Nouveau problème judiciaire pour Valentino Rossi

Après avoir résolu l'épineuse question légale liée au Ranch, le Docteur devra semble-t-il continuer à traiter avec les avocats, mais c'est cette fois sa villa de Tavullia qui est l'objet de la plainte.

Nouveau problème judiciaire pour Valentino Rossi

Un couple moldave, anciens gardiens de la maison de Valentino Rossi, a présenté au juge du travail de Pesaro une requête de 114'000 euros pour cinq années d'heures supplémentaires non rémunérées ainsi qu'une indemnité compensatoire.

D'après le journal local Il Resto del Carlino, les anciens gardiens, Victor Untu et Jigan Zinadaia, se sont adressés à un avocat pour mener le Docteur au tribunal. Le couple a travaillé pendant dix ans dans la villa du pilote, située à Tavullia, tant que celle-ci a été la propriété de Domus Mea. La société, qui avait comme représentant légal Graziano Rossi et comme unique actionnaire le nonuple Champion du monde, a cependant été dissoute à la Noël 2016 et le couple a été licencié. La villa est, elle, devenue la propriété de Valentino Rossi.

La requête présentée au juge du travail de Pesaro couvre six mois d'indemnité compensatoire et cinq ans d'heures supplémentaires non rémunérées, ainsi que les 13e mois et le solde de tout compte. Au total, la somme atteindrait les 114'000 euros.

"J'ai demandé au juge d'interroger Valentino Rossi afin qu'il confirme avoir dit en 2006 à monsieur Untu de réaliser tout le travail nécessaire à l'entretien et à la conservation du bâtiment comme s'il s'agissait de sa propre maison. Nous demandons que le juge condamne conjointement les Rossi, père et fils, à payer ce qu'ils doivent à mes clients, licenciés de manière traumatisante le 24 décembre et le 27 décembre 2016", a expliqué Mario Del Prete, avocat du couple.

Les avocats de Valentino Rossi, Virgilio Quagliato et Giacomo Cancellieri, nient quant à eux que le pilote ait pu demander aux gardiens de faire autant d'heures supplémentaires compte tenu du fait qu'il était très souvent absent. Ils réfutent également que le couple ait pu avoir réalisé les travaux d'entretien du jardin et de la piscine (comme ils l'ont indiqué dans leur plainte), attestant cette contestation par les factures des entreprises en charge de ces tâches.

On en saura plus sous peu, puisque l'audience du juge Maurizio Paganelli est fixée à vendredi 12 janvier.

Mise à jour : L'audience n'a pas permis de trouver d'accord à l'amiable et le juge n'a pour l'heure pas rendu de décision.

partages
commentaires
Zarco : Rossi, "je le vois encore un peu comme l'idole"

Article précédent

Zarco : Rossi, "je le vois encore un peu comme l'idole"

Article suivant

Rins, blessé à ses débuts : "Personne ne sait à quel point c'est dur"

Rins, blessé à ses débuts : "Personne ne sait à quel point c'est dur"
Charger les commentaires