Quartararo : "Tout le monde sait que je donne mon maximum"

partages
commentaires
Quartararo : "Tout le monde sait que je donne mon maximum"
Par :
21 mai 2019 à 12:00

Pour sa première en MotoGP sur le GP de France, le pilote tricolore n'a pas hésité à prendre tous les risques en fin de course pour animer les débats et satisfaire un public venu en nombre le week-end dernier dans la Sarthe.

Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT, Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT, Johann Zarco, Red Bull KTM Factory Racing
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT, Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT

À l'occasion de son Grand Prix national, Fabio Quartararo espérait sans doute jouer les têtes d'affiche. Surtout sur un circuit propice aux Yamaha, et dans la foulée d'une première manche européenne qui, si elle s'est soldée par un abandon en course le dimanche, a quand même été encadrée par une pole position le samedi et un meilleur temps lors de la journée d'essais du lundi.

Mais les conditions météo ont sans doute perturbé le jeune Français, qui n'a pu faire mieux que dixième en qualifications (ce qui reste tout de même un excellent résultat pour un rookie qui n'en est qu'à sa cinquième épreuve, faut-il le rappeler), et livrer en course une bataille difficile dans le peloton, le tout sur une piste très piégeuse offrant un niveau d'adhérence pour le moins précaire.

Lire aussi : 

Spectacle assuré lors de la seconde partie de course

Le premier tour n'a ainsi pas manqué d'être tumultueux pour le pensionnaire de l'équipe Petronas Yamaha SRT, qui pointait en 15e position au terme de la première révolution du circuit du Mans. Mais devant son public, Quartararo ne s'est pas résigné et a voulu assurer le spectacle, en appliquant un mode qualifs sur sa cartographie moteur pour la seconde partie de l'épreuve.

Le résultat fut impressionnant, avec d'abord une belle charge pour s'assurer d'une entrée dans le top 10, suivie de plusieurs meilleurs tours (dont celui qui deviendra au final le meilleur tour absolu en course), et un dernier duel gagné face à Cal Crutchlow pour l'obtention du huitième rang.

"C'est sûr que ça fait plaisir de faire une course devant son public", a-t-il confirmé lors de son point presse, sans pour autant omettre qu'il a pu bénéficier également de chutes devant lui dans sa remontée. "La première des choses, c'est que deux personnes sont tombées, donc ça fait deux places 'gratuites', puis Johann [Zarco] est allé un peu large donc encore une, ensuite j'avais Aleix [Espargaró] et Álex [Rins] qui étaient devant et j'ai réussi à les doubler. [Ce sont] quatre positions de gagnées. Je voulais terminer dans ce top 10 et on a réussi."

Voir aussi :

Avec une arrivée à huit secondes du vainqueur, Marc Márquez, et à six secondes du troisième, Danilo Petrucci, le Niçois aurait-il pu viser un podium s'il n'avait pas connu un envol aussi laborieux ? L'intéressé ne préfère pas y penser, sans doute pour éloigner tout signe de frustration, se contentant de la valeur cardinale de ses débuts en MotoGP : l'apprentissage. "Je ne sais pas, je ne sais pas !" s'est-il écrié quand on lui a posé la question. "C'est comme ça : ça n'est que mon cinquième GP en MotoGP et je prends de l'expérience. Tout ce que je sais, c'est que je me sens très bien sur la moto, que j'ai une nouvelle fois appris énormément de choses et que j'ai vraiment hâte de remonter dessus pour appliquer ce que j'ai appris."

Rapide sur tous les types de circuits

Reste que le début de saison du numéro 20 est impressionnant : avec 25 points, il occupe la 12e place du championnat, cinq unités seulement derrière le pilote officiel Yamaha Maverick Viñales. Poleman en Espagne, Quartararo y est allé de son deuxième meilleur tour en course cette année après celui réalisé en ouverture de la saison à Losail.

Voilà qui démontre une forte capacité d'adaptation, et confirme toute la compétitivité de la Yamaha. "On dirait qu'on a la vitesse. C'est sûr que le Qatar, Jerez et ici, ce sont trois circuits totalement différents. Ici c'est stop-and-go, Jerez c'est un circuit avec des courbes rapides, des courbes lentes et le Qatar est vraiment un circuit rapide", constatait-il dimanche après-midi, avant de se projeter avec un optimisme non dissimulé sur la prochaine manche en Italie : "Sur ces trois circuits on est allé vite, donc j'ai vraiment hâte d'aller au Mugello."

Au Mans, le Français a acquis de l'expérience pour le long terme plus qu'une gloire d'un jour, ce qui est l'essentiel selon lui. Malgré son jeune âge, il se montrait philosophe à la sortie du week-end. "Beaucoup de personnes m'ont dit qu'il fallait gagner, faire le podium, mais ça n'est pas facile", a-t-il expliqué. "Tous les meilleurs pilotes du monde sont dans cette catégorie, donc on fait ce qu'on peut, tout le monde sait que je donne mon maximum. Aujourd'hui je pense que ça s'est vu, je n'ai rien lâché et on a eu un très bon rythme sur la deuxième moitié de course."

Avec Michaël Duforest et Guillaume Navarro

Article suivant
Iannone : un abandon pour se préserver avant le Mugello

Article précédent

Iannone : un abandon pour se préserver avant le Mugello

Article suivant

Honda : une 300e victoire 53 ans après la première

Honda : une 300e victoire 53 ans après la première
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de France
Catégorie Course
Lieu Le Mans Circuit Bugatti
Pilotes Fabio Quartararo
Équipes SIC Racing Team
Auteur Willy Zinck
Soyez le premier à recevoir toute l'actu