MotoGP
24 juil.
Événement terminé
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
09 oct.
Prochain événement dans
15 jours
16 oct.
Prochain événement dans
22 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
29 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
43 jours
13 nov.
Prochain événement dans
50 jours
20 nov.
Prochain événement dans
57 jours

Quartararo : L'adaptation au MotoGP ? "Sans doute pas facile"

partages
commentaires
Quartararo : L'adaptation au MotoGP ? "Sans doute pas facile"
Par :

Malgré d'excellents résultats pour un rookie en ce début de saison, le Français ne juge pas le MotoGP plus facile que le Moto2, et refuse toute comparaison avec Marc Márquez.

Malgré son classement éloigné à l'issue du GP d'Italie, où il a fini dixième, Fabio Quartararo avait de nouveau fait les gros titres 24 heures plus tôt, en signant le deuxième meilleur chrono lors de la séance qualificative. Après sa pole obtenue à Jerez un mois plus tôt, cette performance a sonné comme un nouveau démenti envers ceux qui le considéraient comme "trop vert".

On peut comprendre cependant un tel avis, devant la grande jeunesse du Français, qui a fêté ses 20 ans en avril dernier, et ne présente pas un palmarès particulièrement fourni dans les autres catégories. Le Niçois n'avait ainsi décroché qu'une victoire en Catalogne l'an dernier en Moto2, avant d'accéder à la catégorie reine, ce qui a un temps pu faire craindre à une promotion prématurée dans la catégorie reine.

Lire aussi :

Le MotoGP pas plus facile que le Moto2

Mais comme de nombreux pilotes talentueux, c'est dans la difficulté que le pilote de l'équipe Yamaha Petronas semble s'épanouir, trouvant ainsi en MotoGP le défi qu'il recherchait probablement depuis plusieurs années. Interrogé au Mugello sur ses apparentes facilités dans la discipline, le numéro 20 a tenu à mettre celles-ci sur le compte de la docilité de sa Yamaha, sans doute la machine la plus facile à prendre en main pour un rookie.

"Je pense que la Yamaha est l'une des motos les plus faciles à piloter en MotoGP, mais je pense également qu'aucune moto n'est facile à piloter", a-t-il alors rétorqué, soulignant les difficultés de la catégorie intermédiaire, il est vrai encore dépourvue d'électronique par exemple ces dernières saisons. "Vous avez beaucoup de différences avec le Moto2, comme les pneus, l'électronique, la puissance. Vous devez beaucoup travailler dans tous les virages. Je me suis adapté très vite, mais cela n'a sans doute pas été facile."

Avec son début de campagne tonitruant, Quartararo a donc fait taire ses contempteurs, mais il a aussi fait évoluer le regard que portaient sur lui ses camarades sur la grille, qui sont peu à peu devenus des adversaires au fil de ses coups d'éclat. "C'est sûr que quand on regarde la différence avec Valence ou Jerez en novembre 2018, à l'époque ils me donnaient des conseils", se rappelle-t-il. "Mais maintenant ils évitent de me parler. Ce sont des conversations totalement différentes qu'en 2018."

Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT

Aucun sens d'être comparé à Márquez

Le début de la saison 2019 n'est pas sans rappeler ses excellentes prestations lors de ses débuts en Grand Prix, en 2015. À l'époque, le jeune Français avait été comparé à Marc Márquez, un parallèle flatteur mais que l'intéressé réfute tout de même, lui qui est attaché à sa propre personnalité. "En 2015, beaucoup de personnes m'ont comparé à Marc", relève-t-il. "À ce moment-là c'était une grande source de motivation mais le stress en était également plus important, donc ce que j'ai appris c'est que les gens ne doivent pas me comparer à qui que ce soit. Je suis juste moi, et c'est mon style de pilotage à moi. Il faut juste travailler comme nous le faisons actuellement, et être moi-même."

Lire aussi :

Et éviter le passage à vide qu'il avait pu connaître dans la foulée de sa première saison en Moto3. Est-ce une préparation mentale plus poussée ou bien simplement davantage de maturité ? Toujours est-il que Quartararo estime avoir changé son état d'esprit, et être bien plus calme aujourd'hui qu'il y a quatre ans. "En 2015 j'ai eu la même situation", reprend-il. "Je n'ai mené réellement que le CEV, et cela ne m'a pas vraiment aidé au niveau de la pression. Mais c'est vrai que là je me sens beaucoup plus calme, plus tranquille."

La semaine prochaine aura lieu le GP de Catalogne, là-même où le Français avait signé l'an dernier ce qui reste pour l'heure son seul succès en Grand Prix. Mais s'il montre un niveau de performance équivalent à celui constaté en Italie, nul doute qu'il pourra être de nouveau considéré comme un prétendant à la victoire.

"Rien de nouveau" quant à ce qu'il manque à la Ducati, regrette Dovizioso

Article précédent

"Rien de nouveau" quant à ce qu'il manque à la Ducati, regrette Dovizioso

Article suivant

Anthony West arrête sa carrière et s'en prend à la FIM

Anthony West arrête sa carrière et s'en prend à la FIM
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Fabio Quartararo
Équipes Petronas SRT
Auteur Willy Zinck