Raúl Fernández en MotoGP sans titre : "Regardez l'exemple de Fabio"

Raúl Fernández a connu jusqu'ici une ascension fulgurante en Grand Prix, au point de faire ses débuts en MotoGP sans avoir gagné de titre mondial auparavant. Son meilleur modèle en ce sens ? Fabio Quartararo.

Raúl Fernández en MotoGP sans titre : "Regardez l'exemple de Fabio"

À tout juste 21 ans, Raúl Fernández s'apprête à disputer sa première saison dans la catégorie reine des Grands Prix, alors qu'il n'a passé que trois ans jusqu'à présent dans le championnat du monde et n'a encore remporté aucun titre. "Comme Fabio", se risque-t-il à comparer.

Avant de s'engager dans des saisons complètes, le Madrilène s'était néanmoins déjà fait remarquer. Ainsi, sa première apparition remonte à il y a cinq ans, afin de disputer le Grand Prix de Valence 125cc grâce à une wild-card, et sa 11e place finale avait marqué les esprits. Les deux saisons suivantes, il a pu prendre part à trois et quatre courses respectivement, avec pour meilleur résultat une neuvième place au Grand Prix d'Allemagne 2018.

Puis vinrent ses débuts de titulaire et, dès sa deuxième saison, il remporta deux victoires, sur un total de quatre podiums, pour terminer le championnat à 15 points du lauréat. De façon inattendue à l'époque, il était promu en Moto2. Et quelques mois plus tard, son passage tout aussi inattendu en MotoGP était annoncé, alors qu'il se battait pour le titre de la catégorie intermédiaire.

À la tête de huit victoires cette année, un record absolu pour un rookie, et de 12 podiums en 18 courses, Raúl Fernández semble avoir bel et bien prouvé qu'il a le talent pour se constituer un glorieux palmarès parmi l'élite, pourtant il y fera ses débuts sans avoir encore jamais remporté de titre mondial, comme l'ont fait avant lui Casey Stoner ou plus récemment Fabio Quartararo.

"La vie avance par étapes. Il y a un an, il y a des gens qui me disaient que j'étais fou de passer en Moto2 et regardez les résultats que j'ai obtenus", a souligné Raúl Fernández dans une interview exclusive avec l'édition espagnole de Motorsport.com. "En 2020, je suis passé à 15 points de remporter le Championnat du monde Moto3 et cette année je n'étais qu'à quatre points du titre Moto2. Je suis régulier."

"Regardez l'exemple de Fabio. Quand ils ont vu qu'il changeait de catégorie, sans n'avoir rien gagné, les gens lui disaient qu'il était fou de monter en MotoGP, et aujourd'hui il est Champion du monde et tout le monde l'applaudit. Au final, vous faites ce que vous vous sentez de faire et si tout mon entourage, mon équipe, KTM et moi-même avons décidé que je serais là aujourd'hui, c'est parce que, tous ensemble, nous avons cru que c'était la meilleure option pour ma carrière et mon avenir."

Bien qu'il ne se sente pas obligé de justifier sa décision, Raúl Fernández est conscient que tout est allé très vite dans sa vie et qu'il doit lui-même réaliser cette étape qu'il a franchie en étant promu en MotoGP par KTM et placé chez Tech3.

"La vérité, c'est que je n'arrive toujours pas à y croire. Je me vois porter les couleurs de ma nouvelle équipe de MotoGP. On rêve tout le temps d'en arriver là, mais c'est difficile à assimiler", a-t-il admis. "Quand la liste des engagés des pilotes de l'année prochaine a été publiée et que j'ai vu mon nom à côté de pilotes comme Marc Márquez, Maverick [Viñales], Aleix ou Pol Espargaró… On n'arrive pas à y croire, c'est vraiment quelque chose de génial. Je dois l'assimiler et le vivre, et surtout bien me préparer. Tout ce que j'ai fait cette année, ça a été de penser à me battre en Moto2. Je ne me suis préparé ni physiquement ni psychologiquement à courir en MotoGP l'année prochaine."

Avec Raúl Fernandez, quatre autres pilotes feront leurs débuts en MotoGP la saison prochaine : son coéquipier et adversaire pour le titre Moto2 Remy Gardner, qui sera avec lui chez Tech3, Fabio Di Giannantonio chez Gresini, Marco Bezzecchi chez VR46 et Darryn Binder chez RNF. Pour chacun d'eux, le titre de Rookie de l'année apparait déjà comme un objectif ambitieux.

Lorsqu'il lui a été demandé s'il y avait pensé, l'Espagnol a souri : "Oui, bien sûr... On aime tous penser à ces choses-là." Et d'ajouter : "Le premier objectif est de me battre avec Remy et de démontrer, ou de voir, qui est le meilleur à conditions égales. Cette année, il se battait avec un avantage qui était son expérience de six saisons en Moto2, une expérience qui me manquait, et on s'est battus toute l'année jusqu'au dernier virage de la dernière course. Je pense que ce sera mon principal objectif : battre mon coéquipier et le gars face à qui j'ai joué le championnat du monde jusqu'à la dernière course. Il sera mon principal rival et mon premier objectif."

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Triomphe du binôme Rossi-Marini aux 100 km dei campioni
Article précédent

Triomphe du binôme Rossi-Marini aux 100 km dei campioni

Article suivant

Nakagami promet de travailler sur son mental après une saison très rude

Nakagami promet de travailler sur son mental après une saison très rude
Charger les commentaires