Que se passerait-il s'il devait pleuvoir pour la course?

Pour la première fois cette saison, la course MotoGP pourrait être disputée sous la pluie, à en croire le pessimisme des prévisions météo dominicales pour Silverstone. Voyons ensemble ce que prévoit le règlement en pareil cas.

Cas n°1 : Il pleut avant l'ouverture de la pitlane

Que faire si cette situation se présente alors que toutes les séances d'essais se sont déroulées sur piste sèche? Face à un risque similaire il y a deux semaines en République Tchèque, la Commission Grand Prix a entériné une modification du Règlement Sportif.

Ainsi, si une course est annoncée humide avant l'ouverture de la voie des stands alors que chaque séance - essais libres, qualifications et warm-up - s'est déroulée sur piste sèche, la procédure de départ sera modifiée.

La pitlane sera ouverte à l'heure initialement prévue, mais le restera cinq minutes de plus que d'habitude. Les pilotes seront autorisés à boucler plus d'un tour de reconnaissance et à repasser par la voie des stands entre chaque. Les ravitaillements seront alors permis.

Le temps passé en grille sera raccourci pour les pilotes de la catégorie MotoGP, ce qui aura pour conséquence de retrouver les horaires initialement prévus pour le tour de chauffe et le départ de la course. La distance de l'épreuve sera, elle aussi, inchangée.

Cas n°2 : Il pleut lorsque les pilotes sont en grille

En MotoGP, la procédure de départ classique prévoit que la course soit officiellement déclarée sèche ou humide lorsque les pilotes sont installés en grille, casque ôté. Lorsque cette annonce est faite, les mécaniciens peuvent intervenir sur la moto afin d'y apporter des modifications de réglages ou d'en changer les pneus, et ce jusqu'à trois minutes avant le départ.

Si jamais la pluie arrive après le tour d'installation, le départ est officiellement décalé. Cette décision peut intervenir à n'importe quel moment. Les motos retournent alors sur la pitlane où le pilote peut décider de prendre le départ de la course avec la machine initialement prévue, ou bien avec la seconde dont il dispose. Changements de pneus, modifications de réglages ou ravitaillements en carburant sont alors autorisés.

La procédure reprend afin que les pilotes s'installent à nouveau en grille, où leurs mécaniciens peuvent toujours modifier les motos et changer les pneus jusqu'à trois minutes avant le départ. La course couvre ensuite la distance prévue.

Cas n°3 : Il pleut pendant la course

Si la pluie fait son apparition pendant la course, le MotoGP fera intervenir la règle du flag-to-flag. Appliquée pour la première fois lors du Grand Prix d'Australie 2006, cette règle donne droit à un passage par les stands afin de changer de moto lorsqu'un changement de conditions est officiellement annoncé par la Direction de Course (course débutée sèche et devenue mouillée, ou l'inverse).

Les pilotes de la catégorie reine disposent en effet de deux machines, chacune prête à être utilisée pour la course. S'il a pris le départ avec une moto réglée pour le sec et que la pluie fait son apparition, le pilote pourra donc rentrer aux stands et littéralement sauter sur la seconde moto, tenue prête par son team. Une manoeuvre rare en moto, mais toujours très impressionnante!

 

A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de Grande-Bretagne
Circuit Silverstone
Type d'article Contenu spécial
Tags flag-to-flag, pluie, réglement