Les débuts de Quartararo ont surpris son équipe

partages
commentaires
Les débuts de Quartararo ont surpris son équipe
Par :
20 avr. 2019 à 14:00

Pour Wilco Zeelenberg, team manager du Petronas Yamaha SRT, Fabio Quartararo a appris plus vite que prévu les ficelles du métier de pilote MotoGP.

Le week-end dernier à Austin, le Français a franchi la ligne d'arrivée au septième rang au terme d'une vraie course de survie. Jugez plutôt : Marc Márquez et Cal Crutchlow ont chuté, Maverick Viñales a subi une pénalité pour départ volé et Jorge Lorenzo a connu un problème mécanique !

Peu importe les circonstances, c'est la première fois qu'un pilote âgé de moins de vingt ans réalise une telle performance depuis John Hopkins en 2002. Fabio Quartararo est maintenant dixième du championnat et deuxième pilote Yamaha, derrière Valentino Rossi et devant son équipier Franco Morbidelli.

Le Cannois est également le meilleur des rookies de la grille 2019, et le titre officiel de "Rookie de l'année" est son objectif tout avoué pour cette saison. Lorsque Yamaha et Petronas ont annoncé l'an dernier que l'équipier de Morbidelli serait un pilote avec une seule victoire au compteur (en Moto2 l'an dernier), le paddock était plutôt sceptique... Cependant, la saison actuelle de Quartararo, et sa constance, prouvent que le choix est pour le moment payant et sont le signe d'un bel avenir.

Lire aussi:

"Nous ne nous attendions pas à ce que Fabio apprenne si vite", explique Wilco Zeelenberg, le team manager de l'équipe, à Motorsport.com. "Les tests se sont bien passés, puis quand nous sommes arrivés en Argentine et à Austin, deux pistes où il n'avait jamais piloté de MotoGP, il ne lui a fallu que quelques séances d'essais pour être dans le rythme. Les statistiques montrent qu'il est rapide, et surtout il sait contrôler la moto, puisqu'il n'a pas encore chuté."

Le Néerlandais est l'un des éléments clés de la toute nouvelle équipe du plateau MotoGP, de par son expérience. Il a également déjà expérimenté toutes les facettes requises pour gérer une écurie de ce niveau.

"Dans tous les cas, on ne peut oublier qu'il vient d'arriver, qu'il est jeune, et qu'il va faire des erreurs. On l'a vu au Qatar [où il a calé sur la grille au moment du tour de chauffe]. Ce qui nous a impressionné, c'est qu'après un coup pareil, il a pu faire des chronos comparables aux leaders, et même réaliser le meilleur tour en course."

Pour l'ancien pilote, il est important que Quartararo reste concentré et continue de faire le même travail que depuis le début de la saison, mais qu'il prenne également du plaisir.

"Il est vital qu'il s'amuse car il aura toujours de la pression, et s'il ne s'amuse pas, les week-ends seront très longs. Et bien sûr, il faudra qu'on le soutienne quand l'orage grondera. Dans les moments difficiles, il faudra qu'on reste unis et qu'on lui donne notre soutien, quand il fera une erreur, car ça arrivera. Et pas qu'à Fabio, tout le monde fait des erreurs."

 
Article suivant
Rins désormais considéré comme "un adversaire pour le titre"

Article précédent

Rins désormais considéré comme "un adversaire pour le titre"

Article suivant

Une moto "instable au freinage", le souci de Crutchlow dans le trafic

Une moto "instable au freinage", le souci de Crutchlow dans le trafic
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Fabio Quartararo
Équipes SIC Racing Team
Auteur Oriol Puigdemont
Soyez le premier à recevoir toute l'actu