Fernández intéresse bien Petronas, qui ne veut pas "interférer" avec KTM

Le team Petronas a confirmé son intérêt pour Raúl Fernández à Motorsport.com mais ne souhaite pas entrer dans un conflit avec KTM, qui ne veut pas laisser filer son pilote.

Fernández intéresse bien Petronas, qui ne veut pas "interférer" avec KTM

Depuis que Motorsport.com a annoncé il y a deux semaines que Raúl Fernández était devenu la principale option du team Petronas pour succéder à un Valentino Rossi qui pourrait prendre sa retraite en fin de saison, plusieurs détails sont apparus sur les pièces du puzzle à rassembler pour permettre à celui qui occupe la deuxième place du championnat Moto2 de faire ses débuts en MotoGP. Le principal obstacle est naturellement KTM, qui refuse de laisser filer Fernández et ses autres espoirs comme Pedro Acosta, leader du Moto3, et Remy Gardner, dont l'avenir est déjà assuré puisqu'il fera ses débuts dans la catégorie reine avec Tech3 la saison prochaine.

La philosophie de KTM s'inspire de celle de son partenaire de longue date, Red Bull, très efficace pour faire émerger de jeunes talents mais aussi verrouiller leurs contrats. Cette approche a néanmoins des failles, comme l'a montré Jorge Martín, sorti du programme de KTM il y a un an pour rejoindre le team Pramac en MotoGP, et ce vivier de talents suscite toujours l'intérêt de structures rivales, comme le montre la tentative de SRT d'enrôler Fernández.

Lire aussi :

Pit Beirer, responsable du programme de KTM, a confié à Motorsport.com que le pilote privilégie lui-même une seconde campagne en Moto2 en 2022, la dernière année de son contrat actuel avec la marque, même si des rumeurs évoquent son arrivée en MotoGP la saison prochaine, avec Petronas mais aussi chez Tech3, où il pourrait rester le coéquipier de Gardner, qu'il côtoie déjà dans le team Ajo cette saison. Une telle promotion permettrait aussi à la marque de Mattighofen de conserver Fernández dans ses rangs, même si Petronas a de nombreux arguments pour le séduire.

Son style de pilotage coulé pourrait faire des merveilles sur la Yamaha et la période difficile que traverse Maverick Viñales, auteur du plus mauvais Grand Prix de sa carrière en MotoGP au Sachsenring, pourrait ouvrir une porte dans l'équipe officielle aux côtés de Fabio Quartararo en 2023, après la fin du contrat actuel du #12. Quitter KTM contraindrait cependant Fernández à s'acquitter d'une pénalité financière, comme Martín il y a un an, estimée à environ un demi-million d'euros, une somme acceptable pour le duo Yamaha-Petronas même si ce dernier préfère éviter une guerre avec KTM.

"Nous n'allons pas interférer dans les relations de Raúl avec avec KTM", a assuré Johann Stigefelt, le patron de l'équipe SRT, à Motorsport.com dans le paddock du Sachsenring, tout en confirmant que le Madrilène serait un candidat idéal pour prendre la succession de Rossi : "Nous l'apprécions, évidemment, et il nous intéresse, parce qu'il est très rapide. Mais s'il veut venir, il faudra d'abord régler sa situation."

Lire aussi :

Le jeu d'échecs entre Fernández et KTM dure depuis un certain temps et Petronas attend de savoir qui en sortira vainqueur, l'ascendant étant du coté de la firme autrichienne : "Ils ont deux clauses en leur faveur, un droit de préférence et la possibilité de refuser toute offre venant de l'extérieur", a précisé à Motorsport.com une personne ayant eu accès aux contrats. KTM a jusqu'au 31 juillet pour activer ses options, date à laquelle toutes les places encore libres en MotoGP seront probablement attribuées.

Ce scénario laisse donc penser que Raúl Fernández est partagé entre deux possibilités, d'un côté rejoindre le MotoGP et le team Petronas en quittant KTM sans trop faire de vagues, de l'autre disputer une saison supplémentaire avec le team Ajo en Moto2. Rejoindre Tech3 entraînerait probablement une prolongation de contrat à long terme, limitant ses options en vue d'une saison 2023 pour laquelle de nombreux guidons doivent encore être attribués.

Le plateau MotoGP 2022

Équipe Pilotes confirmés
(fin de contrat)
Pilotes pressentis
Repsol Honda Team Marc Márquez (2024)
Pol Espargaró (2022)
 
Ducati Team Jack Miller (2022)
Pecco Bagnaia (2022)
 
Monster Energy Yamaha Maverick Viñales (2022)
Fabio Quartararo (2022)
 
Team Suzuki Ecstar Álex Rins (2022)
Joan Mir (2022)
 
Red Bull KTM Factory Racing

Brad Binder (2024)

 

Miguel Oliveira
Aprilia Racing Team Aleix Espargaró (2022)

Andrea Dovizioso

Lorenzo Savadori
Joe Roberts

Petronas Yamaha SRT Franco Morbidelli (2022)

Valentino Rossi ?

Raúl Fernández
Joe Roberts
Xavi Vierge
Jake Dixon

Pramac Racing

Johann Zarco (2022)

Jorge Martín (2022)

 
LCR Honda Álex Márquez (2022)
Takaaki Nakagami (2022)
 
 KTM Tech3 Remy Gardner (2022)

Raúl Fernández

Danilo Petrucci

Iker Lecuona
Pedro Acosta

 Aramco Racing Team VR46  

Luca Marini

Marco Bezzecchi

 Gresini Racing Fabio Di Giannantonio (2022)
Enea Bastianini (2022)
 

partages
commentaires

Related video

Bagnaia pense avoir gâché sa course dans les premiers tours

Article précédent

Bagnaia pense avoir gâché sa course dans les premiers tours

Article suivant

Honda : une bouffée d'air frais dans une année de cauchemar

Honda : une bouffée d'air frais dans une année de cauchemar
Charger les commentaires