Pourquoi le retour de Márquez au Qatar est plus évident qu'il n'y paraît

Certains pourraient juger le possible comeback de Marc Márquez dès le début du championnat trop risqué, mais tout porte à croire que le pilote Honda aurait raison de prendre la piste au Qatar.

Pourquoi le retour de Márquez au Qatar est plus évident qu'il n'y paraît

Dans une semaine, cela fera huit mois que Marc Márquez n'a plus piloté sa RC213V. C'était à Jerez, avec un unique tour d'installation dans la Q1 du Grand Prix d'Andalousie, qu'il a finalement renoncé à disputer, cinq jours seulement après une opération sur son humérus droit, fracturé sur le même circuit, sa moto l'ayant percuté dans le bac à graviers après une chute.

Cet épisode montrait l'implication et le courage de Márquez, mais il les a payés au prix cher : la plaque fixée sur son bras s'est brisée quelques jours plus tard et ce n'était que le début d'un supplice qui l'a vu repasser deux fois entre les mains des chirurgiens dans des établissements différents, d'abord lacClinique Dexeus puis le Ruber Internacional, avant qu'un retour devienne enfin envisageable.

La première bonne nouvelle est tombée mi-février, quand l'examen prévu dix semaines après la dernière opération a montré une consolidation satisfaisante de l'os. Depuis, tout s'est passé au rythme auquel Márquez nous a habitués : très vite. En quelques jours, le pilote de Cervera a pu renforcer son programme d'entraînement, les médecins l'ont autorisé il y a une semaine à remonter sur une moto et il a déjà roulé deux jours (d'après ce qui a été annoncé) : vendredi, à Alcarrás sur une minimoto, puis mardi, à Barcelone au guidon d'une RC213V-S, le modèle de série le plus proche d'une machine du MotoGP.

Lire aussi :

La vitesse à laquelle Márquez a traversé les dernières étapes de sa convalescence a ouvert la porte à un possible retour dès l'ouverture du championnat, prévue à la fin de la semaine prochaine sur la piste de Losail, où le reste du plateau a bouclé les essais de pré-saison il y a quelques jours. Et alors que certains lèvent les yeux aux ciels à l'idée de voir le Catalan se précipiter et refaire l'erreur qui lui a coûté si cher l'an dernier, la plupart des signaux portent à croire que la tentative d'un retour au Qatar est la meilleure chose à faire, déjà parce que le principal intéressé assure avoir appris de ce qu'il a vécu l'an passé.

"Je ne remonterai sur la moto qu'avec l'accord des médecins", a-t-il assuré le 22 février, jour de la présentation de son équipe, Repsol Honda. Le #93 a plusieurs fois assuré que les médecins qui l'avaient opéré la première fois avaient garanti que son retour à Jerez ne lui faisait courir aucun risque.

Selon les informations de Motorsport.com, Márquez ne s'est pas contenté d'un roulage mardi à Montmeló, mais il a bel et bien poussé la machine dont il disposait dans ses retranchements, afin d'évaluer dans quelle mesure son humérus le limitait. Et en fait, une personne présente sur le circuit catalan a confié à l'auteur de ces lignes que le pilote n'a pas ressenti de véritable inconfort, si ce n'est une légère tension dans l'épaule, conséquence probable des séances de rameur au cours de son entraînement.

À Barcelone, Márquez a pris la piste peu après 11h00, s'est arrêté pour un déjeuner de moins d'une heure, puis a repris la piste après 15h00 et a enchaîné les tours jusqu'à 17h00. La plupart de ses relais étaient d'une quinzaine de tours, un nombre significatif et difficilement réalisable avec une douleur persistante. Le voir opter pour la RC213V-S plutôt que pour une CBR bien moins agressive est une nouvelle preuve de la forme retrouvée par le sextuple Champion du MotoGP.

Mais en plus de la question médicale, naturellement la plus importante, d'autres éléments montrent qu'il est dans l'intérêt de Márquez de reprendre la compétition le plus vite possible. Il y a déjà l'obligation d'un déplacement au Qatar pour recevoir la seconde dose du vaccin contre le COVID-19, la première lui ayant été injectée ce week-end. Il y a aussi le fait que le natif de Lleida a besoin d'accumuler les kilomètres autant qu'il le peut en ce moment, afin de reprendre un rythme qui lui fait logiquement défaut après sa longue période d'inactivité. C'est précisément pour cette raison que tenter un retour à Losail serait une bonne idée, afin d'entamer une pré-saison unique en son genre.

Pour Márquez, il serait probablement moins difficile de se confronter à nouveau au reste de la grille dans la première manche du Championnat du monde que dans la deuxième, une semaine plus tard et aussi sur la piste qatarie, puisque ses rivaux auront plus de références que lui. Et s'il roule dès le début de la saison, le pilote Honda aura la possibilité de mesurer précisément sa progression dans la deuxième manche.

Lire aussi :

Tout porte à croire que celui qui a dominé les dernières saisons reprendra la compétition la semaine prochaine même si cela ne signifie évidemment pas que nous verrons le Márquez auquel nous sommes habitués, le pilote ayant lui-même régulièrement souligné qu'il lui faudrait du temps pour retrouver son meilleur niveau.

Quoiqu'il en soit, ce retour dans un championnat privé de sa référence est la meilleure des nouvelles pour le MotoGP. Comme l'a dit Pol Espargaró, son nouvel équipier : "Il est le meilleur du plateau, celui qui définit le niveau que nous devons tous atteindre."

partages
commentaires

Related video

Iker Lecuona déplore des chutes "qui n'ont ni queue ni tête"

Article précédent

Iker Lecuona déplore des chutes "qui n'ont ni queue ni tête"

Article suivant

Le GP de France MotoGP garantit que sa course se tiendra en mai

Le GP de France MotoGP garantit que sa course se tiendra en mai
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Qatar
Pilotes Marc Márquez Alentà
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Oriol Puigdemont