MotoGP
17 juil.
Événement terminé
24 juil.
Événement terminé
14 août
EL1 dans
04 Heures
:
56 Minutes
:
35 Secondes
C
GP de Styrie
21 août
Prochain événement dans
6 jours
10 sept.
Prochain événement dans
26 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 sept.
Prochain événement dans
34 jours
25 sept.
Prochain événement dans
41 jours
09 oct.
Prochain événement dans
55 jours
16 oct.
Prochain événement dans
62 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
69 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
83 jours
13 nov.
Prochain événement dans
90 jours
C
GP du Portugal
20 nov.
Prochain événement dans
97 jours

Pas encore de pression du titre sur Quartararo, selon Zarco

partages
commentaires
Pas encore de pression du titre sur Quartararo, selon Zarco
Par :
26 juil. 2020 à 09:34

Johann Zarco pense que Fabio Quartararo est tellement à l'aise à Jerez qu'il sera en mesure d'aborder cette course de dimanche en grande confiance et sans avoir à cogiter sur les tenants et aboutissants d'un titre mondial pour lequel ses chances sont grandissantes.

Après avoir conclu la première manche du championnat crédité des 25 points de la victoire, Fabio Quartararo a surtout réalisé une excellente opération dans l'optique d'une campagne vers le titre mondial en voyant coup sur coup ses adversaires Álex Rins et Marc Márquez chuter et enregistrer un résultat vierge, et aller jusqu'à se diminuer physiquement au point de ne pouvoir se présenter pour la manche de ce week-end en qualité de rivaux dangereux.

Si Márquez a bel et bien tout essayé, le choix de la raison consistait tout de même à se concentrer sur une convalescence pouvant laisser espérer un retour à Brno et l'Espagnol a ainsi dû tirer un trait sur son week-end après les qualifications. Dans le cas de Rins, les sensations demeurent difficiles à trouver et le pilote Suzuki, souffrant, ne représente pas une menace ce week-end dans la quête des gros points s'il parvient à s'aligner au départ et à rallier l'arrivée du Grand Prix.

Lire aussi :

Les adversaires identifiés de Quartararo, poleman ce week-end, sont donc clairement identifiés : il convient de prendre autant de points que possible à un Maverick Viñales persuadé de disposer d'un matériel pouvant se montrer véloce tout au long de cette saison raccourcie et arrivé deuxième le week-end dernier ; et de distancer autant que possible un Andrea Dovizioso parvenu à la troisième marche du podium avant l'arrivée de la Ducati sur des circuits où la puissance moteur de la machine italienne pourrait faire la différence face à la Yamaha du Français.

Quatrième le week-end dernier à l'arrivée et mieux placé cette fois que Dovizioso sur la grille de départ, Jack Miller demeure aussi un électron libre à surveiller de près. Le dernier ennemi personnel de Quartararo sera bien lui-même : à l'heure où certains ont semblé questionner la valeur d'un titre remporté dans un championnat disputé sans le pilote titré sur l'ensemble des courses, chacun doit rester sur sa propre moto et s'assurer de ne pas se mettre à son tour en situation délicate avec une chute ou une blessure.

Quartararo a beau assurer se concentrer sur la prise des courses les unes après les autres dans de telles circonstances, difficile, avec les questions régulières des médias, de lui faire oublier la situation de proie dans laquelle ils se trouve déjà et devrait se maintenir s'il quittait Jerez sur un second succès et un bilan comptable de 50 points.

"Si tu chopes le train, tu sautes dedans", résume Zarco, interrogé sur l'état d'esprit que peut ressentir son compatriote par rapport au fait de commencer à sentir le poids de la possibilité du titre dès sa seconde année dans la catégorie. "Donc pourquoi pas ? La pression, il ne l'a pas encore vraiment", estime le pilote Ducati, qui voit avant tout cette opportunité provoquée par l'absence de Márquez comme une excellente occasion de justement rouler libre de tous calculs.

"Elle monte", pourtant, reconnaît le Français. "Et le titre, il y pense, puisqu'il attaque le championnat avec 25 points d'avance sur Márquez et qu'il en a cinq sur Viñales", ajoute-t-il dans un clin d'œil. "Mais oui, il y a de quoi se dire 'pourquoi pas' et si la pression du titre monte, elle montera un peu plus tard parce que là, il est vraiment sous contrôle et il adore Jerez. Il fait la pole l'an dernier, même à ses débuts en Moto3, je crois. Il a toujours été très, très rapide à Jerez et tu vois que là ça monte toujours. Tant mieux, ça va bien pour lui."

Márquez : Je suis tombé quand je pensais avoir fait le job

Article précédent

Márquez : Je suis tombé quand je pensais avoir fait le job

Article suivant

Course - Tour de force de Quartararo dans des conditions extrêmes

Course - Tour de force de Quartararo dans des conditions extrêmes
Charger les commentaires