Des progrès déterminants pour Pedrosa en qualifications

Alors que le pilote espagnol a signé sa seconde pole position de l'année lors du Grand Prix de Catalogne, celui-ci estime que ses avancées dans l'exercice du tour lancé lui ont permis de viser plus haut en course.

Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Tel pourrait être l'adage de Dani Pedrosa en ce début de saison, après une amélioration sensible de ses performances dans l'exercice des qualifications par rapport à l'an passé.

Et il ne faut pas aller chercher bien loin pour trouver trace des progrès du pilote Honda le samedi : sur ses terres, à Barcelone, celui-ci est parvenu à signer sa seconde pole position de la saison, après celle obtenue à Jerez, un peu plus d'un mois plus tôt. 

Deux pole positions en sept courses, voilà qui contraste fortement avec la situation vécue par le numéro 26 l'an passé, où il n'avait pas fait mieux qu'un départ en première ligne de la grille – depuis la troisième place précisément –, déjà lors du Grand Prix de Catalogne.

Avant ses retrouvailles avec la première position du samedi à Jerez, il fallait même remonter à 2015, et au Grand Prix de Malaisie resté célèbre pour avoir décidé en grande partie du titre cette année-là, pour retrouver Pedrosa à pareille fête le samedi.

Si la saison 2016 n'a pas laissé un souvenir impérissable au numéro 26, c'est d'ailleurs en grande partie du fait de ses positions peu avantageuses sur la grille, qui ne lui ont que très rarement donné la possibilité de s'illustrer en course.

Travail sur les qualifications durant l'hiver

Dans l'important travail de remise en question qui a suivi cette annus horribilis – et auquel a contribué Sete Gibernau –, Pedrosa a donc ciblé un certain nombre d'axes de progression censés lui permettre de redorer son blason cette année, et parmi lesquels les qualifications. "Bien sûr, nous avons beaucoup travaillé sur les qualifications durant l'hiver", ne cache pas l'Ibère. "Nous avons essayé de comprendre comment utiliser les nouveaux pneus, et comment être plus rapides que ce soit en rythme de course ou sur un tour de qualification. Je me suis entraîné durant l'hiver, j'ai essayé avec l'équipe de comprendre ce dont j'avais besoin pour être rapide par rapport au rythme de course."

Il est vrai qu'à l'inverse des qualifications, le vainqueur du Grand Prix d'Espagne s'est taillé au fil des ans une solide réputation de gestionnaire, notamment au niveau des gommes, pour détenir in fine un rythme de course solide. Aussi ne lui manquait-il plus que cette pointe de vitesse en plus pour apparaître comme un pilote complet, et franchir un cap dans sa carrière. 

Un travail de fond qui s'est concentré aussi bien sur la façon de tirer la quintessence des pneumatiques sur un tour – et donc de savoir leur faire atteindre leur fenêtre de fonctionnement optimale dans un délai imparti. "Nous avons donc apporté quelques modifications sur la moto, et j'ai appris comment utiliser ces pneus sur un tour", reprend-il. "Bien sûr, parfois vous avez une meilleure sensation que d'autres, et ensuite vous signez la pole ou vous êtes sur la deuxième ligne. Mais le but de toute l'équipe était d'être clairement mieux, car l'an passé j'ai beaucoup été en difficulté lors des courses, car je démarrais de la troisième ligne voire pire."

En 2016, Pedrosa n'est effectivement monté sur le podium qu'à trois reprises, dont une victoire à Misano, et a bien souvent semblé en difficulté pour tirer son épingle du jeu dans le peloton. Mais avec deux pole positions et trois autres départs depuis la deuxième ligne de la grille, les résultats sont de retour cette année, avec une victoire et trois autres podiums en seulement sept courses disputées. "Je n'étais pas vraiment à mon aise l'an passé à pareille époque, mais je travaille simplement", constate-t-il. "À ce niveau, c'est vraiment le point clé. L'un des points clés, ce sont les qualifications."

Pedrosa a également revu sa manière d'analyser ses temps au tour pour mieux progresser. "C'est juste une question de savoir quand vous devez être agressif, et quand vous devez être doux", explique-t-il. "Avoir à l'esprit les points de la piste et les points dans les virages où vous pouvez en demander plus, et où, à l'inverse, vous ne pouvez pas vous le permettre. Cela fait la différence sur l'ensemble d'un tour."

Une nouvelle approche qui porte ses fruits, alors que Pedrosa évolue actuellement à la quatrième place du championnat, à quatre petits points de son coéquipier Marc Márquez

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Dani Pedrosa
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Actualités