La frustration de 2022 digérée, Quartararo repart au combat

Fabio Quartararo a bien conscience de ce qu'il a réalisé en ne cédant le titre qu'à la dernière course la saison dernière : "Se battre pour le championnat jusqu'au bout, c'était assez énorme."

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Fabio Quartararo est prêt à reprendre la piste dès la semaine prochaine, impatient désormais de sortir de la pause hivernale durant laquelle il lui a fallu digérer sa défaite au championnat, soldée seulement lors du dernier Grand Prix de la saison dernière. Un verdict tardif pour cette longue année, alors que, sur le papier, la tendance qui s'est inscrite parle clairement en faveur du clan Ducati et de son leader Pecco Bagnaia.

À lui seul, le pilote italien a remporté sept courses sur les 20 qui ont été disputées, quand Quartararo n'est monté que trois fois sur la plus haute marche. Plus largement, le Français a engrangé huit trophées durant cette année, dont un seul après le mois d'août. À l'inverse, Bagnaia est monté sur le podium lors d'une course sur deux (dix fois au total), alors qu'il lui a fallu attendre la sixième manche pour lancer la machine. On le sait, cela s'est traduit par un retard de 91 points pour le pilote Ducati à mi-saison et, au final, le plus gros comeback jamais observé pour un pilote titré lorsqu'il a réussi à malgré tout remporter le championnat lors de l'ultime course, à Valence.

"Ça a été une saison difficile", résume Fabio Quartararo lorsqu'il est interrogé sur cette saison 2022 par la chaîne américaine NCB Sport. Et le Français de rappeler le contexte compliqué dans lequel il a lancé le championnat, pourtant fraîchement titré : "Dès le début, on a reçu de mauvaises nouvelles de la part de Yamaha, car ils ne pouvaient pas nous fournir une super moto. On avait des difficultés en vitesse de pointe et pour tourner, et ils n'ont pas pu améliorer cela."

"Par conséquent, le fait de se battre pour le championnat jusqu'au bout, c'était assez énorme", reconnaît Quartararo. "On a terminé à la deuxième place, mais j'ai pas mal appris au final, particulièrement pendant la seconde partie de la saison, où les autres ont beaucoup progressé alors qu'on est restés assez bas. Je me suis donné à 100% mais j'étais trop frustré, je ne prenais pas de plaisir, et je pense qu'à ce moment-là je pensais trop à gagner, gagner, gagner, or parfois il faut savoir se contenter d'une quatrième ou d'une cinquième place. J'ai fait des erreurs, mais je pense qu'on apprend de ses erreurs."

J'ai eu pas mal de propositions de la part de beaucoup d'équipes et j'ai fait confiance à Yamaha parce qu'ils changent de mentalité.

Fabio Quartararo

S'il assure avoir tiré les enseignements de la manière dont il a vécu cette saison compliquée, le Français retient surtout la réaction prometteuse de Yamaha. Car il ne s'en cache pas, au vu du contexte, il a pu hésiter à prolonger son contrat avec le constructeur japonais pour 2023 et 2024, avant de finalement se laisser convaincre au printemps dernier.

"J'ai eu pas mal de propositions de la part de beaucoup d'équipes et j'ai fait confiance à Yamaha parce qu'ils changent de mentalité. Récemment, les marques européennes, et italiennes [en particulier], ont fait de gros progrès alors que la mentalité japonaise est de prendre les choses un peu plus calmement. Ils vont un peu plus vite [désormais] et prennent les décisions plus rapidement."

"De nouveaux ingénieurs ont rejoint Yamaha et ils travaillaient déjà sur le moteur il y a quelques mois. Ils font venir des gens d'Europe pour apporter leur aide et c'est quelque chose d'important pour Yamaha. Ils font de gros changements et c'est la raison pour laquelle je crois en eux et je leur donne deux ans de plus", souligne Fabio Quartararo.

Quant à son état d'esprit au sortir de la trêve hivernale, il se veut résolument positif : "Je pense que Yamaha a fait du très bon boulot cette année. On verra au premier test. […] J'espère qu'on pourra se battre au sommet."

Après avoir repris le guidon en tout terrain ces derniers jours aux États-Unis, Fabio Quartararo sera de retour en piste la semaine prochaine pour les essais officiels de pré-saison organisés à Sepang. L'occasion d'obtenir les confirmations qu'il attend quant aux progrès espérés sur sa M1.

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent C'était un 1er février : les essais de Rossi avec Ferrari à Valence
Article suivant "Aucune excuse" pour Honda selon son ancien team manager

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse