Quartararo roule sans pression et ne se focalise pas sur Bagnaia

Fabio Quartararo assure que battre Pecco Bagnaia à Portimão ne l'"obsède pas" après une première journée où ils ont été les plus performants. Le Français se sent plus libéré que jamais sur sa Yamaha.

Quartararo roule sans pression et ne se focalise pas sur Bagnaia

Jamais Fabio Quartararo n'avait si bien entamé un week-end cette année. Arrivé sur le circuit de l'Algarve auréolé de son titre de Champion du monde, le Niçois a été le plus rapide en EL1, ce qui ne lui était pas encore arrivé cette saison, avant de récidiver dans l'après-midi. Dans les deux séances, son premier rival a été Pecco Bagnaia, également son dauphin au championnat.

En avril dernier, lors de la précédente visite du MotoGP à Portimão, Quartararo s'était imposé et Bagnaia était remonté au deuxième rang en partant de la 11e place, après avoir été le plus rapide en qualifications mais avoir perdu son chrono à cause d'un drapeau jaune. Les performances qui ont été les leurs ces dernières semaines et le niveau affiché ce vendredi laissent présager d'un véritable duel ce dimanche, chose rare cette année, les deux hommes étant souvent à distance en course.

Le pilote Yamaha assure ne pas être focalisé sur cet aspect, souhaitant surtout profiter des deux dernières courses de la saison avec son statut de Champion : "Sincèrement, [ce duel] est une chose que j'attends mais ça ne m'obsède pas", assure Quartararo. "Je veux prendre du plaisir. On a gagné le Championnat du monde cette année mais je n'ai pas à m'obséder, que ce soit une lutte avec Pecco ou pas. S'il gagne ou si je gagne, ça va. Plus que me battre, je veux juste rouler librement jusqu'à la fin. Mais évidemment, ça serait bien de me battre avec Pecco."

"La Ducati est très bonne ici et on sait qu'elle est assez difficile à doubler", ajoute-t-il. "On verra. Je pense qu'on peut réussir quelque chose de bon et il n'y a pas la moindre pression. On verra ce qu'on pourra faire. C'est juste très agréable de rouler sans aucune forme de pression."

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Quartararo n'avait jamais pu prendre la piste l'esprit si libéré : "C'était vraiment bien. J'étais très content de rouler et de ne penser à rien, d'être à la limite. Je pense que c'est un beau moment de ma carrière. C'est la première fois que je peux vraiment profiter, sans pression, donc je prends beaucoup de plaisir."

Quartararo se permet de prendre plus de risques

Les titres des équipes et des constructeurs sont encore en jeu et Yamaha ne souhaite pas transformer les deux dernières courses de l'année en préparation pour 2022, préférant attendre le test de Jerez prévu dans la semaine suivant le GP de Valence. Quartararo n'a "pas vraiment" évalué des nouveautés ce vendredi et s'est simplement permis une prise de risque qu'il évitait au cœur de la lutte pour le championnat des pilotes.

"On ne teste pas de nouvelles choses mais on peut pousser un peu plus dans certains virages. Je me suis fait quelques frayeurs aujourd'hui, mais j'ai pris du plaisir. Je freine plus tard. C'est une chose que je ne pouvais pas faire dans les dernières courses et je l'ai faite aujourd'hui, donc je me sentais bien."

Quartararo a en effet plusieurs fois failli perdre le contrôle de sa moto, sans véritablement risquer la chute : "Au virage 5, ce n'était pas vraiment une frayeur. J'ai juste freiné trop tard, je suis sorti large et la moto bougeait. Au virage 13, j'ai perdu l'avant, mon pied est sorti du cale-pied. C'était une bonne journée."

Lire aussi :

partages
commentaires
EL2 - Fabio Quartararo confirme devant les pilotes Ducati
Article précédent

EL2 - Fabio Quartararo confirme devant les pilotes Ducati

Article suivant

Petrucci se sent "adoré, mais pas respecté" en MotoGP

Petrucci se sent "adoré, mais pas respecté" en MotoGP
Charger les commentaires