avons perdu Luis et tout le reste est secondaire."

partages
commentaires
Dovizioso - Hier, on aurait tous dû être en Commission de sécurité
Article précédent

Dovizioso - Hier, on aurait tous dû être en Commission de sécurité

Article suivant

Márquez - L'annulation du Grand Prix a été envisagée

Márquez - L'annulation du Grand Prix a été envisagée
Charger les commentaires