Quartararo : "Pour le moment, c'est juste une course normale"

Fabio Quartararo veut éloigner la pression et traiter le Grand Prix d'Émilie-Romagne comme tous les autres, malgré la possibilité de décrocher le titre dimanche.

Quartararo : "Pour le moment, c'est juste une course normale"

Depuis des mois, Fabio Quartararo fait tout son possible pour se détacher de la pression du titre, ne voulant pas que cet objectif conditionne chacune de ses actions en piste. Mais plus l'échéance approche et moins le Niçois peut rouler avec un esprit pleinement libéré. Il a ainsi limité sa prise de risque sous la pluie tombée au GP d'Autriche afin de sécuriser de précieux points, et il reconnaissait à Austin avoir le ventre de plus en plus "noué" avant le départ des courses.

Le GP d'Émilie-Romagne, prévu dimanche, offrira une première balle de match à Quartararo, et même s'il pense avoir plus de chances d'être sacré lors du rendez-vous suivant à Portimão, il a conscience que ce week-end est l'un des plus importants de sa carrière. Mais fidèle à la stratégie qui lui a tant réussi ces derniers mois, le pilote Yamaha veut aborder cette course comme toutes les autres. 

"Je me sens très bien", a confié Quartararo en conférence de presse. "Mais sincèrement, je ne suis pas vraiment concentré sur cette partie du championnat. Je pense qu'il faut aborder ça comme une course normale. Évidemment, on sait que dimanche, il peut se passer quelque chose de spécial, mais pour le moment, je crois qu'on doit aborder vendredi et samedi comme en début d'année. Dimanche, on verra le degré de risques qu'on prendra. Vendredi et samedi, ça sera normal et après, on verra ce qu'il se passera."

Lors de la précédente course disputée à Misano, il y a cinq semaines, le Français a attaqué sans retenue pour revenir au contact de Pecco Bagnaia, seul pilote qui peut encore le priver de la couronne mondiale. Quartararo apprécie ces courses d'attaque mais ne souhaite pas établir de plan de marche avant d'avoir une idée plus précise des rapports de force ce week-end, ces derniers pouvant évoluer dans des conditions plus fraîches que le mois dernier.

"On verra. J'aime rouler comme ça [avec agressivité, ndlr] mais je n'ai jamais été dans cette situation. Je pense que l'an dernier, j'ai beaucoup appris – pas à me battre pour le championnat parce que je n'ai pas vraiment eu mes chances – mais être longtemps leader, pendant de nombreuses courses, a été une étape importante pour mon expérience et je pense que c'est beaucoup plus 'facile' cette année. On verra. Pour le moment, c'est juste une course normale. On verra les risques qu'on prendra dimanche."

Lire aussi :

partages
commentaires
Mir et Rins seraient heureux du retour de Brivio chez Suzuki
Article précédent

Mir et Rins seraient heureux du retour de Brivio chez Suzuki

Article suivant

"Le tout pour le tout" pour Bagnaia face à Quartararo

"Le tout pour le tout" pour Bagnaia face à Quartararo
Charger les commentaires