Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati
Prime
MotoGP Contenu spécial

Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati

Par :
Co-auteur:
Léna Buffa

Pramac Racing entre cette année dans sa 20e saison en MotoGP, la 17e en partenariat avec Ducati. Frôlée à plusieurs reprises, sa première victoire avec le constructeur italien constitue toujours l'objectif de l'équipe, qui accueille en 2021 deux nouveaux pilotes. Le moment est-il venu ?

"Nous voici, prêts pour 2021 ! C'est une année très importante pour nous, puisqu'il s'agit de la 20e saison de Pramac Racing en MotoGP. C'est exceptionnel, étant donné que tout avait débuté presque comme un jeu. Nous sommes désormais devenus une équipe très forte, et nous espérons le confirmer cette année."

Cette brève réflexion du team principal Paolo Campinoti traduit parfaitement ce qu'a été l'évolution de Pramac Racing dans la catégorie reine des Grands Prix moto au fil des années. Une aventure née en 2002, avec une Honda NSR500 confiée à l'époque à Tetsuya Harada. Puis ce fut le passage à la RC211V répondant au nouveau règlement MotoGP, cette fois avec Makoto Tamada, auteur en 2003 d'un premier podium au Brésil. L'année suivante, le Japonais fit mieux encore, avec deux victoires décrochées sur ses terrains de jeu favoris : Rio à nouveau, puis chez lui, à Motegi. Deux succès qui furent également les premiers de Bridgestone dans la catégorie reine. À l'époque, la moto était toutefois gérée par Pons Racing, de sorte que ces victoires ne sont pas toujours prises en compte dans le palmarès de Pramac, bien qu'elles fassent véritablement partie de son Histoire.

partages
commentaires

Related video

Plus de typhon attendu en Thaïlande mais la pluie sera bien là

Si la Thaïlande n'est plus menacée par un typhon, le pays va quand même être touché par de fortes pluies. Les pilotes MotoGP sont d'ores et déjà prêts à rouler sur le mouillé, sur un circuit qu'ils estiment meilleur que Motegi pour ces conditions.

Bastianini : Zéro pression pour le titre malgré la découverte de Buriram

Encore dans le coup mathématiquement pour jouer le titre, Enea Bastianini aurait sans doute préféré l'assurance de conditions de piste sèches en Thaïlande pour maintenir vifs ses espoirs de lutte jusqu'au bout. Mais peu importe, l'Italien est bien celui ayant le moins à perdre du quatuor encore en lice.

Márquez a mis plus de temps que prévu à récupérer du Japon

S'il a terminé le GP du Japon en forme et a pu y décrocher un solide résultat, Marc Márquez reconnaît qu'il ne s'est pas encore pleinement remis physiquement à l'heure de démarrer le GP de Thaïlande.

Leader déterminé, Espargaró a remotivé les troupes chez Aprilia

Aleix Espargaró constate que ses rivaux pour le titre ne sont pas infaillibles et que beaucoup de choses peuvent se produire sur les dernières manches de la saison. Plutôt que de regarder en arrière sur l'occasion manquée au Japon, l'Espagnol se veut radicalement tourné vers l'opportunité d'un GP de Thaïlande à l'issue incertaine.

Bagnaia pense encore à son erreur du Japon

Pecco Bagnaia reconnaît ne pas avoir encore pleinement tourné la page du Japon, où sa chute survenue dans le dernier tour lui a coûté huit points au championnat. Il espère toutefois comprendre ses difficultés pour être plus compétitif en Thaïlande.

Trop agressif sur le mouillé au Japon, Quartararo veut revoir sa copie

Un peu frustré par la performance de sa Yamaha à Motegi, Fabio Quartararo a analysé son pilotage sur le mouillé et estime qu'il va devoir se montrer plus doux pour être performant au Grand Prix de Thaïlande, où la pluie est également attendue.

Petrucci ému mais réaliste : "Difficile de ne pas finir dernier"

Particulièrement ému de revenir en MotoGP pour disputer le Grand Prix de Thaïlande, Danilo Petrucci n'en oublie pas pour autant les difficultés qui l'attendent et s'imagine difficilement évoluer ailleurs qu'à la dernière place.

Jack Miller : "J'étais fatigué de devoir justifier ma place"

Jack Miller était lassé de devoir constamment prouver sa valeur à Ducati et a senti une envie plus nette chez KTM. Le vainqueur de Motegi sent que l'équipe penchait plus du côté de Pecco Bagnaia en raison de sa nationalité italienne.

Dovizioso de retour avec Aprilia ? "Ne jamais dire jamais"
Article précédent

Dovizioso de retour avec Aprilia ? "Ne jamais dire jamais"

Article suivant

Une saison sans Anglais : Crutchlow "triste pour le MotoGP"

Une saison sans Anglais : Crutchlow "triste pour le MotoGP"